Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org




DIRECT DU MINBAR - LES BIENFAITS DU HAJJ ET LE SENS D’UN HAJJ MABRÛR (AGREE) - Par Al Amine Kébé


Cet Article a été lu plus de 663 fois


Aujourd’hui est le dernier Vendredi précédent le mois du Hajj (Zul Hijja) et les 2 mois qui le suivent ouvrant donc la période (V.197, S.2) des 3 successifs parmi les 4 mois sacrés de l’année musulmane (V.36, S.l9), mois durant lesquels les pratiques religieuses sont bonifiées tout comme les pêchés commis sont encore plus graves. L’Imâm Cheikh Sofiane est resté dans la dynamique du Khutb précédent, mais avec un accent sur le sens d’un Hajj Mabrûr - agréé par Allah et de ses bienfaits, n’est-ce pas l’objectif de tout croyant dans tout ce qu’il dédie à Allah de se voir agréé dans son intention, dans son acte et dans la finalité.



DIRECT DU MINBAR - LES BIENFAITS DU HAJJ ET LE SENS D’UN HAJJ MABRÛR (AGREE) - Par Al Amine Kébé
Il est des héritages de la sagesse de reconnaître à chaque période ses terres de prédilection et ses valeureux leaders. L’Islam a transgressé cette sagesse en laissant un héritage de tous les temps, forgé par un Homme de culture Divine dont l’excellence ne saura jamais être égalée (V.4, S.68). Et dans tout ce qu’il a légué, le dernier acte – le Hajj - revêt une importance capitale du point de vue historique comme du point de vue des recommandations avec. Le Hajj dans la tradition prophétique est un rite initié par le Patriarche Ibrahim, sur ordre d’Allah d’appeler TOUS les humains (V.27, S.22) de toute contrée, de toute condition (d’où l’abstraction de la dimension spatio-temporelle) pour évoquer l’unicité d’Allah. Et voilà donc le Hajj qui retourne l’humain à la source de sa condition – la primo nature intuitive de sa reconnaissance de l’Unicité d’Allah, doublé du rejet de toute forme d’Associationnisme.
 
Dans les catégories des actes, le pèlerinage (Hajj) est une obligation parmi les obligations, un pilier parmi les piliers de l’Islam, une pratique historique jusque dans la période de l’obscurantisme, avec toutefois une connotation associationniste, d’où l’invite d’Allah dans la S.22 à se dissocier de la méthode des polythéistes (Vs 30-31), mais plutôt soumis à la primo nature humaine, c'est-à-dire la Tawhîd - et rejetant la dispersion que le prophète a qualifié dans un Hadith comme étant l’ingrédient de l’échec humain. La dispersion est l’antinomie de la concentration de l’être sur l’Unicité d’Allah (V. 30, S.30). Dans la classification des actes d’adoration, le prophète en répondant à la question ‘quel acte est le plus côté chez Allah ?’ a répondu (i) la Foi en Allah et aux Prophètes, (ii) La Jihàd sur la voie d’Allah, (iii) Le Hajj agréé. Donc, il ne s’agit pas seulement de se ruer vers le Hajj, mais de s’assurer qu’on est embarqué dans le Hajj Mabrûr (Agréé).
 
La convoitise du Hajj Mabrûr découle des innombrables bienfaits d’un tel hajj, parmi lesquels la seule et unique récompense irréversible est le Paradis (l’objectif ultime de tout croyant !). Lorsque le prophète disait solennellement ‘Prenez de moi vos rituels et méthodologie – manàsikakum - du Hajj’, il voulait éviter justement que des millions de personnes embarquent dans cette pratique sans s’assurer qu’ils sont dans le bon vol – cela arrive qu’à l’Aéroport, vous vous trompez de porte pour une même destination très prisée, parce que opérée par différentes compagnies. Le Hajj d’avant le prophète n’était pas agréé, le Hajj qui n’est pas déflaté du mauvais comportement, du mauvais caractère, de la réplique systématique (V.197, S.2), de la rancœur, ou qui repose sur l’ostentation, ou qui recherche uniquement des titres mondains ou de la consécration sociale (le Hajj ou la Hadja du quartier ou de la Dahira), qui repose sur l’envie ou la jalousie, genre X a fait le Hajj, si je ne le fais pas, je serai encore inférieur devant lui, ou ma co-épouse a fait le Hajj, il faut absolument que je le fasse, ou qui n’est simplement pas en réponse à l’invite d’Allah, mais plutôt à l’invite de sa recherche égoïste de renommée aux piètres yeux de la société, etc. ces hajj ne sont évidemment pas agréés, pour la simple et bonne raison que la condition sine qua none de tout acte d’adoration – la pureté et la sincérité de l’intention uniquement pour la face d’Allah (V.196, S.2) – n’est pas respectée.
 
Et l’Imam d’insister sur ces impuretés et pollution qui peuplent les sociétés humaines et qui s’amplifient durant le Hajj pour appeler à un Hajj plus exotique et touristique qu’à une pratique religieuse, un pilier de l’Islam, une réponse à l’appel solennel d’Allah par la Voix de Ibrahim. Car en fait, une fois les conditions du Hajj Mabrûr remplies, il faut faire selon la Sunna du Prophète strictement comme il l’a enseigné, légué et recommandé. Et tout est consigné on ne peut plus clair dans le Qur’ân. Le Hajj est justement la consécration de la relation entre la pratique de l’adoration d’Allah et la recherche du bon caractère comportemental, cette corrélation entre deux excellences est l’indicateur d’un Hajj Mabrûr (Vs.23-24, S.22) - , en ce sens que celui qui revient d’un tel Hajj non seulement est propre de tout pêché – le Hajj démolit tout ce qui le précède selon un Hadith Sahîh du Prophète – mais il se voit projeté sur une orbite supérieure d’amour d’Allah, d’amour du savoir, d’attachement au bien, d’éloignement du pêché, de perception aigue de la conscience permanente d’Allah, d’utilité sociale dans l’humilité et dans le désintérêt, d’effacement au profit des autres, mais aussi dans la recherche perpétuelle de solutions en faveur d’une plus grande paix sociale, d’une plus grande quiétude de la communauté, d’une référence plus fréquente au prophète et à la Sunna, en un mot d’un plus grand humanisme.
 
Et sur ce chemin qui est plus un itinéraire qu’une destination, l’aspirant est privilégié de se voir ouverte pour lui une fenêtre d’agrément par Allah – ses actes sont bonifiés, ses pêchés sont effacés, ses invocations sont agréées, son rang est élevé auprès d’Allah, ses erreurs sont substituées par des bienfaits, et ses sens sont exposés à la réalité d’Allah et de celle de son Prophète – avec des signes majestueux et visibles à l’extérieur comme la Ka’ba, le çafà et Marwa, le Maqàmu Ibràhim, sans oublier le statut d’Hôte d’Allah ! Quel série de privilèges !!!
 
Puisse Allah nous accorder le secret de la sincérité et de la pureté de l’intention dans tout ce que nous entreprenons – et qu’Il l’agrée comme étant uniquement voué à sa Face.

A tous les aspirants au Hajj de cette année, qu’Allah vous mette dans les conditions d’un Hajj Mabrûr et qu’il Agrée pour tous les aspirants et tous les actes de Hajj.
 
 Avec mes meilleurs Zyars de ce Vendredi, en particulier à vous qui me lisez sur Asfiyahi.org.

Al Amine.

Par Al Amine Kébé, Président de la Hadara Tijâny de Genève
Vendredi 12 Octobre 2012

Cet Article a été lu plus de 663 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Dans la même rubrique :