contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 19 Février 2016. L’Attitude envers les parents, Piste de décollage ou Tunnel de déchéance !


Cet Article a été lu plus de 356 fois




Sur le Min’bar à Médine un jour le prophète s’est mis en plein prêche à dire ‘Amîn’ sans que les compagnons ne comprennent pourquoi. Après le prêche et la prière, c’est lui-même qui a éclairé leur lanterne. Savez-vous pourquoi je disais Amîn ? Les compagnons répondirent non Yà Rasûlal-Làh, il ajouta, Djibril a prié que celui qui eut la chance d’avoir vécu avec ses parents jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge avancé et n’en a pas profité pour gagner le Paradis soit maudit ! J’ai dit Amîn. Imam Abou Assia est parti de ce Hadith pour alerter sur le double tranchant de l’attitude envers les parents. Car, autant il est facile de décoller et d’atteindre les sommets de la consécration à partir de leur bénédiction, autant le fait de ne pas honorer ce devoir de bienveillance à leur égard peut faire sombrer dans la déchéance et le mal-vivre. Allah n’a-t-il pas Ordonné de manière explicite de coupler son Adoration sans associé à ce devoir de bienveillance permanente et compréhensive (V36, S4) ? N’A-t-il pas Etabli le serment avec le peuple d’Israël sur ces mêmes bases (V83, S2) ?
 
Sur le podium des actes les plus considérés par Allah, la médaille de Diamant est remportée selon le Prophète par la Salât à son heure, alors que la médaille d’Or revient justement à la bienveillante attitude envers les parents. A l’opposé, parmi les pêchés les plus graves figurent en tête l’associationnisme suivi du déshonneur envers les parents. Et d’ailleurs, l’agrément tant convoité d’Allah s’obtient par le truchement de l’agrément mérité et obtenu des parents, mais bien sûr si les parents ne sont pas satisfaits, le croyant encours la colère d’Allah (Hadith). Tout ce qui concourt à améliorer le bien-être des parents et qui n’entre pas en contradiction avec l’Adoration d’Allah devient une obligation pour le croyant. Et l’Imam de préciser que le terme bienfaisance (Ishàn) dont Allah Use dans ces versets précités vient dans une forme grammaticale d’attribut indéterminé, pour signifier que toutes les formes de bienfaisance sont bienvenues – attitude, parole, gestes et actes, comportements et soins, anticipation de leur demande, invocation pour leur longévité dans le bien-être, humilité à leur égard, obéissance, respect et considération.
 
La bienfaisance envers les parents constitue donc le code d’accès aux trésors et l’ultime chance de sortie de crise (Mafàtihul khayr), comme en témoigne le dernier récit des compagnons de la grotte qui a dénoué la situation. Il s’agissait de ce berger qui décrivait comment il prenait soin qu’avant que ses enfants et sa femme soient servis du lait de ses troupeaux, il allait d’abord servir ses parents dans un village à côté. Un jour, il les trouva entrain de dormir et il ne voulut les réveiller. Il tint le bocal toute la nuit en attendant qu’ils se réveillent pour leur servir. Ces gestes exceptionnels dans un autre contexte, deviennent pourtant si simples et ordinaires lorsqu'il s'agit des parents, car et c’est Allah qui nous Rappelle, lorsque nous étions petits et vulnérables, il leur arrivait très souvent de sacrifier leur désir et souvent leur santé (contre-indication médicale grossesse et allaitement) pour nous maintenir en vie et en bonne santé (V23, S17) et pourtant nous ne pouvons que constater le résultat, nous étions encore si fragiles. Et donc, rien n’est grandiose, rien n’est exceptionnel dans le bien et dans la bienfaisance envers les parents, car aucun geste, si noble soit-il, si attentif soit-il, si inattendu de bienveillance soit-il ne peut rivaliser avec un seul de leur innombrables sacrifices pour nous avoir porté, élevé et maintenu.
 
Et Ibn ‘Abbàs dans son interprétation du verset 36 de la S4 fait remarquer que la conjonction de coordination entre les deux verbes impératifs – Adorez Allah sans associé et soyez de toute forme de bienveillance envers les parents signifie que les deux sont condamnés ensemble dans un même impératif. Autrement, Allah n’Accepte d’aucun croyant adoration et Tawhîd si ce n’est en conjonction avec la bienfaisance envers les parents. Il est donc un devoir dira l’Imam d’explorer les gestes de bienfaisance à répéter sans cesse en direction de nos parents pour valider notre adoration quotidienne. Et il en cite quelques-uns, illustrés par le Qur’ân et les Hadith.
 
Obéissance – Tant que c’est Allah qui l’Ordonne et tant qu’obéissance à leur égard ne soit pas dans la désobéissance envers Allah. Il ne faut bien sûr pas obéir lorsqu’ils invitent au mal, comme avait alerté le Sage Luqmàn (V15, S31), mais l’attitude à leur endroit doit toujours être respectueuse et élégante. La petite fille du temps de Seydinà ‘Umar à qui la maman ordonnait de tricher sur le lait en ajoutant de l’eau au produit de la traie des vaches pour augmenter les recettes avait répliqué que c’est interdit par la loi. Sa maman d’insister que le Gardien de la Constitution ne les voyait pas et que ses inspecteurs avaient fini leur ronde. Et la petite fille de répliquer, même si eux ne nous voient pas, Allah Lui nous Voit ! 



L’obéissance à l’endroit des parents doit donc être dans la vertu, dans le bien, dans ce qui élève l’enfant vers les sommets de l’exemplarité pour qu’il devienne excellent en tant que citoyen, excellent en tant que serviteur de Dieu, excellent en tant que père ou mère de famille plus tard, excellent en tant que professionnel dans son lieu de travail, excellent en tant que lui-même en tout temps, en tout lieu et en toute circonstance.
 
Humilité et profil bas – Nul n’a le droit d’élever la voix sur ses parents, c’est un pêché dont la gravité est très souvent sous-estimée (V15, S24) et qui vaut à beaucoup de gens adultes comme enfants des difficultés de ne trouver leur trajectoire de vie. Allah Interdit même de leur tenir des propos désobligeants (V23, S17) et que souvent les jeunes, faute d’oser le dire tout haut, le pensent au fond d’eux-mêmes. Il suffit de le penser pour que les anges l’enregistrent et que l’impact se retourne malheureusement sur eux. Ils ne comprennent pas ensuite pourquoi rien ne marche, pourquoi ils sont de mauvaise humeur, pourquoi ils broient du noir…parce qu’ils intentionnent noir (broyer du noir au vrai sens) et trichent dans leur attitude envers les parents, et c’est Dieu qui Parle !
 
Etre à leur service – Ce n’est pas de la faiblesse que de servir ses parents, c’est un honneur - et quel que soit ce qu’ils attendent de toi. Qu’il s’agisse de faire la vaisselle, tourner la machine, passer l’aspirateur, mettre de l’ordre, aider les autres, aller au marché, rendre un service, ou toute autre tâche, cela ouvre une porte de bénédiction à l’enfant lorsqu’il s’exécute. Et lorsqu’il désobéit, se rebelle, ou le fait mais sans gaieté de cœur, c’est des opportunités qui s’évaporent - et lorsque tout s’accumule, on regrettera plus tard de ne pas s’être montré disponible et serviable envers ses parents. Etre au service de ses parents consiste en toute forme de comportement, d’actes, d’attitudes, d’anticipations qui concourent à les agréer, tant que cela ne contrarie pas les recommandations d’Allah et du Prophète. 
 
Il y a  bien sûr insiste l’Imam la manière de le faire, soit sans se plaindre, ni verbalement, ni gestuellement, ni par le cœur, ni après coup, car toute triche dans ce domaine est un pêché que Allah peut punir gravement comme Il l’a montré dans le cas du fils du prophète Nûh (V46, S11). Le Prophète en donnant plus de détails de ce cas d’école faisait remarquer que la désobéissance envers les parents peut précipiter le châtiment de Dieu dans ce monde déjà. Aussi bien le fils du Prophète Nûh comme un des fils d’Adam Heûbîl en l’occurrence (V30, S5) ont illustré cette colère d’Allah qui découle de la désobéissance envers les parents.
 
Il faut donc que nous soyons plus enclins à obéir nos parents, en particulier les mamans, surtout comme Précise Allah lorsqu’ils prennent de l’âge et que nous devons naturellement et spontanément leur retourner leur investissement de tendresse qu’ils avaient placé lorsque nous étions petits (V24, S17). Allah Ajoute qu’Il Connaît parfaitement ce que nous tentons de cacher dans nos pensées, mais que si nous sommes fidèles à cet esprit de bienveillance et de reconnaissance, Il peut nous Pardonner toutes nos errances (V25). Il faut Conclut-il éviter de sombrer dans la méthode des orgueilleux (V26), qui pensent qu’obéir à leur parent est une faiblesse ou coûte à leur personnalité ou leurs copians se moqueront d'eux…Allah Précise qu’une telle attitude est dans l’ordre des gestes sataniques, or ce qui caractérise Satan, c’est justement la désobéissance envers son Seigneur (V27)…mais justement cela lui a coûté cher - l’exclusion de l’espace céleste, la condamnation définitive d’être la cible de la colère de Dieu, l’Enfer comme demeure finale avec ses acolytes, et l’inéligibilité définitive à la miséricorde divine…attention donc Dit Allah à ne pas s’allier avec lui, car qui s’allie avec lui partagera son sort !
 
Ne soyons pas tentés de décrocher, restons en orbite pour décoller vers la consécration et prenons plaisir à retourner l’investissement à nos parents pour gagner et leur agrément – quel honneur – et l’agrément d’Allah – quelle chance ! Que serions-nous sans eux ? Néant ! Mention spéciale tout de même aux honorables mamans.

 
Best Zyars

Par Al Amine Kebe
Samedi 20 Février 2016

Cet Article a été lu plus de 356 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par abdouliesallah le 21/02/2016 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
7225205

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :