contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



DdM - Vendredi 08 Rajab 1437 – 15 Avril 2016. Le Pêché ni accident, ni fatalité…plutôt un traceur radioactif


Cet Article a été lu plus de 547 fois




N’est-ce pas une imposture que de proclamer après avoir commis faute et grossièreté que c’était écrit par Allah ? Allah ne Détient rien de mal, or le pêché est dans le domaine du mal. Tout ce qui nous arrive de bien est bien de Lui, et tout ce qui nous arrive de mal est bien sûr le résiduel de nos errances après le passage de son éponge de pardon (V30, S42). Comment alors argumenter sur la fatalité du pêché, car soutient Imam Mahdy dans son prêche de ce midi à Genève, si telle était la sentence de tous les péchés, il n’y aurait plus de sens à distinguer le bien du mal…tant et si facile que quiconque aurait libre cours de perpétrer toute sorte de mal entre tuerie, vol, triche, adultère, drogue, etc. et de le mettre sur le dos de la Volonté divine. Le destin n’est pas une fatalité, c’est un attribut du champ de la Connaissance que Seul Dieu Détient et est donc inaccessible (V65, S27). Réveillons-nous et sachons plutôt user de la repentance, lorsque nous dérapons, adresser à Allah une requête de Pardon lorsque nous fautons, nous évertuer à être sincères dans notre intention de nous accommoder de ses ordres et d’éviter ses interdits, mais aussi de ne jamais désespérer de sa Miséricorde, quelle que soit la gravité de nos fautes.


Nul ne pourrait incriminer Allah d’avoir agi en mal, et nul ne pourrait incriminer Satan d’avoir été induit dans la déviance (V22, S14) et nul ne peut se déchausser sur des oppresseurs pour avoir mal agi (Vs 31-33, S34). Il ne reste donc que la responsabilité individuelle humaine et Allah a anticipé tous les arguments dans le Qur’ân pour opposer un déni à qui serait tenté par pareille aventure. « Ceux qui ont dévié dans le chirk prétendront que n’eut été la volonté d’Allah, nous ne serions pas tombés dans la déviance. Encore moins nos parents, et nous n’aurions commis aucun interdit. Ainsi avait prétendu les tricheurs qui les ont devancé dans cette méthode, jusqu’à ce que notre châtiment les surprenne. Dis leur ajoute Allah à l’endroit de son Prophète, disposeriez-vous à présent d’une quelconque science que vous pourrez nous exposer ? En réalité, vous n’avez fait que suivre vos pulsions et vous n’avez fait que mentir (V148, S6) ». Il est donc clair qu’aucun argument ne peut légitimer les fauteurs devant Dieu, ni par le passé, ni maintenant, ni dans le futur.

Si l’argument de l’imposture est écartée pour les fauteurs, et c’est plutôt rassurant, si ni Satan, ni quiconque d’autre ne saurait porter la responsabilité du mal agissement humain, il reste à trouver les voies et moyens de conjurer les conséquences du pêché et de s’en remettre avertit l’Imam. Ce sont les pêchés de ses serviteurs que Allah Extirpe comme indicateurs biométriques de leur fiche signalétique (V17, S17), aucune chance d'échapper et c'est donc bien un traceur radio-actif. Le bouclier contre le pêché précise l'Imam réside dans une démarche qui consiste à – (i) éviter à tout prix d’en commettre, (ii) se repentir dans l’immédiat une fois commis, et avec sincérité, soit le regret de l’acte et la sincérité du repentir, (iii) ne pas reconduire les circonstances et les causes du pêché, (iv) couvrir de suturë les actes de déviation et ne pas s’en glorifier, (v) et demeurer en permanence dans la requête du Pardon (Istighfâr) avec l’espoir d’obtenir gain de cause d’Allah. Chacun de ces comportements nécessite une éducation individuelle, mais le récidiviste dans la déviance minimise ses chances de sortir de la zone rouge et de saisir la perche par Allah tendue pour l’aider. Et dans ce processus d’auto-éducation, il ne faut minimiser aucun pêché, il faut plutôt se rendre compte de la Majesté de contre qui on a désobéi, cela aide à juger adéquatement et poser la bonne attitude.

Par exemple, certains se plaisent par étourderie ou par orgueil à divulguer des pêchés qui pourtant ont bénéficié de la couverture discrète d’Allah, car Allah de par le secret de son Sattàr Couvre toutes les fautes et déviations. Ils s’exposent ainsi à la colère d’Allah, d’autant que le Prophète a dit (Hadith) que sa communauté sera repêchée si nécessaire sauf les divulgueurs de mal. Et pour illustrer cette miséricorde en bonus d’Allah, le Prophète ajoute le hadith suivant. Le jour du jugement, Allah aura un entretien tête à tête avec chacun de ses serviteurs durant lequel il exposera les unes après les autres toutes les déviations et fautes. Lorsque le serviteur sera accablé et qu’il jugera de lui-même de la gravité, de la multiplicité et du nombre immense de tant de fautes, Allah lui Dira, te rappelles-tu de tel pêché, de telle faute, de telle déviance…et il les reconnaîtra tous. Allah lui Dit alors, vois-tu, lorsque tu les commettais dans le monde, je t’avais couvert et nul n’était au courant, aujourd’hui, je conserve la couverture et j’ajoute que je te les pardonne.

C’est le sens dira l’Imam de l’offre très prometteuse d’Allah à tous ses serviteurs sans distinction (Yà ‘bàdy…), mais en particulier, ceux qui ont nagé abondamment dans la déviance jusqu’à perdre espoir de la miséricorde de Dieu de ne point désespérer, car Allah Pardonne toutes les fautes, toutes Dit-Il sans exception (V53, S39), car Il est par Essence, le Pardonnateur, le Si Miséricordieux.

Mais s’empresse de préciser l’Imam, ce processus n’est pas une invite au laisser-aller en se disant que Allah a Dit dans le Qur’ân qu’Il Pardonne tout et qu’on peut se permette de fauter ! Au contraire, c’est une invite à la recherche de la proximité avec Allah en minimisant les occasions de déviance et orienter ainsi les interventions divines pour soi dans d’autres sphères plus productives. Si le croyant nage dans le pêché, et persiste dans la déviance, Allah Peut - car il suffit qu’Il Veuille - le repêcher et lui pardonner, mais il risque donc de ne pas bénéficier d’autres ressources encore plus utiles pour sa vie sur terre comme l’ouverture, l’aisance dans les démarches, la solution aux problèmes…puisque les ressources budgétisées en quelque sorte par Allah pour lui ont été entièrement dépensées dans le pardon des pêchés, alors que ces ressources existent ici et là-bas. Autant donc opter pour une démarche qui maximise l’utilité des ressources qui ne sont disponibles que dans ce monde et qui aide grandement à mener une vie productive et sereine.

Voilà donc plutôt l’appel du prophète (Hadith) pour rester dans la proximité avec Allah, cultiver les qualités d’un croyant exemplaire et servir de modèle à son entourage. Il s’agit de (i) faire preuve de crainte d’Allah partout où que tu sois, (ii) t’évertuer à tout de suite faire suivre une bonne action si d’aventure tu commets une mauvaise action afin qu’elle soit effacée, et (iii) interagir avec les gens dans la meilleurs des postures (Hadith). L’Imam s’arrête sur le (ii) - faire suivre toute mauvaise action par une bonne immédiatement pour l’engloutir et qui est illustré dans ce verset où Allah Dit clairement que les bonnes actions engloutissent les mauvaises (V114, S11). Par ailleurs rassure l’Imam, Allah Ouvre en permanence le service après-vente, 24h sur 24, 7 jours par semaine et 366 jours sur 365…qui peut faire mieux !? « Ceux qui lorsqu’ils commettent un mal ou font du tort aux autres, se ressaisissent et s’en retournent à Dieu, Lui adressant une requête de Pardon (V135, S3), bien fait de leur part, car qui d’autre qu’Allah Accueille les articles défectueux à la boutique du Pardon ? Ainsi, seront-ils protégés contre tout impact de ce qu’ils auraient commis et de pareille récidive ».

L’Imam s’est aussi insurgés contre ces prétendus donneurs de leçons qui stipulent que tel pêché exclut un tel de la religion. Il n y a pas de pêchés qui exclut de la religion. Le pêché est certes un mal, mais un mal presque consubstantiel à la nature humaine (Hadith) et qui obéit à une offre de pardon de la part d’Allah maintes fois exprimés dans le Qur’ân. Il ne s’agit donc pas d’inventer des règles d’exclusion ou de sanction. Nul autre qu’Allah n’est disposé de traiter les pêchés (verset précité) et donc nul ne peut se prononcer sur quiconque quant à la conséquence de son pêché. Il vaudrait mieux méditer ce Hadith du prophète qui dit que chacun devrait se concentrer sur ses propres errances et sur son cas personnel, assez sérieux, et non prétendre s’occuper des autres ou encore de se prononcer sur leur sort.

L’acte de désobéissance est pris en compte dans la religion d’Allah, mais il n’en retire pas l’appartenance. Celui qui désobéit a commis un acte identifiable, et tombe de facto dans la catégorie des Fàsiq, qui constituent par ailleurs la majorité des croyants (V110, S3), car Allah dit « seuls une poignée d’entre eux sont des croyants et la majorité s’en réclament tout en cheminant en dehors du tracé ». Retrouvons donc la bonne attitude conclue l’Imam, i.e. condamner le mal et tout agissement associé au mal, encourager le bien et toute action avec, sensibiliser dans la mesure du possible en toute humilité - et pourvu que nous soyons dans l’exemple - ceux qui ont tendance à skier hors-piste des conséquences de leur déviance. Conséquence qui incluent s’éloigner de l’Agrément de Dieu, ne pas bénéficier des autres bénédictions si le Pardon est appliqué abondamment, et courir le risque de faire naître un rejet implicite des croyants vertueux, car la nature humaine ne peut s’accommoder que du bien.

Joyeux anniversaires à ma Hadja Mamy Awa Ndir, Puisse Allah lui Accorder encore autant d’années pleines de toutes bénédictions, dans son périmètre de sécurité, et avec nos expressions conjuguées de gratitude qu’Il Aura Agréées de bout en bout en sa faveur!

Best Zyars
Al Amin

Par AL Amine Kébé
Vendredi 15 Avril 2016

Cet Article a été lu plus de 547 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par Mamadou J. Samba le 12/04/2016 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Machallaah Professeur ! Excellent ! Qu'Allah SWT vous garde et vous bénisse ! Amiin par la grâce de la Fatiha que vous avez bien, excellemment bien dirais-je, explicitée.

Au passage, j'ai noté "l'appréhension" - dans son duble sens d'ailleurs - du Ramadan par le "Kébé" ! Mais Inchallah cela va passer facilement comme les autres années. Yalna Yalla bourbi yobou ngi ci ak diam ak salam.

M. Samba (un sopé depuis Fos-sur-Mer/France)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :