contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



El Hadj Abdoulaye Mbengue de Mboula, Vie et œuvre d’un Moukhadam d'El Hadj Malick Sy dans le Djoloff


Cet Article a été lu plus de 806 fois


"Pour connaitre la dimension spirituelle, intellectuelle et sociale de Seydi El Hadj Malick Sy, jetez un regard sur la vie et l'oeuvre de ses Moukhadams. Hier ils étaient des compagnons d'études parcourant les "puits du savoir", Aujourd'hui, tous ont reconnu ses mérites et se sont abreuvés à "la source du savoir intarissable" qu'est Maodo, comme dit le chanteur : "Moo Djangal Gaa gnifi Raw";;;; Revisitons la vie et l'oeuvre de ses hommes multi-dimensionnels dont chacun avait la capacité spirituelle de batir sa propre Tarikha après leurs formations en sciences islamiques , mais tous sont restés dans l'ombre de "Ndiol-Fama" et de Cheikhana Ahmad Tidiani Cherif", Gloire à Allah Seigneur de l'Univers...(Asfiyahi.org)



Mame Abdoulaye Mbengue est né en 1881 à Nody (Département de Linguère, Arrondissement Yang-Yang). Il est le fils de Serigne Gory Mbengue et de Coumba Ndiémé Niang.

Dans son itinéraire, on peut retenir que le souci constant de El hadji Abdoulaye Mbengue a toujours été l’acquisition de la connaissance, et toutes les catégories de connaissances. C’est pourquoi il a parcouru les quatre coins du pays : son voyage le conduit en Mauritanie pour apprendre auprès d’érudits spécialistes des différents types de connaissances ésotériques d’après son petit fils El Hadji Cheikh Mbengue ; coordonnateur des activités liées à l’organisation du gamou de Mboula.

Selon El Hadji Cheikh Mbengue, Mame El Hadji Abdoulaye Mbengue a débuté l’apprentissage du coran chez l’érudit Baba Fama Diaw de Mbeuleukhé. Ensuite à Thialéne chez Serigne Mor Galaye Diaw (aveugle pendant 30 ans mais continue à enseigner) auprès de qui, il a appris le Fikh. Puis à Charif (prés de Gandiol) où il a appris le Tassawouf. Il partit à Saint-Louis prés du marabout Serigne Mbaye où pour apprendre le Nahwou.

C’est après avoir acquis de nombreuses connaissances dans différents domaines qu’il est allé à Tivaouane pour se parfaire et chercher un Guide Spirituel auprès de Cheikh El Hadji Malick Sy où il est resté 13 ans d’après El Hadji Cheikh Mbengue. Pendant son séjour auprès de cet Homme de Dieu il a pu parfaire sa formation ésotérique mais surtout recevoir les secrets du wird tidjane. Mais Mame Maodo en avait fait un de ses plus proches hommes de confiance et confidents.

La preuve est administrée par les nombreuses missions mystiques que lui confiait le Cheikh, les retraites spirituelles ou « xeulwa » qu’il faisait pour le Cheikh, à en croire EL Hadji Cheikh Mbengue.

C’est après lui avoir inculqué les secrets du Coran et du Wird Tidiane que Cheikh Al Hadji Malick Sy l’a ensuite recommandé d’aller au Djolof pour y être un de ses représentants (Khalif).

Ensuite Mame El Hadji Abdoulaye Mbengue s’installa dans un premier temps à Nody, qui était à cheval entre le Walo et le Djolof. Ce qui explique ses nombreux talibés du Walo. Mais c’est son grand frère El hadji Birane Ndjémé qui lui a demandé d’être plus au cœur du Djolof pour mieux prêcher et faire bénéficier de ses connaissances aux gens. C’est ce qui a justifié son implantation à Mboula dans le Djoloff.

Comblé par son érudition et son comportement exemplaire Mame Maodo Malick Sy (RTA) lui a donné cette assurance en le libérant pour aller vulgariser l’appel islamique au Djolof :« euleuk louma amm souma ko manoul bok ak yaw soxla woumako ».

Mame Maodo lui a en outre fait cette forte recommandation : « Arrivée au Djolof adonne toi à la prière et au commerce comme activités et non à l’agriculture »

Parmi les Moukhada,s de Mame El Hadji Abdoulaye Mbengue, nous notons

Atmane Fall à Gankett Guent ;
Massamba Diagne du village de Alségou ;
Ousmane Fall de Ganket Balla ;
Ibrahima Fall de Sara Lama ;
Tafsir Makhoudia Ndiaye de Mélakh

Le gamou de Mboula célébré chaque année est à sa 93e édition en 2013. Il lui a été prescrit sur Ndiguel en 1919 par Cheikh El hadj Malick Sy(RTA).

A son rappel à Dieu en 1958, c’est son fils ainé EL Hadji Cheikhou Mbengue qui est devenu son premier khalife et qui a continué son œuvre avec les talibés jusqu’en 1999.

Ils Se sont succédés au Khalifat :
El Hadji Baba Mbengue
El Hadji Bassirou Mbengue
El Hadji Amadou Diarra Mbengue et El Hadji Mansour Mbengue.

Depuis Février 2012, El hadji Talla Mbengue est le khalife de Cheikh Adji Abdoulaye Mbengue. Et c’est sous sa direction que la 96e édition du Gamou sera célébré le samedi 13 février 2013 à Mboula.


Asfiyahi.Org
Mercredi 13 Janvier 2016

Cet Article a été lu plus de 806 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par Mouhamadou MBENGUE le 14/01/2016 01:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
talibemamelaye
Il faut signaler que le Gamou de cette année revêt un cachet particulier a triple titre. D’abord le gamou du samedi sera précédé le vendredi 12 février par la prière inaugurale de la nouvelle mosquée de Mboula en présence de Serigne Maodo Malick SY ibn Elh Abdoul Aziz Sy Dabakh, ensuite il y a une nouvelle orientation dans l’organisation de l’évènement religieux avec la mise en place d’un Comité d’Organisation au Service de Mame Abdoulaye Mbengue (COSMAM) qui est structuré en Commissions chargées désormais de piloter toutes les manifestations qu’organise la Famille du vénéré Cheikh AL Adji Abdoulaye Mbengue enfin , il y aura une conférence religieuse qui sera animée le vendredi à partir de 19h par Serigne Ibrahima Mbengue ibn Serigne Séllé Mbengue de Linguère.Le thème de la conférence portera sur la vie et l’œuvre du Vénéré Cheikh Al Adji Abdoulaye Mbengue .Rendez-vous le samedi 13 février 2016 date à laquelle Mboula Tient son gamou annuel .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :