contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 16 Chawwàl 1434 – 23 Août 2013 – L’Enracinement (Al Ithbât) dans la Religion d’Allah


Cet Article a été lu plus de 474 fois


Cheikh Atqàny dans sa prêche de ce midi à Genève a puisé dans une des formules d’invocation du Prophète les motifs de revisiter notre foi et notre piété, afin de nous assurer que nous sommes bien enracinés dans la religion d’Allah, faute de quoi toute notre vie, nos activités, nos pratiques risquent de ne pas être agréés par Allah. Le Prophète Ibrahim avait bien compris ce risque, lui qui dès le début (Vs. 161-2, S.7) a explicitement attesté son enracinement dans la religion d’Allah en soumettant sa vie, sa mort, sa pratique et tout ce qu’il entreprend exclusivement à Allah, Seigneur de l’Univers, dénué de toute forme d’associationnisme. Et cet enracinement dans la religion d’Allah, dira l’Imam est un test d’adhérence que nous devons accomplir pour solidifier notre foi et atteindre la piété (pureté).



Direct du Min’bar – Vendredi 16 Chawwàl 1434 – 23 Août 2013 – L’Enracinement (Al Ithbât) dans la Religion d’Allah
Le contexte – et pour rester fidèle à la chaine de transmission – est celui d’un croyant qui demanda à Seyyidatuna Umu Salama (épouse du Prophète) quelle formule était la plus régulière parmi celles que le prophète usait dans ses invocations en famille. Umu Salama de répondre – Allàhumma Yà Muqlibbal qulûb, thabbit qalby ‘alà dînik - Seigneur, Toi Qui Oriente les cœurs, Enracines mon cœur dans Ta Religion.

Formule dont l’écho retentit dans bon nombre d’autres formules d’invocations (V. 8, S.3), et qui se focalise sur le cœur, ce centre de décision humaine hyper important dont pourtant le contrôle reste entre les doigts d’Allah (Hadith). Le Prophète avait précisé que c’est ainsi que Allah Tourne les cœurs entre Ses Doigts, et voilà pourquoi il s’en remit à Allah pour l’invoquer de Maintenir son cœur à lui dans La religion d’Allah. Cet enracinement est la condition sine qua non pour grandir, se développer, croître, s’épandre, et devenir productif (V.24, S. 14). Car dira l’Imam, et c’est un des dangers qui guette le croyant ou l’aspirant à la pureté, le prophète avait mis en garde contre ces cœurs qui tournent au gré des évènements ou des tendances (certains politiciens s’en rappellent) et qui peuvent se réveiller croyant et dévier dans l’après-midi (Asbaha mu’minan’ wa yumî kàfiran’). Seydinà ‘Umar reconnaissait au cœur son imprévisibilité. Pour le croyant, toute pratique puisée dans la vie du prophète est un chapitre de religion et donc ajouta l’Imam, il devient impératif de suivre l’exemple du Prophète dans ce chapitre particulier (V.21, S.33). N’est-ce pas d’ailleurs le fondement de notre Foi aux sources enracinées dans la Tawhîd, car l’Attestation de foi, même si elle distingue (i) la Tawhîd (vouée à Allah) et (ii) la Soumission (à la Sunna) au Prophète constitue un seul pilier et nul ne peut se voir accepter son Attestation de la Foi si celle-ci n’est pas construite sur ces deux composantes – Tawhîd (Ach-hadu an là ilàha illal-Làh) et soumission (wa Ach-hadu anna Muhammadan rasulul-lah). Ainsi seulement puissions-nous prétendre appartenir à la religion d’Allah et bénéficier de toutes les promesses y associées et qui culminent à la prospérité dans toute entreprise (V.2, S.47).

Mais justement fera remarquer l’Imam, ce test d’adhérence sur l’enracinement dans la religion, l’avons-nous vraiment subi, autrement, nos foyers seraient plus paisibles, nos sociétés plus apaisées, nos cœurs plus sereins, nos familles plus unies, nos enfants plus prospères et plus porteurs d’espoir quant à la pratique de la religion d’Allah. Comment pouvons-nous vivre dans un contexte où nos enfants déclarés croyants, baptisés musulmans ne vivent rien de la religion d’Allah ? Comment nous-mêmes parents et adultes qui sommes responsables de leur éducation n’appliquons pas ce que nous apprenons ou savons du Prophète (comme cette formule)… ? Et pratiquer devant eux pour qu’ils prennent exemple, qu’il apprennent, qu’ils se familiarisent avec la Voie (V.108, S.12) ? Le prophète encourageait les croyants à pratiquer la religion en famille, à réunir adultes et enfants dans le foyer pour lire le Qur’ân, commenter des Hadiths, parcourir des récits Qur’âniques, et prier dans les foyers (Hadith). Lui-même faisait ses nawàfils dans sa maison avant d’accomplir l’obligation à la Mosquée et incitait les croyants à organiser des prières en famille dans les foyers, de faire des invocations en famille et d’attirer sérénité, miséricorde et bénédiction dans les foyers. Il recommandait aux compagnons de faire monter l’appel à la prière (Âzàn) dans les foyers, de faire la Iqàma à haute voix, de réciter le Qur’ân et de faire des Zikrs et invocations régulièrement dans les foyers en y associant les enfants.

Le Qur’ân rappela l’Imam est la meilleurs des invocations (Zikr) et il doit habiter nos cœurs et nos cours – Le Prophète a rassuré (Hadith authentifié) que dans une demeure où le Qur’ân se lit, la Nûr d’Allah y pénètre en permanence et que la lecture de la S. Baqara dans un endroit suffit pour le bétonner contre toute tentative de Satan.

Nous organisons des voyages en famille, des vacances entre amis, des pique-nique ou BBQ au bord du lac ou de la plage, nous organisons des sorties d’hiver en montagne, des randonnées de printemps, des voyages d’études pour nos enfants, pensons-nous à organiser des lectures communes de Qur’ân, des séances de Zikr et de prières, des commentaires de récits prophétiques ou seulement dans nos moments de détente y inclure des sessions d’invocation et de pratique de la religion?

L’enracinement dans la religion d’Allah que le Prophète invoquait réside dans une telle pratique dira l’Imam, qui rappela que l’insistance du Prophète dans ces mises en garde et rappels tient seulement du fait que Allah lui a fait don d’une tendresse et d’une miséricorde hors du commun (V.159, S.3 et V. 129, S.9) et son sens du partage des bénédiction et son intention pour le bonheur de la race est inestimable. Allah lui a dit en effet que n’eut été Sa Bénédiction de l’Enraciner dans La Religion (donc son invocation est agréée et la nôtre dans son sillage aussi si nous y mettons l’énergie requise), peut s’en faudrait qu’il rallie leur égarement (V.74, S.17), et que n’eut été la Faveur d’Allah et Sa Miséricorde (V.113, S.4), il serait victime de tentative d’égarement, mais ceux qui s’en prennent à lui pour tenter de le dévier ne font que dévier d’eux-mêmes.

La morale dira l’Imam, c’est que lorsqu’un croyant reste enraciné dans sa religion (V.105, S.5), adhère à la Sunna du prophète comme les pneus d’une voiture le font sur l’asphalte quelle que soit vitesse, altitude et courbure, nul ne peut le détourner, lui faire tort ou encore le dévier de sa trajectoire (enracinement et adhérence). Il est donc de la responsabilité de tout croyant conclut l’Imam d’invoquer Allah à la suite du prophète pour rester enraciné dans Sa religion et rester adhérent à la Sunna du prophète, car lorsque la religion est absente dans le cœur de quelqu’un, toutes les portes du mal s’ouvrent et lorsque Allah habite le cœur de quelqu’un, nul mal ne peut en émaner, d’où l’impératif de familiariser nos enfants à la religion. Le vrai trésor de la race, c’est donc le Ithbàt dans la religion…Allahumma, Yà Muqalibbla Qulûb, thabbit qalby ‘alà dînik. Apprenez la formule et apprenez-la à vos enfants et à vos familles, partagez-la et invoquez Allah régulièrement après chacune des 5 salàt quotidiennes afin de bénéficier de ce trésor.


Avec mes chaleureux Zyars à nos sœurs et frères du Daara Cheikh Seydil Hadj Malick Sy de Stockholm qui célèbrent leur Gamou annuel ce Samedi. Qu’Allah y Déverse la Totalité de Ses Bénédictions.


Par Al Amine Kébé (Genève)
Vendredi 23 Août 2013

Cet Article a été lu plus de 474 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :