contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



8 Décembre 1993 - 8 Décembre 2016 - Il y'a 23 ans s'eloignait Serigne Moustapha Sy Djamil, une Incarnation de l'Elegance Morale


Cet Article a été lu plus de 11149 fois




8 Décembre 1993 - 8 Décembre 2016 - Il y'a 23 ans s'eloignait Serigne Moustapha Sy Djamil, une Incarnation de l'Elegance Morale
ASFIYAHi.ORG - Les Âmes honnêtes se rappellent encore ce jour symbolique ou naquit une figure de la Tijanya dont l’œuvre reste à jamais gravée dans la mémoire d’aucuns. Fils de Sokhna Oumou Khairy Sall et de Serigne Babacar Sy (rta), Serigne Moustapha Sy Djamil est de la trempe de ceux dont le charisme ne laisse personne indifférent.

Les précurseurs de ceux qui s’évertuent à veiller à la continuité de la mission malikite racontent que le jour de son baptême, son doigt se serait accroché au chapelet de Mame Mawdo (RTA), qui chuchota à l’oreille de Mame Malick Sall : « Il ne veut pas lâcher mon chapelet. » Et ce dernier de lui répondre, avec pour rempart un sourire rayonnant : « Donnez-lui ce qu’il réclame. » Et le timbre de la voix de l’inconnu de la nation sénégalaise de retentir, accompagné d’un regard plein d’affection à l’égard du nouveau venu : « Heuzà Houweu » (« ‘c’est bien lui »). Termes qu’il répéta trois fois, avant de se sentir comme attristé du fait qu’il ne l’aura guère comme contemporain.

Des années plus tard, Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh (rta) lui donna le surnom de « Seydi Djamil ». Une façon pour l’oncle paternel de mettre en exergue son élégance morale qui ne cessait de surpasser l’égo de ses contemporains. L’éducation spirituelle demeure un tremplin pour le croyant. Dans l’œuvre du prophète Mouhamad (psl), elle est affiliée à l’islam (islam), à la foi (imàn) et à l’élégance morale (ihsàn). Et Seydi Djamil a su etre un modèle dans ce cadre. Aujourd’hui, l’on évoque aussi bien le centenaire de sa naissance -1916-2016) que la date de sa disparition (8 décembre 1993).

Originaire de Tivaouane, il a eu à incarner une posture de guide religieux au vrai sens du terme, avec ce que cela implique en termes de prise de responsabilité. Et Serigne Mansour Sy Djamil de préciser : « Un guide religieux ? C’est quelqu’un qui doit orienter les gens pour les amener à rencontrer Allah, préparer l’homme à assumer la finalité de son existence sur terre. »

Une conception qui apparait comme le reflet de l’œuvre de son père. Ce qui s’apparente exactement aux dits de Serigne Babacar Sy (rta) qui le qualifia de « domaine réservé de Dieu ». C’est d’ailleurs lui qui lui recommanda de venir s’installer à Dakar. Recommandation que d’aucuns considèrent comme étant affiliée à une raison mystique. Ce qui est sûr et certain demeure le fait qu’il a adopté Fass comme fief, et s’y est installé jusqu’à sa disparition en 1993.

En Novembre 1958, il tint un discours qui demeura comme une lanterne qui put éclairer le chemin des disciples présents, parce que peint d’une orientation et d’un enseignement à l’humanisme remarquable. « Que ceux qui sont mu par un désir profond de converser avec leurs frères en Dieu opte pour une communication portant le reflet de la paix et de la convivialité. Que ceux que rebutent les mésententes et autres hostilités s’écartent dès que ce genre de situations se présentent à eux», conseille-t-il, histoire d’aider le commun des disciples à ne pas etre récalcitrants au point que tout s’écroule. « Tel a été la démarche de nos précurseurs, que ce soit aussi bien dans le cadre de la Tariqa que dans celui de la Oumma Islamique », rajoute-il. Il évoqua la conception prophétique du courage, celle-là qui considère qu’il ne s’agit que d’une façon d’apprivoiser sa colère. Cette recommandation de Seydi Djamil rappelle l’assertion d’un Homme de Dieu s’adressant à un membre de son entourage : « Même ta colère m’inspire confiance », histoire d’illustrer le fait que même dans la colère, il est nécessaire d’avoir un sens de la mesure, mais aussi et surtout de rester juste et humble. Et cela commence par le fait d’apprendre à faire de sorte que d’aucuns ne constatent cet état de colère, mais aussi et surtout de s’initier au pardon. Des révélations qui, également, peuvent servir de références à ceux-là qui se chargeront de communiquer dans le cadre des initiatives qui se tiendront à l’occasion du Gamou 2016, puisqu’il s’agira de prôner une citoyenneté modèle. Ce qui devrait sans nul doute commencer par une façon assez profonde d’enseigner surtout à la jeunesse tidiane les aspects qui font que les muftis de Tivaouane restent à jamais des exemples dans ce domaine.


Asfiyahi.Org
Mercredi 7 Décembre 2016

Cet Article a été lu plus de 11149 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :