contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 07 Ramadàn 1438. 02 Juin 2017 Attention à ne pas Surcharger vos peines avec celles d’autrui (V13, S29)


Cet Article a été lu plus de 697 fois




Direct du Min’bar – Vendredi 07 Ramadàn 1438. 02 Juin 2017  Attention à ne pas Surcharger vos peines avec celles d’autrui (V13, S29)
A Madinah, sur le Min’bar du Prophète ç’AwS, Imam Hussain Bin Abdul ‘Aziz Ash-Shaix a rappelé la double réalité des opportunités d’accroître notre capital de bienfaisances tout comme des risques d‘aggraver notre sort. Comment capitaliser sur l’un et ne pas encourir l’autre. Le Ramadan rappelle-t-il est une énorme occasion pour tous les croyants de remettre à jour leur logiciel d’adoration d’Allah et de bénéficier d’un nouveau départ. Car ajoute-t-il le Prophète a promis que quiconque accomplit les devoirs du Ramadan avec probité et sincérité bénéficiera d’une amnistie totale de ses pêchés. Or, voilà qui pourrait nous priver d’une telle aubaine, la négligence du tort à autrui, l’orgueil de ne pas reconnaître nos fautes, l’ignorance de ne pas s’y prendre à temps pour éponger les malentendus et lever les équivoques, et peut être surtout l’assurance gratuite que l’occasion se présentera à nouveau. Osons revoir toutes ces considérations et faisons le premier élan vers nos frères, sœurs, amis, connaissance, quiconque avec qui nous avons un différend qui perdure, une équivoque non levée, un cas en cours, un argument non tranché, car au risque d’espérer récolter un Ramadan de tout bénéfice, nous pourrions ne rien récolter et même pire, léguer notre récolte à autrui. 


La crainte d’Allah entonne l’Imam est une assurance tout-risque, puisqu’elle protège ses adeptes en un lieu sécurisé dans ce monde (V51, S44) tout en leur anticipant une félicité divine dans l’autre monde (V17, S52). La Taqwà est un véhicule tout terrain avec 4 roues motrices tournant dans toutes les directions et dans tous les sens – sirran wa jeuhran, zàhiran wa bàtinan…La meilleure méthode d’acquérir les bénédictions d’Allah ajoute-t-il est dans l’élan vers le bien, tout en se fermant aux interdits. Il ne suffit pas de tendre vers le bien, il faut fermer la porte à toutes les tentatives du mal, se refuser à tous les interdits, comme nous y invite Allah (V90, S16). Or, le Ramadan est la meilleure opportunité pour exceller en la matière. Et nombreux sont les croyants qui tombent dans l’ignorance de juste ne pas manger, ne pas boire…voilà le risque dit-il !


Le Prophète a alerté plusieurs fois ceux qui pendant le Ramadan remplissent leur temps de verbiages, de bavardages futiles, de calomnie, de mensonges et de toute autre expression interdite ou indécente. Pour ceux-là, rappelle-t-il, Allah n’a aucun besoin de leur faim et de leur soif. Mais s’empresse-t-il d’ajouter, ils risquent de grossir le rang des purs perdants dont le Prophète parlait avec détail dans un Hadith. Il avait demandé aux compagnons de lui décrire un perdant et chacun y était allé avec des scénario de toute sorte, mais limité uniquement à des déficits de cette vie de finitude. Le Prophète leur explique que le perdant au vrai sens de perdition (khasàra) est celui dont l’œuvre dans ce monde impressionne par sa valeur nominale aux yeux d’une comptabilité primaire basée sur ce qu’il aurait accompli de salàt, de Zakàt, de jeûne, et de toute sortes de bienfaisances. Au sortir de cette première évaluation juste nominale, il se retrouve à devoir compenser à tant de personnes autant de torts aussi variés qu’il leur aurait fait – par le verbiage, la calomnie, le colportage, la mauvaise intention, l’association de malfaiteurs à son encontre, la médisance, etc. Il finira par compenser chaque victime avec la totalité de ses crédits alors que les torts aux autres continuent de venir sur son compte secondaire. Faute de crédit, on lui chargera ensuite les pêchés des autres comme légitime compensation…et le voilà lourd de surcharge à porter et son propre fardeau et celui des autres (V13, S29)…Ils seront interrogés le jour du jugement dernier conclut Allah sur ce qui leur aurait bien coûté une telle mésaventure…et le Hadith conclut par dire qu’il sera jeté en Enfer…qu’Allah nous Préserve d’un tel sort.


Evitons donc insiste l’Imam de négliger le tort, et le Ramadan est une occasion d‘éponger les torts, de nous soustraire à toute forme d’attaque aux autres, de purifier notre esprit, notre cœur, notre langage, nos expressions et de ne les assujettir qu’au bien…Il y a dans les influences de Satan toute sorte d’instigation à faire du mal à l’humain et si nous ne prenons garde, nous nous retrouverons allié de Satan au grand malheur de notre sort. Imam Nawawiy avait commenté ce Hadith en louant celui qui lorsqu’il meurt, il meurt avec ses pêchés, fautes et insuffisances, car rien de mal ne subsistera comme conséquence de ses actes, et celui-là restera un modèle et reposera en paix, mais malheur ajoute-t-il à celui qui même mort, survit par la conséquence de ses mauvais actes, par l’intensité du mal qu’il aura commis, par les influences néfastes qu’il aura joué et nul doute que son livre continuera d’enregistrer tout impact issu de ses actes contre-indiqués.
 
 
Protégeons-nous alors et protégeons nos organes et sens de ces risques qui les guettent alors que toutes les opportunités sont offertes pour qu’ils profitent des soldes monstres d’Allah (Ramadan). Evitons de remplir les poches d’autrui, de labourer au profit des autres alors que notre grenier reste vide, évitons de tomber dans la facilité de l’injustice en faisant torts à outrance, les torts se transforment en ténèbres (jeu de mot Arabe par le Prophète) le jour du jugement. 


Restons plutôt, conseille l’Imam, dans la vertu du Ramadan, dont le sens véridique est l’éducation des sens pour les élever au rang de piété (Taqwà). Le Prophète a conseillé celui qui jeûne de sauvegarder son jeûne, quitte à répondre à tout éventuel dénégateur ou provocateur que parce que j’ai jeûné, je me dois de m’abstenir même de réagir aux provocations, tout comme le croyant lors du prêche de l’Imam le Vendredi, même rappeler à un autre qu’il doit se taire est en soi un acte de déviance. Il faut juste se taire et écouter. Le jeuneur aussi doit juste se concentrer sur son jeûne et ne pas s’en dévier.


Allah nous Veut du bien, voilà pourquoi Il a Prescrit le Ramadan pour nous aider à échapper à tous les risques et retrouver la sécurité de son périmètre en entrant dans le cercle de Taqwà…et la finalité même du Ramadan est justement l’acquisition définitive de la Taqwà (conclusion V183, S2) – quelle chance ! Ne la gâchons pas prévient l’Imam !


Best Zyars en ce 1er Vendredi, 7ème jour du Ramadan 1438, et qui augure tous les espoirs  de Pardon du Seigneur, pourvu que nous même aussi ayons accordé le pardon à nos semblables, tout en sollicitant les leurs pour tout tort porté à leur encontre.


Je me réjouis de partager la compilation des DdM de 2016 attaché, en remerciant encore Eutu Maodo pour ce travail remarquable.
Al Amin



Asfiyahi.Org
Vendredi 2 Juin 2017

Cet Article a été lu plus de 697 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :