contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 23 Muharram 1439 – 13 Octobre 2017 Formules de Protection contre les Bloquants (Hadith) - Quid de nous-mêmes?


Cet Article a été lu plus de 167 fois




Direct du Min’bar – Vendredi 23 Muharram 1439 – 13 Octobre 2017  Formules de Protection contre les Bloquants (Hadith) - Quid de nous-mêmes?
Parmi les formulations d’invocation du Prophète, il n y a pas que les formules de Jalb (promotion), il y a aussi les formules de Daf’ (protection) et les deux se retrouvent souvent dans les combinaisons dichotomiques à l’image du V20 de la S2 par lequel Allah est Invoqué à Pourvoir bénédiction et à Protéger contre malédiction. Imam Shaix Mahdi dans son prêche de ce midi à Genève s’est concentré sur une parmi ces nombreuses formules de protection que le Prophète avait l’habitude d’invoquer Allah avec. Et dans ce registre, la vigilance du Prophète fait école tant il est profond dans l’identification des obstacles insoupçonnés et qui peuvent anéantir toute ambition de s’élever. Il y a surtout dans les formules de protection qu’il utilisait un jeu de mots et une vérité de sens unique comme celle-ci – Allàhumma je cherche protection auprès de toi contre l’égarement, le faux-pas, l’ignorance, l’injustice et le comportement de sottise – Curieuse combinaison !

Les déviances viennent de plusieurs sources, y compris de nous-mêmes avertit l’Imam et demander protection auprès d’Allah pour ne pas en être victime commence par payer plus d’attention à ce que nous faisons quotidiennement, ce que nous disons, avec qui nous agissons, en quoi nous nous engageons. Chacun parmi ces élans est source d’égarement, c'est-à-dire l’illusion que nous sommes sur la bonne voie, alors que nous avons dérouté. Allah l’Illustre par le mirage que (V39, S24) les dénégateurs croient dur comme fer que c’est de l’eau liquide jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’endroit et découvrent qu’il n’en est rien. L’égarement est donc parmi les pires obstacles qui obstrue la marche de l’Humain dans la bonne direction et c’est d’autant plus critique qu’il vient souvent de nous-mêmes, sans que nous nous en rendions compte. Lorsque nous sommes égarés, tous ceux qui nous suivent sont embarqués avec dans l’égarement et cela appelle à plus de vigilance et de responsabilité pour éviter notre propre égarement, mais aussi embarquer notre environnement dans la mauvaise direction.

Le Prophète Mûsà, dans le doute de la bonne orientation, en pleine nuit de tempête alors qu’il venait juste de quitter l’Egypte pour guider son peuple fuyant les injustices et les sévices de Fir’awn avait d’abord invité la communauté à attendre qu’il aille chercher la bonne direction (V10, S20), Sa recherche de la bonne direction était guidée par une crainte d’égarement et il en récolta bien plus qu’une bonne direction, l’investiture en Prophète du Ûlul ‘Azm (Vs 11-14) – quel sort ! Voilà donc un résultat immédiat de l’invocation de protection contre l’égarement, c’est qu’en plus de protéger, il peut réserver une surprise inattendue au sommet de l’élévation.

Et l’Imam de continuer à citer parmi les craintes du Prophètes le faux-pas, le trébuchement, l’erreur, la mauvaise passe, et cela pourrait aussi advenir de l’arrogance, de l’excès de confiance, de la suffisance comme ce fut le cas dans la tragédie du Paquebot Titanic dont le nom déjà augurait du gigantisme que lui donnaient ses constructeurs. Il est donc important de faire attention encore une fois à la source primaire du mal - soi, son égo, et qui dans la majorité des cas a trahi des géants comme Iblîs, Nemrûz, Fir’awn etc. Et nul n’est à l’abri de telles passes. Voilà pourquoi le Prophète préférait chercher protection explicitement parmi ses formules d’invocation et recommander les croyants à faire autant quotidiennement. Umu Salam a raconté que le Prophète ne sortait jamais sans prononces de telles formules de protection.

Un autre bloquant cité par l’Imam est l’injustice ou le tort et le plus grave est le Shirk ou Associationnisme, dont Luqmàn avait alerté son fils de la gravité (V13, S31), et dont Allah justement Indique comme étant le bloquant de la guidance et de la fermeté (V82, S6) - et dont Il Déclare aussi inéligible à son indulgence (V116, S4), car source de perdition irrécupérable. Mais d’injustice, il n y a pas que le Shirk, il y a l’injustice envers soi, et c’est la contradiction entre la pureté établie de l’âme et le comportement dévergondé de l’égo (V24, S8) par les organes mal agissant et donc dans la trahison, c’est aussi l’injustice envers sa famille à ne pas jouer le rôle assigné (père, mère, enfant, parent), envers sa communauté à manquer de responsabilité dans la construction de la paix et dans la consolidation des valeurs de vie commune, ou encore l’injustice envers l’environnement et les autres créatures et qui consistent à s’octroyer plus que sa part, ou à verser dans l’iniquité, dans la corruption, dans la triche sociale, dans le parti pris maladroit, dans le camouflage de dépenses publiques usurpées, dans les truquage de textes législatifs ou constitutionnels, dans tout acte qui contribue à dégrader la justice et l’équilibre que Allah A instaurés comme condition initiale (Vs 7-10, S55) et inviter à ne jamais trahir.

Sommes-nous vraiment conscients de combien tous ces obstacles partent de nous-mêmes et combien nous avons la prétention souvent de les déléguer aux autres ou de les exporter vers l’extérieur ? Il y a en fait dans les formules du Prophète une invite à l’introspection et à l’effort d’extirper le mal de nous-mêmes, à être plus humble à mener le travail en nous-mêmes pour tenter d’être meilleur, et pour tirer notre famille, communauté, nation vers la bonne direction plutôt que d’être parmi les fossoyeurs. Une simple questions s’impose dès lors et en toute honnêteté – et il s’agit de s’arrêter à la fin de chaque journée et de revisiter nos actes, nos paroles, nos engagements, nos consultations, nos échanges, nos secrets, nos promesses, nos plans du futur et de se dire – est-ce que si tout le monde avait agi ainsi, la famille, la communauté, la nation, le monde y gagnerait, ou serait-ce plutôt un mauvais exemple à ne pas reproduire ?

L’indicateur de performance du Prophète est justement dans ce détail – que chaque acte, chaque expression, chaque agissement, chaque consultation, chaque plan, chaque dialogue, chaque secret, chaque tout de lui était dans la direction du mieux-être de la communauté et de l’humanité, même avant d’être investi Prophète par Allah. Et jusqu’à présent, les actes qu’il avait posés, les recommandations qu’il avait émises, les consultations qu’il avait menées, les délibérations qu’il avait conclues continuent d’inspirer le mieux-être et l’élan avant-gardiste de l’Humanité.

L’Imam de rappeler qu’il ne s’agit donc pas de tenter de se cacher derrière juste la prononciation des formules, ou la récitation par cœur des Hadith et versets, il s’agit d’identifier en soi les germes bloquants et de s’engager à les enlever comme on ferait d’une épine au pied pour pouvoir marcher droit sans douleur, soit se transformer en un citoyen moteur, productif, utile, contribuant à tout ce qui élève vers les sommets du mieux-être et donc définitivement clore les parois de contre-productivité.

Enfin, le Prophète invoquait aussi Allah de le protéger contre les comportements de sottise - et c’est une sorte d’attitude générique qui contrarie les valeurs humaines de paix, de tolérance, de convenance, de respect mutuel et de foi en la liberté des autres. Nombreux parmi les comportements de ceux qui prétendent être les Ambassadeurs de la religion sont justement dans le périmètre des attitudes de sottise – qui prétend détenir la vérité alors que Allah Alerte le Prophète de juste passer un message sans contrainte sans parti-pris, qui d’autre prétend que celui qui ne croit pas de la même manière que lui irait en Enfer, alors que nul ne peut se prononcer sur la liste des habitants de l’un ou l’autre demeure finale, qui d’autre prétend que sa communauté est la meilleure alors que Djibril aurait répondu à Allah qu’il n’a trouvé sur terre rien qui ne lui était pas supérieur, pas même un cadavre en putréfaction d’un banal chien…ce que Allah avait Validé !

Si seulement nous prenions le temps de plonger dans la profondeur des formules d’invocation du Prophète et ne pas seulement nous contenter de les réciter ou de les apprendre par cœur, si seulement, nous faisions attention à chaque formule, formulation, mot, sens, tournure et invite qui va avec, si nous pouvions davantage reconnaître en chaque créature de Dieu la puissance divine et le respect que cela appelle - et non nous vautrer dans notre perception étriquée et subjective qui souvent camouffle avec maladresse nos propres défauts.

Parmi les formules dont le Prophète usait aussi, l’Imam a clôturé par cette combinaison de Hasbala–Tawakkul-Hawqala et qui est l’un des cocktails les plus énergisants dans le langage du Zikr – Hasbiyal-Làh, Tawakkaltu ‘alal-Làh, wa là Hawla wa là Quwwata illà bil-Làh…et ce sont là des expressions joyeuses et des accents émus de tout cœur pieux, à consommer sans modération !

Best Zyars en ce premier jour de Safar – exit la longue période des 3 mois sacrés, mais jamais d'exit dans la sacralité de notre pacte avec Dieu !
Al Amin

Asfiyahi.Org
Vendredi 20 Octobre 2017

Cet Article a été lu plus de 167 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :