contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – 05 Décembre 2014 – Vendredi 13 Safar 1436 – La Corde Solide d'Allah, Tissée de Paix et Indestructible


Cet Article a été lu plus de 269 fois


C’est l’Ingénieur -Architecte Thomas Andrew constructeur du plus luxueux et plus célèbre Paquebot de l’Histoire qui avait construit ce chef-d’œuvre du Titanic en 1909, et qui obnubilé par le sans précédent déclara que ce bateau est insubmersible et indestructible. Hélas, le bateau heurta un iceberg dans son voyage inaugural entre Southampton en Angleterre et New York le 14 Avril 1912 avant de couler dans la nuit - et le mythe de l’insubmersibilité et de l’indestructibilité tomba (pêché de Hybris dans la la mythologie Grecque). Dans le film qui a retrace les faits en 1997, on découvrit subrepticement dans les dialogues que Thomas Andrew alla jusqu’à dire que même Dieu ne peut pas couler le Titanic ! Ce qui est indestructible, dira Imam El Hadj Khalifa Kébé de Thiès, c’est plutôt la corde solide d'Allah (V 256, S2) et qui n'est rien d'autre que l'Islam, Islam dans ses valeurs premières de paix, de fraternité confessionnelle, de fédérateur des communautés et nations à travers toutes les époques, de concorde des cœurs et de vertu des actions. Il a cité les compagnons du Prophète comme de valeureux exemples d'artisans de la solidification d'une telle corde et rappelé les promesses d'Allah envers les croyants qui s'attachent à sauvegarder cet héritage de Paix ou d'Islam. Il a surtout exhorté à vivifier la valeur de paix de l'Islam, en rappelant que la promesse d'Allah d'entrer au paradis est justement apostrophée par un mot de bienvenue sous forme de paix (V46, S15).



Allah Rappelle en guise d’alerte le danger qui guettait les diverses composantes de la communauté des croyants lorsqu'à Médine autour du Prophète, la division et les querelles d'antan ont failli annihiler tout le capital amassé sur la Voie unique de l'Islam. Pire précise l'Imam, et illustrant avec le Qur'ân, l'animosité a refait surface et peu s'en fallait que les tiraillements précipitassent les uns et les autres dans le châtiment du feu (fin du V103, S3), mais Allah les en a sauvés pour que chacun se ressaisisse et reprenne une chance de s'agripper à la corde…de la paix. Agrippez-y vous alors tous ensemble dit Allah (1ère partie du V précité) et ne laissez plus jamais les démons de la division semer la zizanie entre vous. Voilà dira l'Imam une alerte que la fraternité dans l'Islam est à la fois une bénédiction de Dieu, mais aussi un chantier en perpétuelle construction, tout comme la paix dira-t-il, qui est le premier sens de l'Islam, même si plusieurs autres sens s’y ajoutent , mais n'est jamais une fin en soi. La paix commence par le cœur assaini de chacun d'entre nous (V143, S7), et s'exporte dans l'entourage immédiat, dans la communauté, dans la nation et entre les peuples pour servir de ciment de développement. Et c'est Allah qui insiste que c'est certes un fait la fraternité dans la foi (1ère partie V10, S49), mais que la culture de sa solidité et de sa vertu nécessite action et interaction de notre part (2ème partie), c'est-à-dire, dira l'Imam avec force, la culture et le culte de la paix.



Le culte dira-t-il, c’est dans sa sauvegarde à l’échelle sociale, la culture, c’est sans son édification entre les nations. L'Imam invite donc les croyants à prendre du recul et revisiter l’histoire dans les conditions de construction de cette fraternité (corde) à Médine avec le Prophète au centre de toutes les convoitises et pressions - immigrés (Muhàjirîn), Résidents (Ansàr), étrangers d'autres cultures (Ethiopie, Perse, Egypte), croyants convaincus des premières heures, adhérents nouvellement convertis, jeunes pris par un certain scepticisme, femmes trop soumises au poids des traditions et en quête de reconnaissance de leurs droits, etc. La méthode du prophète précise-t-il était d'octroyer les mêmes droits à tous sous l'autorité divine de Dieu et d'éduquer le cœur de chacun à battre au rythme de la Foi en Allah pour le bien de tous. Tel est d’ailleurs l’écho qu’en a fait Ahmad Shawqi – Allah au-dessus de toute la création, et les humains sous sa bienveillance égaux en droits, le culte est aisance, le pouvoir est allégeance, les affaires soumises à la consultation, et les droits appliqués dans la constitution.



Cet élan à l'unisson ne doit souffrir d'aucune faille, et c'est ainsi que Allah émet des alertes sur ce qui pourrait la saborder. Ne vous disputez-pas, ne vous tiraillez-pas, au risque de vider la sève de la branche sur laquelle vous êtes tous assis (V46, S8), et raffermissez ensemble votre foi par la patience en comptant sur la magnanimité de Dieu.

Et du prophète dira l'Imam, la communauté a hérité ces valeurs de noblesse qui font la solidité d'une société et d'une nation. Il s'agit de la solidarité dans la vertu de l'action productive (DdM de la semaine dernière), la concorde des cœurs, la concertation pour le meilleur de la société, l'entraide, le tout baignant dans la foi et la piété. Chacun de ces termes ajouta-t-il est une forme de paix, qu'il faut reconquérir, puisque Satan a manigancé pour sortir nos ancêtres (V27, S7) de la demeure de paix (Paradis) et s’est engagé à nous obstruer les chemins de retour (V17, S7), mais Allah nous donne une chance d' y retourner si nous réussissons à reconquérir cette valeur originale de paix à toutes les échelles précitées - individus, familles, communauté, nations et peuples, et ce à travers nos intentions, nos expressions de tous les instants, nos actions et interactions avec toutes les composantes de la création sans exception (sauvegarde de l’environnement).



L'Imam de rappeler que dans ce devoir de reconquérir notre statut d'habitant de la demeure de paix (V127, S7), les piliers standards de l'Islam sont certes des références qui prévalent, mais que ses valeurs sont plus en vue dans la quête de la guidance, guidance qui ne peut être atteinte que selon l'itinéraire de paix (V25, S10). Il s'agit donc de reconstruire notre développement à partir de toutes ces facettes de paix par la lumière de la guidance et qui se manifestent à travers les exigences des sociétés à vocation d’émergence (V57, S10). Les moments durs ne doivent pas masquer la force de la corde qui ne rompt pas ou ne devrait pas rompre précise l’Imam, puisque ancrée dans la Foi et dans l'histoire de la méthode du Prophète de léguer une valeur sûre - celle de se soumettre à Allah et de parfaire son action pour entrer dans la catégorie des bienfaiteurs ou acteurs de paix (V22, S21). Il invita donc chacun à s'approprier ces valeurs dans le quotidien de nos actions et interactions, pour garantir une société paisible, dans laquelle les cœurs sont unis dans la vertu et dans l'élan productif, une société qui reste sur ses gardes pour identifier les germes potentiels de sa diversion et de les neutraliser par le dialogue, le pardon, la concertation, la culture de la vertu et l'instauration d'une justice sociale et équitable (V25, S57).



Il n y a aucun obstacle fera-t-il remarquer, si obstacle il y a, il n'est que par nos égos, notre ignorance des enseignements du Qur'ân, nos mauvais choix de vie sociale et notre faiblesse à assumer l'héritage combien noble et grandiose du Prophète. Si nous sommes attachés à notre bien et à celui de la communauté, il ne devrait pas y avoir de doute sur notre engagement à sauvegarder cet héritage et à œuvrer pour les valeurs qu'il inclut - valeurs résumés dans l'appel de Dieu à ne pas nous disperser et à rester fermes devant l'adversité (V45, S8), or la pire des adversités est le sabordage (et pour rester dans le langage maritime du Titanic !) de la paix. Et c'est ainsi conclue-t-il que le Prophète Yusuf a réussi à ressouder une famille divisée pendant des décennies par la haine, l'envie, la jalousie, et la déviance de l'héritage des prophètes (S.12). Point de vengeance avait dit Yûsuf, il n y a que Satan qui a tenté encore de nous diviser (V100), mais la magnanimité d'Allah, lorsque nous savons la saisir est supérieure aux plans de Satan…et ce geste historique de raviver la paix que le prophète Yusuf a légué à l’humanité est le premier jalon qui a consacré l'émergence de l'Egypte dans un monde en profonde crise économique à l’époque. Comble de paradoxe, l’Egypte retombe aujourd'hui dans les abysses d'une violence inouïe, et qui s'écarte de la marche de l'histoire, dont elle a longtemps été parmi les pionniers.



A l'origine conclut Imam El Hadj Khalifa Kébé, le paradis fut notre demeure (de paix), à la fin, nous y retournerons en paix (V34, S50) selon la promesse d'Allah, ne devrions-nous donc pas établir le pont entre ces deux par toutes les paix possibles, paix des cœurs, paix de l'esprit, paix dans l'expression, paix dans la cité, paix dans les foyers, paix dans les mosquées, paix dans les assemblées et conseils, paix en nous, paix en dehors de nous, paix entre nous, paix comme pain quotidien de notre indéfectible quête de bien (V89, S43).



Best Zyars


Par Al Amine Kébé
Vendredi 5 Décembre 2014

Cet Article a été lu plus de 269 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :