contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 24 Zul Hijja 1438 – 15 Septembre 2017 Le Hijra – Leçon de Planification Stratégique du Prophète ç'AwS


Cet Article a été lu plus de 387 fois




Direct du Min’bar – Vendredi 24 Zul Hijja 1438 – 15 Septembre 2017   Le Hijra – Leçon de Planification Stratégique du Prophète ç'AwS
Imam Nureddine à Genève a anticipé le nouvel an lunaire avec 1439 qui s’annonce dès la semaine prochaine pour revenir sur l’évènement majeur de l’histoire de cette religion – le Hijra – et dont le sens déjà est revisité par les Savants pour avancer tant de types de Hijra – spirituel, géographique, émotionnel, métaphysique, historique, temporel et même perpétuel – comme quoi nous sommes constamment dans le mouvement du voyage, ne serait-ce que par le mouvement des Astres qui nous transportent dans leur mouvement de tous les instants (V33, S21). Mais c’est surtout comment le Prophète a stratégiquement préparé cet évènement majeur dans les moindres détails qui a retenu l’attention de l’Imam et il a invité chacun à revisiter de tels détails pour réapprendre la planification stratégique, et peut être mieux inspirer les experts de l’Agenda international du développement à faire preuve de plus d’efficience et de ciblage dans leur planification dite stratégique et qui sonne souvent chaotique.

Seyyidunà ‘Umar 15 ans après l’évènement avait mis sur pied une commission d’experts pour lui proposer un mode d’étalonnage du calendrier musulman et il avait l’habitude malgré sa pleine souveraineté de Amîrul Mu’minîn de faire appel à l’expertise plurielle d’une équipe. De plus en plus, les entreprises performantes démontrent leur capacité avant-gardiste dans la mise sur pied d’équipe et non dans le recrutement d’experts. Or le Qur’ân avait bien invité à une telle démarche en prélude au recours à Allah, qui lui est dans tous les cas la finalité voulue ou subie (fin V159, S3). Même si comme le rappelle l’Imam, le moment précis de l’arrivée du Prophète était plutôt dans le printemps de l’année Hégirienne, les experts de Seyyidunà ‘Umar ont recommandé un étalonnage au mois du Muharram en recoupant l’historicité du dernier acte de la religion (Hajj) et en retournant aux indications du Prophète. Le Zul Hijja était bien le dernier mois de l’année, tant est si bien que le dernier verset de la complétude de la mission du prophète avait été révélé pendant ce moment et pendant ce mois (V3, S5). C’est donc un détail utile d’histoire de ne pas confondre évènement et repère et que le calendrier musulmans ait été étalonné 15 ans après l’évènement repère au mois de Muharram durant l’année de l’Hégire, soit 13 ans après la première révélation…

Ce n’est donc pas un prétexte pour ne pas reconnaître ces 13 premières années passées à Makkah par le Prophète à enseigner le Tawhîd, c’est plutôt une manière de donner place au compte à rebours, partie intégrante de toute planification stratégique, en particulier pour les évènements déterminants. Il s’agit surtout de retracer justement la préparation de cet évènement étalonneur, car en fait cela a pris de longues années, des réunions multiples, des scénarios à plusieurs versions, une préparation des plus méticuleuses et tout ce travail de derrière la scène n’est pas visible alors que la majorité semble se conforter qu’il y a juste eu un voyage de Makkah à Yathrib, devenu par la suite Madinah. Dans le compte à rebours justement qui constitue dans le processus le temps le plus important de toute planification stratégique, il y a eu l’envoi d’éclaireurs à Yathrib – Muç’ab Ibn ‘Umaïr qui a fait plusieurs aller-retour dans la plus grande discrétion et sous la supervision du Prophète pour les ballons d’essai. Muç’ab a ainsi installé progressivement une équipe d’avant-garde et avait déjà commencé à les alphabétiser et à les initier aux premiers versets et Sûrat révélés à 400 kms, à l’époque, ce qui n’était pas facile - et même lorsque le projet fut mûr et que tous les acteurs principaux avaient été identités, le Prophète a démontré une dimension importante unique de cet exercice dans sa sphère, c’est l’ordre de Dieu. Dans nos planification stratégique, nous semblons ignorer cette dimension, et qui explique peut-être la prolifération des échecs dans ce domaine.

Et lorsque Allah Donne l’ordre, il restait à choisir un co-équipier, ce qui était dans son appréciation personnelle, et le Prophète ne s’est point trompé de compagnon. Il a tout de suite informé Abu Bakr, qui non seulement accueillit la nouvelle avec une énorme joie (la plus grande de sa vie dira-t-il), mais proposait au prophète le compagnonnage qui allait forger le noyau de sa personnalité et de son statut de meilleur des croyants. Voilà dit l’Imam une des leçons du Hijra, c’est que si nous sommes constamment dans le mouvement, nous devons nous assurer le meilleur des compagnons – compagnons dans la vie, dans le travail, dans les voyages physiques, dans les voyages spirituels, dans les traversées de tunnel, dans les crises…le meilleur compagnon avait été choisi par le Prophète en la personne de Abû Bakr. Et aucun chemin ne peut être envisagé avant d’avoir choisi le compagnon sur ce chemin comme disent les Arabes – Ar-Rafîq qabalat-Tarîq.

Le Hijra est donc un processus méticuleux et stratégique qui s’est mis en place pièce par pièce pendant de longues années comme un des défis majeurs qu’ont confronté presque tous les prophètes, mais qu’ils n’ont pas tous réussi ! Allah Aurait pourtant Pu usé de moyens célestes comme dans le voyage du même nom lors du Isrà & Mi’ràj, mais Il a Voulu que le Prophète Démontre la supériorité de la capacité humaine aux prodiges et c’est donc aussi la porte fermée à toute sorte de prodige ou de miracle associé soit au Prophète Muhammad ou à ses Compagnons soit aux Waliyyu, qui dans leur stratégie sont restés dans cette voie pour écarter toute méthode surnaturelle ou surhumaine.

Le Prophète a souvent dit dans un Hadith que quiconque cache son plan en maîtrise le déroulement (Man katama sirrahû malaka amrahû). Tous les acteurs du Hijra ont été identifiés pour les besoins de l’exécution, mais le déroulement restait un secret bien gardé – le jour de départ, les étapes (Jabaluth-Thawr), les informateurs, les effaceurs de trace, les ravitailleurs…car pour tenter une pareille opération à l’époque sur plus de 400 kms en plein désert relevait des plus énormes performances, en particulier en usant de chameaux et de marche à pied, en n’ayant que des dattes, de l’eau et plein de Foi en Allah (V26, S19), mais surtout animé de la plus forte détermination à faire aboutir le projet d’entretenir la flamme Olympique, pardon du Tawhîd qui ne doit et ne peut jamais s’éteindre. Voilà comment le Prophète avait planifié jusque dans les moindres détails en désignant Seyyidunà ‘Aliyy comme son sosie (V30, S8), Muhammad Ibn Abu Bakr come informateur dans le camp du Quraïsh, Asmà Bint Abu Bakr comme ravitailleuse, un berger (nom à trouver) comme disperseur de traces sur le sable du désert…Il ordonna de rendre les dépôts aux ayant-droit, lui qui était la caisse de confiance de tout Quraïsh même des non croyants…il avait décidé d’aller continuer sa mission sur un autre morceau de terre puisque persécuté pendant 13 ans à Makkah et fort de la promesse d’Allah de revenir triomphant (V85, S28).

Les ennemis ont tout tenté depuis Makkah et tout au long du chemin, mais voilà une autre leçon du Hijra ajoute l’Imam, c’est que le recours à Allah vient en appoint à l’effort humain. Même étant sûr d’avoir le support de Dieu, il a tout mis en œuvre à l’échelle humaine sans négliger le moindre détail…et lorsque les ennemis ont fini de trouver leurs traces qui les ont conduit à la grotte (V39, S9) et que Abu Backr s’inquiétait que le plan a failli, le prophète lui répondit ‘que penses-tu de deux alliés dont Allah est le 3ème !’ et voilà que les ennemis en voyant la toile d’araignée et l’œuf du pigeon à l’entrée de la grotte comprirent qu’ils ne pouvait être à l’intérieur et changèrent d’itinéraire de poursuite. Un changement qui sécurisa le plan du Prophète qui put poursuivre jusqu’à faire aboutir le plan aux sons de Tala’al Badru ‘alaïnà…

Le recours à Allah est donc bien ancré dans le processus de l’action humaine, comme avait répondu Seyyidunà ‘Umar à ces pèlerins qu’il avait surpris à Makkah tendre la main pour quémander…qui êtes-vous leur demanda-t-il ? Nous sommes les Mutawakkilûn – ceux qui recourent à Allah ! Seyyidunà ‘Umar leur reprit vous êtes plutôt des fainéants, car ceux qui recourent à Allah plantent d’abord la graine…voilà comment le Hijra nous secoue dans notre torpeur que bien parmi ce que nous ne réussissons pas est seulement du fait que nous ne planifions pas assez, que nous restons trop dans la passivité et que les ingrédients stratégiques ne retiennent pas assez notre attention, en particulier dans nos sociétés d’improvisation à outrance et de manque de rigueur notoire.

Sommes-nous prêts à revisiter ces leçons du prophète, cachées dans des signes du temps comme notre faillite collective à apporter aux Rohingya l’attention méritée de leur semblable. Il ne s’agit pas de considération confessionnelle, juste des humains qui sont victimes de haine et de massacre de la part de leurs concitoyens. Par le passé, justement, l’humanité a montré ses limites à prévenir ou agir efficacement, il n y a aucune raison de penser qu’ils feront mieux, sauf que nous sommes mieux préparés que par le passé et que nous devrions être plus prompts à agir. Chacun, rappelle l’Imam peut faire quelque chose – don, cri de cœur, communication, marche de protestation, solidarité de toute nature – si le Prophète était parmi nous, il aurait planifié stratégiquement comment s’en sortir, lui n’a jamais échoué un plan comme le lui reconnaît Sir Thomas Carlyle…et nous prétendons apprendre de lui. Soit nous trichons ou nous sommes nuls ou tous les deux, mais quelqu’un aurait sûrement sur les traces du Prophète réussi quelque chose, il s’agit de Hadj ‘Abul Aziz Dabbàgh At-Tijâny…lui qui n’a jamais dévié des pas du prophètes - Qu’Allah Perpétue sa Baraka et nous Inspire à enfin appliquer dans notre époque ses enseignements si salvateurs.

Best Zyars
Al Amin

Asfiyahi.Org
Samedi 16 Septembre 2017

Cet Article a été lu plus de 387 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :