Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org




[ EDUCATION ISLAMIQUE ] « COMMENT PHILOSOPHER EN ISLAM » DE SOULEYMANE B. DIAGNE : Pour une pensée islamique « offensive »


Cet Article a été lu plus de 6851 fois


La philosophie se développe quand des esprits libres placent la recherche de la vérité avant les préjugés et les conformismes. L'islam ne fait pas exception. Il a connu au plus haut point cette ouverture de pensée. Et il doit la connaître de nouveau. Voilà ce que souligne, avec force, cet essai limpide. Souleymane Bachir Diagne met en lumière les enjeux de la philosophie en islam à travers des penseurs essentiels comme Avicenne, Averroès, Ghazali. Il mène aussi une réflexion personnelle sur le mouvement d'ouverture de la pensée musulmane, dans ses dimensions contemporaines et ses aspects politiques futurs. Alors que s'intensifient les risques de conflit et les tentations de repli, Souleymane Bachir Diagne donne, avec cet ouvrage, une leçon d'espérance et de raison.



Professeur Souleymane Bachir Diagne
Professeur Souleymane Bachir Diagne
« C’est une nouvelle aventure ». C’est en ces termes que le Pr. Souleymane Bachir Diagne a présenté la réédition de son ouvrage intitulé « Comment philosopher en islam » (Editions Phoenix).

L’ouvrage, paru en octobre 2008 aux Editions Panama en France, répond à une double ambition, tel que le présente son auteur : d’abord une introduction à la philosophie islamique, ensuite une « réflexion personnelle » avec comme fil rouge qui parcourt l’ensemble des pages, le « devenir du monde islamique ».

Revenant sur les circonstances de cette réédition, Souleymane Bachir Diagne explique que du fait des recompositions du champ de l’édition française qui ont entraîné la disparition des Editions Panama, il a récupéré ses droits. « J’ai été approché par Aly Diallo et le Dr Lamine Sagna, basés aux Etats-Unis, initiateurs des Editions Phoenix, pour diriger une nouvelle collection qui s’appelle Alif et qui édite des ouvrages de théories littéraires et de philosophie. C’est ainsi que j’ai décidé d’en faire le premier ouvrage de cette collection », explique-t-il. C’est une aventure similaire à celle de Présence africaine dans les années 1940 en France.


[ EDUCATION ISLAMIQUE ] « COMMENT PHILOSOPHER EN ISLAM » DE SOULEYMANE B. DIAGNE : Pour une pensée islamique « offensive »
Ce qui différencie cette édition de la première, c’est la suppression de l’iconographie. Ainsi, la nouvelle édition sera moins chère, alors que la seule nouveauté réside dans la préface. Pour le fond, le livre raconte l’histoire de la philosophie. Une histoire « troublée » par sa rencontre avec la philosophie grecque. Une histoire faite de « va et vient ». Ce n’est « pas un dialogue des cultures, car les cultures ne dialoguent pas, mais des individus », notamment à travers la philosophie, tient-il à préciser. L’auteur distingue deux périodes qui symbolisent la philosophie dans le monde musulman. Celle du 9e au 13e siècles marquée par « l’âge d’or » de la période andalouse et une autre du 19e siècle à nos jours, marquée par les penseurs contemporains (Mouhamed Iqbal, Sayyid Ameer Ali, Mouhamed Abdou, Afghani, etc.). Alors, comment philosopher en Islam, autrement dit l’Islam accepte-t-il la philosophie ? « L’histoire répond oui », martèle Souleymane Bachir Diagne. Cependant, il estime que pour retrouver cette direction philosophique, le mutazilisme (doctrine qui a incarné la philosophie dans le monde musulman) doit « se dépouiller de son intolérance » dont il a été victime et, avec lui, la philosophie : le calife abbasside Al Ma’mun, symbole de l’introduction de la philosophie dans le monde musulman, et ses successeurs ayant voulu l’imposer comme doctrine officielle.

Par ailleurs, regrettant que l’Islam soit toujours « sur la défensive », il estime que le mieux serait d’inscrire toutes les réponses (aux attaques venant notamment des islamophobes) dans une question globale. Bref, « écrire comme si on ne répondait pas », tout en faisant en sorte que les réponses y figurent. Il est beaucoup question de dialogues dans ce livre, certains oniriques, d’autres des confrontations, voire de véritables joutes. Des dialogues qui ont commencé avec Plotin, Platon, Aristote et qui se poursuivent aujourd’hui avec Nietzsche ou Bergson. « La philosophie en islam n’est pas clôture sur soi d’un univers mental », explique-t-il. Fidèle à ce principe, il place la « reconstruction » de la pensée musulmane au cœur de son œuvre. En témoigne la place importante qu’y occupe Mouhamed Iqbal, poète et philosophe pakistanais connu pour ses réflexions fécondes sur le temps et le principe du mouvement. « Ce qui fait l’importance considérable de la pensée d’Iqbal et l’établit comme horizon de toute la philosophie moderne en Islam aujourd’hui, c’est précisément qu’elle est fondée sur cette lecture de la cosmologie coranique comme un mouvement d’émergence continue. Et c’est parce qu’il en est ainsi que la reconstruction de la pensée de l’islam doit se voir comme la libération d’un mouvement qui s’était pétrifié et non comme la greffe, de l’extérieur, d’une modernité - ramenée en général à ses signes techniques - sur une essence immobile », écrit-il. Comme un signe d’accord avec ce principe de mouvement, Souleymane Bachir Diagne confie que cette réédition le fait « revenir sur ses pas ». L’horizon, ce sont deux ouvrages en chantiers. Un livre collectif avec des philosophes américains et français sur le temps, et un autre, individuel, sur la traduction.


Seydou KA
Source Le Soleil

.
Samedi 15 Mai 2010

Cet Article a été lu plus de 6851 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Dans la même rubrique :