contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



DOCUMENT FINAL DE LA XIIIème EDITION DES UNIVERSITES DU RAMADAN ORGANISEES PAR LE DAHIRATOUL MOUSTARCHIDINA WAL MOUSTARCHIDATY


Cet Article a été lu plus de 2213 fois


En 1978 lors d’une conférence publique tenue à Keur Dieumb Ndiaye, village situé à quelques encablures de Thiès, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy lança une déclaration historique dans laquelle il annonçait que la période allant de 1968 à 1978 pourrait être considérée comme une décennie ratée par la jeunesse.



DOCUMENT FINAL DE LA XIIIème EDITION DES UNIVERSITES DU RAMADAN ORGANISEES PAR LE DAHIRATOUL MOUSTARCHIDINA WAL MOUSTARCHIDATY
Celle-ci s’est ainsi lancée dans une entreprise de révolution tous azimuts, défiant toutes autorités religieuses et politiques. Après dix ans de destruction et de démolition, il restait à la jeunesse à pallier tous ces manquements par dix autres années de construction.
Cet appel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd car Serigne Moustapha Sy, ayant compris le message, s’est vite mis au travail pour rattraper le temps perdu et réduire l’écart béant entre le comportement des jeunes et les sublimes principes de leur religion.
C’est ainsi que le Dahiratoul Moustarchidine wal Moustarchidaty fut créé au début des années 80.
Fondé sur les principes de l’islam et sur la tradition confrérique, le Dahiratoul Moustarchidina wal Moustarchidaty est à bien des égards un mouvement religieux avec des idées réformistes. Il accorde une importance capitale à la dimension culturelle et sociale de ses membres. En effet, la religion constitue la principale source et le socle sur lequel s’appuie le dahira pour entreprendre des réformes importantes au niveau des mentalités et dans la société. La religion reste donc le faisceau lumineux dans lequel il puise pour éclairer les lanternes sur toutes les questions qu’il a eues à étudier. Elle demeure aussi l’aune par laquelle il mesure et jauge les choses contrairement à d’autres idéologies qui veulent faire de l’homme la mesure de toute chose.

Le DMWM est un mouvement réformiste en ce sens qu’il a réussi à transformer positivement les comportements dans une société corrompue, ruinée par des dérapages d’ordre religieux, social et culturel. Certes il n’est pas venu avec une nouvelle charia, mais il se voit dans l’obligation d’orienter des individus sombrant dans les turpitudes et fluctuant entre les vagues de l’est et de l’ouest sans repères sûrs.
Ainsi, le DMWM intervient dans tous les domaines et traite avec toutes les communautés religieuses (quelles que soient leurs différences de vision et d’orientation) voire toutes les franges de la population.

C’est un mouvement social qui s’occupe de l’environnement de l’être humain en menant un combat tel que l’écologiste qui lutte contre la pollution de la nature. C’est dire donc qu’une vie humaine sans valeurs religieuses et morales se révèle plus dangereuse et plus préjudiciable à l’homme qu’une pollution atmosphérique.

Le DMWM est aussi un mouvement culturel qui gère son sujet en l’occurrence l’homme avec ses deux composantes essentielles à savoir son esprit et son âme. Il accorde une place de choix à la culture dans son programme et chacune de ses activités renferme des initiatives de nature à cultiver l’esprit et à purifier l’âme.

L’Université du Ramadan demeure l’épine dorsale de dimension culturelle.
Le chercheur se rendra compte de prime abord que l’Université du Ramadan revêt deux aspects qui sont au service des composantes de l’homme à savoir l’esprit et l’âme. Le mot université comporte dans son acceptation étymologique l’ensemble des connaissances de nature à alimenter l’esprit et à le cultiver. Quant au mot ramadan il renferme l’ensemble des mécanismes destinés à nourrir et à purifier l’âme afin de la ramener à sa pureté originelle. L’esprit et l’âme sont deux jumeaux siamois inséparables.
Le choix du mois de ramadan pour abriter cette université n’est donc pas fortuit. Il se fonde bel et bien sur une base claire, car répondant à un objectif qui s’inscrit dans les principes du dahira.
L’Université du Ramadan est l’une des initiatives majeures qui témoignent du génie et de la clairvoyance de Serigne Moustapha Sy, le guide éclairé du mouvement car elle reste unique dans son genre dans tout le monde islamique. Tout le mérite lui revient car il est à la fois le concepteur et le pionnier dans l’exécution. Cela d’autant plus qu’il a animé l’intégralité des conférences de la première édition qui remonte en 1996 devant un parterre de jeunes intellectuels triés au volet.
Aujourd’hui, il est difficile voire impossible de savoir le nombre exact des personnes qui suivent avec intérêt les cours magistraux car les internautes dépassent de loin le public qui prend d’assaut la place abritant l’université.
L’Université du Ramadan ouvre ses portes aussi bien aux détenteurs de la pensée islamique qu’aux porteurs de la culture occidentale, abstraction faite de leur appartenance politique et/ou de leur conviction religieuse. Ce qui montre l’encrage du dahira dans le principe de l’enracinement et de l’ouverture ; d’où l’importance et la pertinence des thèmes qui y sont traités.
C’est sur ce registre qu’il faut jauger l’intérêt de ces thèmes qui intègrent tous les aspects de la vie humaine sans laisser en rade les problèmes de l’heure qu’ils diagnostiquent sans complaisance, avec une argumentation solide, de la politique à la culture en passant par l’économie et la communication. L’objectif visé dans cette diversité est d’armer intellectuellement et spirituellement la jeunesse, de former des cœurs nouveaux illuminés par la foi et ayant goût à la religion.
L’Université du Ramadan a démontré à travers ses différentes éditions que cette méthode du dialogue est le meilleur procédé pour réaliser la compréhension mutuelle entre les fils de la oumah islamique. C’est une voie de salut pour une synergie : des efforts et des compétences intellectuels et scientifiques, et des courants de pensée politiques sociaux et économiques susceptibles de réaliser une jonction entre la religion, la science et la vie dans toutes ses dimensions.
Pour un bref rappel, les thèmes étudiés de la première édition à la 13ème seront cités dans le chapitre suivant. Par contre, la liste des différents intervenants se trouvera en annexe.

Mercredi 25 Novembre 2009

Cet Article a été lu plus de 2213 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :