contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 27 Rabî-al Awwal 1434 – 08 Fevrier 2013 – LES CRITERES DE COMPAGNONNAGE DU PROPHETE


Cet Article a été lu plus de 571 fois


Dans sa prêche de ce Midi au Consulat de l’Arabie Saoudite à Genève - qui abrite une belle Mosquée offrant ainsi à ces milliers de fonctionnaires internationaux en service à Genève une alternative flexible et bienvenue pour la prière obligatoire de Vendredi -, l’Imam Cheikh Sofiane a abordé 6 critères essentiels évoqués dans le Qur’ân et la Sunna et qui garantissent le compagnonnage du Prophète au Paradis. Car en fait, si l’accompagnement du prophète dans sa mission (As-Suhbat) fut le privilège inscrit dans un espace-temps déterminé et déjà vécu des compagnons comme Abu Bakr, ‘Umar, ‘Uthmàn, ‘Aliyy et autres, et pour autant que ce privilège est irréversible, le compagnonnage du prophète (Al Muràfaqa) au Paradis reste heureusement un autre privilège encore ouvert et auquel tout croyant devrait aspirer, non par le désir uniquement, mais surtout par l’action. Et quelles actions ?



Direct du Min’bar – Vendredi 27 Rabî-al Awwal 1434 – 08 Fevrier 2013 – LES CRITERES DE COMPAGNONNAGE DU PROPHETE
L’Imam Cheikh Sofiane introduisit par une anecdote historique dont il a d’ailleurs décrit tous les détails croustillants de Sîra – lorsque le Prophète Muhammad S’AwS vint dire à Seydunà Abu Bakr - RTA que Allah lui a maintenant intimé l’ordre de s’exiler. Seydunà Abu Bakr, qui attendait depuis longtemps cet ordre offrit aussitôt d’accompagner le Prophète pour signifier qu’il était prêt à sacrifier tout pour la continuité de la mission du Prophète. Tout dans l’attitude de Abu Bakr démontrait son anticipation de cet instant historique et son ardent désir d’être toujours en permanence avec le Prophète. Ce statut unique de Compagnon attitré que lui reconnaît le Qur’ân (V.40, S.9) est d’ailleurs confirmé dans la réponse que le Prophète donna à Rabî-‘a Ibn Ka’b qui lui avait demandé comment s’assurer que le jour du jugement dernier, il serait avec le Prophète alors qu’il ne peut prétendre au Grade du Prophète qui lui sera octroyé au paradis. C’est Allah en fait qui offrit au Prophète la réponse (V.69, S.4) et qui confirme au passage que le statut de Siddiq acquis par Abu Bakr est en fait le plus convoité des privilèges parmi les heureux de la liste de compagnonnage du Prophète au Paradis. Le Prophète réjouit alors son disciple préoccupé par son rang au Paradis comparé à celui du Prophète que toute personne sera avec qui il aime, pourvu que cet amour conduit à l’action vertueuse.

Et L’Imam de rappeler donc l’importance de l’Amour voué au Prophète (Hubbun-Nabiy), devant ensuite être confirmé par l’acceptation du Prophète comme Guide (At-Tà-a). L’amour et l’attachement au Prophète doivent donc être illustrés – comme l’a fait Abu Bakr et les compagnons par des actes concrets d’adoration d’Allah, car dira l’Imam Cheikh Sofiane Allah n’agrée pas qui prétend Lui obéir sans obéir au Prophète (11 illustrations dans le Qur’ân dont V.33, S.47). L’Imam fera remarquer d’ailleurs que si l’amour voué au prophète était suffisant, les autres communautés n’auraient pas été rappelés à l’ordre sur la non considération de leur Prophète comme guide, suite à leur déclaration d’adhésion ou d’attachement. Nul doute que les juifs aiment et sont attachés à leurs prophètes, nul doute que les chrétiens aiment et sont attachés à Jésus, nul doute que Abu Talib, l’oncle du prophète aimait et protégeait le prophète à Makkah, mais c’est le manque d’adhésion à la mission (At-Tà-a) qui fausse cette simple expression d’amour ou d’attachement. Cheikh Seydil Hadj Malick dans le chapitre 28 du Khilàsuz-Zaheub rappelle qu’il n y a aucune utilité dans l’amour sans action concrète (wa laysa nafûn fi hubbin ‘bilà ‘amalin’).

Et donc poursuivit l’Imam Cheikh Sofiane, l’amour du prophète comme premier critère ainsi démontré par Abu Bakr doit être confirmé par l’obéissance et ensuite décliné en attachement aux compagnons, continuateurs de l’héritage (pas de la mission) du prophète, aux vertueux, cités dans la liste de compagnonnage évoquée ci-dessus, aux Savants croyants qui ont œuvré pour le bien de la communauté et à la communauté des croyants. Tout ce beau monde sera ensemble avec le Prophète dans le cercle restreint et privilégié du Ridal-Làh (Agrément d’Allah), donc plus élevé que le Paradis en rang (Hadith).

Le Prophète d’ajouter à l’endroit de Rabî’a- Ibn Ka’b que s’il désire bénéficier du privilège de son compagnonnage au Paradis, qu’il contribue par la multiplication des prières (Salât) – en particulier dans le Sujûd (prosternation) qui est la station la plus proche d’Allah (V. 19, S.96). L’Imam de faire remarquer la remarquable leçon d’humilité et de Tawhîd du Prophète – qui n’a pas prétendu lui octroyer de par lui-même le statut auquel il aspire, mais lui signifie que ces convoitises sont dans le secret des faveurs d’Allah (V.29, S.57). Voilà pourquoi le Prophète lui a indiqué sa contribution dans cette convoitise qui obéit encore une fois à l’action comme concrétisation de l’expression d’amour, d’attachement ou d’adhésion.

Trois critères ont donc ainsi été cités par l’Imam pour tout croyant qui aspire à être parmi les privilégiés de la liste de compagnonnage du Prophète – à savoir (i) Considérer le Prophète comme Guide sur la Voie d’Allah (Vs.52 - 53, S.42) ; (ii) Vouer un amour inconditionnel au Prophète (V31, S.3) à l’image de cette célèbre citation des Chafi’ites – Alà là imàna li man là mahabba lahu – Ne peut être reconnu croyant (Foi) celui qui ne voue pas amour (au Prophète) ; et (iii) Multiplier les actions d’adoration (Hadith), notamment la Salât et les Du’à (invocations) . L’Imam Cheikh Sofiane ajouta deux autres critères non moins importants ( iv) Faire preuve de noble caractère, et (v) Accumuler la Salât ‘alan-Nabiyy (V.56, S.33).

(iv) La noblesse de caractère est la marque de fabrique du Prophète (V.4, S.68) par laquelle Allah lui a fait l’éloge la plus remarquable dans le Qur’ân. Le Prophète a tenu que le meilleur d’entre nous, le plus attiré auprès d’Allah, et le plus élevé en grade le jour du jugement est celui qui a le meilleur caractère. Et dans cet ordre, il cita quelques mauvais caractères qui à l’opposé empêcheront ses auteurs de s’approcher de lui ou de prétendre rejoindre la liste privilégiée citée au V.69 de la S.4. Ceux qui multiplieront les bavardages futiles et s’emploieront à propager les verbiages par ci par là, ceux qui utiliseront leur langue ou plume pour faire du tort aux honnêtes croyants, et ceux qui se pavaneront sur terre par orgueil. Qu’Allah nous préserve à jamais de ces mauvaises catégories de comportements et d’attitude.

(v) L’accumulation de la Bénédiction sur le Prophète – qu’avait d’ailleurs citée Seydunà Abu Bakr parmi les trois actions qu’il préférait dans la conquêtes de la vertu – nous vaut non seulement la bénédiction d’Allah et de ses anges (V. 43, S.33 et Hadith Al Qudsiy), mais aussi nous procure une garantie additionnelle de figurer dans cette liste de privilégiés. Le Prophète en effet a dit que ceux qui sont les plus légitimes de ma compagnie, les plus en droit de mon intercession sont ceux qui ont le plus formulé de Salât sur lui. Le Vendredi, en particulier ce dernier du mois qui célèbre sa naissance physique est encore une opportunité pour ce faire. Qu’Allah agrée nos Salàts sur Lui en ce jour et pour toujours.

L’Imam Cheikh Sofiane ajouta aussi deux autres actions vertueuses citées par le Prophète dans le domaine social et en direction de la famille – (vi) le parrainage des orphelins et (vii) la bonne éducation des filles dans la voie d’Allah et en protégeant leur droits.


Avec mes Zyars Nabawiy empreints d’amour partagé en Seyyidunà Muhammad.



PAr Al Amine Kébé, Président de la Hadara Tijâny de Genève
Vendredi 8 Février 2013

Cet Article a été lu plus de 571 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :