contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 19 Ramadan 1437. 24 Juin 2016 La Générosité : Rien à voir avec richesse ou avoir


Cet Article a été lu plus de 786 fois




Imam Cheikh Usàma Ibn ‘Abdallah Khayàt à Makkah a développé toutes les facettes de la générosité humaine dans son prêche ce midi, en faisant remarquer que le Prophète de par son statut de Miséricorde universelle attribuée par Allah (V107, S21), mais surtout aussi de par l’impact de ses actes posés il y a plus de 14 siècles (Makkah, Taïf, Médine, Fath Makkah) est sans conteste le plus généreux parmi les humains. Mais ajoute-t-il, il n’avait pas le moindre compte bancaire, ni même un revenu monétaire, ni un quelconque avoir stocké. Il a fait preuve de la noblesse dans tous les domaines du terme et a légué une générosité immatérielle. Il nous faut insiste l’Imam suivre sa Sunna plus dans ce domaine pour venir en aide aux nombreux nécessiteux dans ce monde et pour briser ce tabou que pour être faire preuve de générosité, il faut absolument être dans l’abondance. Et de générosité pure, il y a pas plus éloquent que le regain d’énergie et d’efforts attendu du croyant en ce dernier tiers du Ramadan, encore une sunna du prophète tel que rappelé par Cheikh Mahdy dans son prêche ce midi à Genève. Il ne s’agit surtout pas fait-il remarquer de voir en la fin du Ramadan un indicateur de baisse de régime, mais plutôt un dernier tour de piste de toutes les performances dans lequel tout dévolu doit être jeté dans un rush à la Mohamed Farah, qui applique si bien cette technique du Prophète dans ses courses et qui lui vaut aujourd’hui de détenir historiquement les 4 titres cumulés de 5000 et 10 000 ms en olympique et en championnat du monde…sans précédent !

Lorsqu’Allah Veut du bien à un de ses serviteurs rappelle Imam Khayàt, Il l’Investit de la générosité envers ses semblables, et de générosité précise-t-il, le prophète a enseigné la plus inclusive des approches, celle qui considère les serviteurs de Dieu, sans exception, sans considération de culture, d’origine ou de confession, mais de les confondre tous dans la grande famille des enfants de Dieu (‘iyàlul-Làh). Soyez généreux de toute ressource, esprit, cœur, muscle, avoir, mais surtout bonne mine et appréhension purement joyeuse. Les meilleurs parmi les serviteurs (Hadith) sont les plus disponibles et les plus généreux envers leurs semblables. Tout ce que vous consentez, Allah Vous le Recouvre et Il Est certes le Meilleur parmi les donateurs (V39, S34). Donnez de votre temps, de votre énergie en faveur du bien, de votre talent, de votre connaissance et savoir, de votre conseil avisé, de votre avoir, de votre hospitalité, de votre cœur. Veillez à ce que tout ce que vous consentez soit en direction du bien et en faveur de la piété (V2, S5), prenez garde de la diagonale des paradoxes avertit Imam Khayàt, à donner généreusement à autrui non éligible ou envers le pêché et le mal, au détriment de qui en a droit et du bien ! Toute ressource fera l’objet d’un bilan audité chez Allah (V8, S102) et toute ressource fera l’objet d’un traçage de son origine et de sa destination. Soyez donc des souteneurs de nobles causes et ne soyez pas des fossoyeurs dans le pillage et dans la fausse générosité, motivée uniquement par les circonstances médiatiques ou mondaines, ou encore par de l’ostentation pour être cité aux yeux de la société ! Ceux-là risquent d’être catégorisés parmi les pavaneurs, or les pavaneurs Avertit Allah sont les alliés de Satan et ils ne seront pas dans la félicité (Vs 26-27, S17).

Le Ramadan rappelle Imam Khayàt offre tellement d’opportunités de démontrer générosité dans tous les domaines, motivé uniquement par la face d’Allah, sans recherche d’aucune notoriété ou mention, et il faut saisir ces occasions en or, notamment dans le service aux indigents, dans le partage de nourriture, dans l’offre de soulagement des pauvres qui n’ont pas gardé assez pour demain, dans l’effort individuel aussi pour capitaliser dans les actes de surérogation, en particulier durant ce dernier tiers de Ramadan, qui ouvre ses portes grandes pour rappeler à ceux qui ont jusque-là été paresseux, négligents, hésitants, de faire oublier toute contre-performance et d’assurer un dernier tour de rush super remarquable.

L’occasion est en or, encourage Cheikh Mahdy dans son prêche à Genève, avec cette nuit dont la valeur lorsqu’elle est capitalisée en actes d’adoration – çiyàm, qiyàm, qirà-a Qur’àn, çadaqa – est supérieur à autant d’actes agréés pendant 1000 mois (près de 84 ans). Comment peut-on négliger pareille opportunité lorsque l’information est partagée sur sa valeur s’interroge Cheikh Mahdy ?

Et d’ailleurs, il ne s’agit ni plus ni moins pour le croyant que de suivre la Sunna, car et c’est Sayyidatunà ‘Aisha , une voix autorisée en la matière qui nous apprend que le prophète décuplait ses efforts durant le dernier tiers du Ramadan dans tous les domaines précités de l’adoration. Il alla jusqu’à se retirer même spirituellement (I’tikàf) loin de sa famille et de ses épouses et investissait tout son temps à des actes d’obligation et de surérogation sans répit.

Nul ne peut prétendre ignorer les faveurs de ce mois, encore moins l’immense valeur attribuée au Laïlatul Qadr (LQ), mais donc comment ne pas en tirer profit au maximum ? Pourtant fait remarquer Cheikh Mahdy, il y a toujours ces trois catégories décrites par Allah (V32, S35), qui se distinguent parmi ceux qui ont reçu le message explicite de la révélation et qu’on peut interpréter à la lumière des comportements notés parmi les croyants durant ce mois.


La première catégorie consiste en ceux qui ont porté préjudice à leur âme (car l’âme était encline à respecter l’ordre d’Allah de jeûner – V172, S7). Ce sont ceux qui se sont aventurés à ignorer l’obligation de jeûner, qui ont cherché des prétextes, ou qui ont simplement désobéi et n’ont pas observé le Ramadan. Et ceux-là sont aussi châtiés par Djibrîl (Hadith) dans son invocation que celui qui a été témoin du Ramadan et n’en a pas profité pour se faire amnistier ses pêchés soit maudit (le prophète avait dit Aaamiin !).

La deuxième catégorie consiste en ceux qui se sont limités au strict des obligations de Ramadan et de Salât, qui n’ont pas cherché à ajouter dans la surérogation, et qui se sont contentés de respecter la lettre sans s’encombrer de chercher à engranger dans l’esprit. Ceux-là seront sûrement récompensés en biens, mais sans bonus.

La troisième catégorie consiste en ceux qui ont ajouté aux obligations une émulation à performer dans les surérogations – à redoubler d’effort en ce dernier tiers pour marquer en toute humilité mais en toute connaissance des points de bonus, dans les rak’as de Taràwih, de Tajjahud, dans l’analyse et la lecture du Qur’ân, dans le partage de ressources, dans la générosité de tout acabit, dans l’offre de solutions, dans tout acte de bien. Ceux-là ont acquis l’énorme part de faveur comme conclut Allah dans le Verset.

Voilà donc invite l’Imam les 3 catégories qui s’offrent. Laquelle choisirons-nous encore une fois, après avoir été exposée aux différentes options et en connaissance des débouchés de chacune ?

L’énorme faveur n’est apparu qu’une deuxième fois dans le Qur’ân (V22, S42) et c’est pour valider les héritiers du Paradis des désirs où Allah Met à disposition de ses habitants tout ce qu’ils désirent. Il y a donc suffisamment de motivation pour s’arracher à appartenir à cette 3ème catégories des compétiteurs de valeurs (As-Sàbiqu bil khayràt), mais en restant dans les limites de la religion (bi iznil-Làh), soit pas d’innovation, pas d’excès de zèle, pas de pratique non répertorié dans la Sunna, et surtout pas de polémique. Nombreux sont qui polluent leur acte d’adoration par des polémiques. Et l’Imam mit en garde contre les polémiques sur la justesse de la Laïlatul Qadr. La seule certitude que les croyants peuvent avoir là-dessus, c’est qu’elle figure parmi les 10 dernières nuits impaires (Hadith). Et justement ajoute-t-il, lorsque la nuit elle-même avait été portée à la connaissance du Prophète pour qu’il en informe sa communauté, il vint vers eux pour les réjouir d’une telle information, mais les trouva entrain de polémiquer, chacun essayant de convaincre l’autre que c’est la 21ème plutôt que la 23ème ,non c’est la 25ème, plutôt que la 27ème, etc. Le prophète décida de les laisser dans leur doute et ne leur révéla pas la nuit exacte. Imam Ibn Heûjar soutient qu’il y a 40 avis différents sur cette nuit, alors que le Ramadan dure 30 ou 31 nuits et que la cible authentifiée est parmi 10 nuits ! A quoi bon donc alimenter pareille polémique ? Nul ne sait précisément !

Et d’ailleurs, renchérit l’Imam, c’est dans l’intérêt du croyant de ne pas la connaître précisément et de s’adonner à la Sunna de considérer le dernier tiers et toutes ses nuits comme des opportunités de multiplier les efforts pour gagner le maximum dans ce registre de la 3ème catégorie (l’énorme faveur). En redoublant d’efforts durant toutes ces dernières nuit, il y a toutes les chances de la scanner et de récolter ces énormes faveurs. Ces énormes faveurs doivent s’illustrer en un meilleur nous-mêmes, au sortir du Ramadan. Avons-nous été plus proches de notre Seigneur ? Avons-nous cultivé plus de proximité avec nos semblables ? Avons-nous fait preuve de plus de générosité de toute sorte ? Sans verser dans l’ostentation, ni dans la recherche de notoriété, mais simplement bi iznil-Làh, dans les limites de l’Appel d’Allah !

En ce Vendredi 19 Ramadan, qui ouvre les 10 dernières nuits, il n’y a pas plus éloquent comme geste que d’ouvrir d’avantage d’espaces d’adoration d’Allah, d’enseignement du Livre d’Allah, d’épanouissement de serviteurs d’Allah. Trois fonctions que remplissent les mosquées dans la tradition du prophète. Elhadj Khalifa Makhtar Kébé est en train d’inaugurer dans le quartier Mbour III à Thiès sa 2ème grande mosquée ce vendredi, dans un large rayon démographique où les populations ont longtemps désiré une mosquée de proximité, c’est maintenant acquis. Puisse Allah Agréer ces investissements au service des autres et puisse que d’autres espace d’épanouissement spirituel et social, d’adoration d’Allah et d’enseignement de la Sunna du Prophète suivre dans toutes les contrées où la demande se fait exprimer…c’est toujours la générosité du Prophète qui s’exprime, rayonnant de tout son impact pour faire reculer les ténèbres et faire propager lumière. J’aurais aimé y être pour y émettre de DdM !

Best Zyars et n’oublions pas de choisir la 3ème catégorie maintenant et surtout pour le dernier tour de piste sur les traces de Mohamed Farah, lui qui risque d’ajouter deux autres titres le mois prochain à Rio, ce serait phé-no-mé-nal ! Soyons dans cet état d’esprit de performance phénoménale sans aucune médiatisation.

Par Al Amine Kebe
Vendredi 24 Juin 2016

Cet Article a été lu plus de 786 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :