contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org - 1er Site de Reférence sur l'Islam et la Tidjaniyya au Sénégal دائرة الأصفياء
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



LOUGA - GAMOU SEYDI DJAMIL 2016 : Samedi 13 Février . Le Ndiambour célèbre la face cachée de Fass ; Bouna Alboury Ndiaye parrain de l'edition


Cet Article a été lu plus de 8156 fois


Louga célèbre le samedi 13 Février , l'édition 2016 du gamou annuel de Serigne Moustapha Sy dit Seydi Djamil. Si le fils aîné du khalif Ababacar Sy s’est établi au quartier Fass de Dakar où il a vécu sur recommandation de son père jusqu’à sa disparition, c’est à Louga où il  vit le jour en juin 1916, que plusieurs centaines disciples sont affiliés à ses dahiras. Petit-fils de Mame Malick Sall, compagnon de El Hadji Malick Sy, Serigne Moustapha Sy Djamil n’a fait que perpétuer une tradition établie par son père.



LOUGA - GAMOU SEYDI DJAMIL 2016 : Samedi 13 Février . Le Ndiambour célèbre la face cachée de Fass ; Bouna Alboury Ndiaye parrain de l'edition
 Selon Moustapha Dia, fils du moukhadam Maodo Dia de Louga, Seydi Ababacar Sy, alors établi à Saint-Louis du Sénégal, a célébré quatre années successives durant, le maouloud, non pas à Tivaouane, mais à Louga. C’est seulement lors de la 5ème année suivant la disparition de son père El Hadji Malick Sy, que Cheikh Al Khalifa a passé le Gamou à Tivaouane.

C’est pour perpétuer donc un acte initié par son père que Seydi Djamil a repris il y a 54 ans les célébrations de ces chants religieux à Louga. Chaque année, plusieurs milliers de disciples, venus du Sénégal et de l’étranger, affluent dans la capitale du Ndiambour pour célébrer le prophète Mohamed (psl).

L'édition de cette année est dédiée à Bouna Alboury Ndiaye , dernier Bourba Djoloff et Mouqadam de Seydil Hadj Malick Sy de 1935 à son rappel à Dieu le 28 Juillet 1952.

C’est Serigne Mansour Sy Djamil, fils aîné et actuel khalif de la famille du saint-homme qui préside chaque année les cérémonies.

COMME CHAQUE ANNÉE , L'ÉVÉNEMENT SERA RETRANSMIS EN DIRECT VIDÉO SUR ASFIYAHI.ORG

ZOOM SUR LE PARRAIN

LOUGA - GAMOU SEYDI DJAMIL 2016 : Samedi 13 Février . Le Ndiambour célèbre la face cachée de Fass ; Bouna Alboury Ndiaye parrain de l'edition
Bouna Albouy Ndiaye avait pour devise : « Quiconque profite des derniers d’un pays qui lui est confié ne servira jamais ce pays. » Un document écrit de sa main et daté du 14 février 1946 contient les remarques suivantes: « Ceux qui ne voient rien de grand n’engendreront rien de grand pour le Sénégal. Les âmes obscures ne sauront s’affranchir de la pauvreté»

Le fils du dernier souverain du Djoloff fut une personnalité de premier plan. De son vrai nom Yeli Birayamb, Bouna Albouy Ndiaye est le fils du Bourba Alboury Biram Penda Ndiémé et de la Linguère Madjiguéne Bassine Ndiaye. Il est né à Yang-yang en 1878, et mort à Louga le Lundi 28 juillet 1952.

Lors du combat du 29 juillet 1890 que son père livra contre les Français sur le chemin de son exil vers le Soudan, il est repris aux Maures par le colonel Dodds et ramené à Saint-Louis. Il a alors douze ans et est adopté par le gouverneur général Merlin, alors directeur des affaires politiques ; Ce dernier obtient du gouverneur du Sénégal l’inscription du jeune Bouna Ndiaye à l’école des fils de chefs à Saint-Louis. En 1894, il est envoyé au collège Aloui de Tunis ; son séjour est bref pour des raisons de santé.

Le 17 décembre 1895, Bouna Ndiaye est investi à Yang-yang, à dix-huit ans, comme le plus jeune « Bourba » de l’histoire du Djolof. Cette nomination est confirmée en Janvier 1896, par décret du Président de la République Française.

LE BÂTISSEUR

De son règne, fût un grand bâtisseur. En construisant en 1930 près de 80 puits pour son peuple avec la moitié de son salaire et la participation de la Société de Prévoyance de Djoloff. En aidant les Djoloff-Djoloff à construire ensemble un chemin de fer de 128 km de 1928 à 1931. En construisant en 1931 à Labgar le premier bassin de rétention connu du Sénégal. En demandant à ses enfants de ne pas réclamer pour leur compte l’argent des chantiers du chemin de fer et des puits. En refusant pour les élections de novembre 1946 d’être le candidat du colonialisme pour battre Lamine Guèye et Léopold Sédar Senghor, avec cette phrase célèbre : « nous devons être moins égoïstes et ne pas toujours écouter ceux qui nous divisent pour pouvoir régner éternellement dans le pays. Il nous faut songer à l’avenir de nos petits enfants. Je n’autorise aucune personne à mettre mon nom sur la liste aux élections législatives ».

SA DIMENSION SPIRITUELLE

L'histoire de Bouna Alboury Ndiaye nous rappelle la vision d'un pèlerin à la Mecque à qui le Prophète Mohamed (PSL) s'adressa en ces termes il y a quelques siècles : « cette année il y a eu prés de 400.000 pèlerins et Dieu a accepté leur pèlerinage à cause d'un Irakien qui renonça au pèlerinage en échangeant les pièces d'or destinées à son voyage pour acheter du sucre et du blé afin de nourrir les habitants de son village frappés par la famine » : En effet, En 1928, Bouna décida de se rendre au pèlerinage à la Mecque avec 50 personnes, grâce au remboursement perçu du Gouvernement du Sénégal pour leur cote part destinée au forage des puits entrepris depuis 1906 au Djoloff, et au nombre de 70 environs.

Cette année là, le Djoloff fut frappé par une grande famine et Bouna renonça à ce grand pèlerinage, et avec son pécule acheta du riz et du mil qu'il distribua à son peuple sous forme de prêt. L'année suivante, à la suite d'une bonne récolte, il annonça que les prêts consentis ne seront pas remboursés car l'argent était son pécule pour son pèlerinage à la Mecque. Cette famine, rappelle qu'en 1906 Bouna trouva au cours d'une tournée un village ou les habitants extenués ne pouvaient ramper pour sortir de leurs cases. Cette tragédie le fit renoncer à la moitié de son salaire pour creuser des puits a travers le Djoloff jusqu'à son renoncement du pouvoir en 1935 pour se consacrer à l’adoration d’ALLAH (swt). 

La dimension spirituelle de Bouna Alboury était, en réalité, incommensurable. D’ailleurs, il n’y avait pas en son temps, une tête si haute ou si fière qu’elle fût, qui ne le saluait avec dévotion comme si sur son front, la main de Dieu, presque visible, avait posé deux couronnes : l’une qui est faite d’or et qu’on appelle génie royal, et l’autre qui est faite de Lumière et qu’on appelle génie religieux.

ADEPTE DE L’UNITÉ RELIGIEUSE AU SÉNÉGAL

Est fait Moukhadam Tidjaniyya par El-Hadji Malick Sy. Il octroya 200 hectares de terres à Cheikh Ahmadou Bamba à Mbacké Bari où repose Mame Maharame Mbacké et 200 hectares de terres à Serigne Fallou Mbacké à Touba Bogo. Il donna en mariage à Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké sa fille aînée Seynabou Ndiaye Bouna qui repose dans le Mausolée de Sokhna Aminta Lo et Sokhna Fatma Diop à Touba, auprès des tombes de Mame Diarra Bouna, Mbayang Bouna et Sokhna Aminta Lo Ndiaye Bouna. Il amorça le premier au Sénégal le dialogue islamo-chrétien en recevant à Yang-Yang en 1923 l’archevêque de Dakar, Mgr Jalabert, et à Louga en 1936 l’archevêque de Paris, le cardinal Verdier au lendemain de l’inauguration de la cathédrale de Dakar.

Asfiyahi.Org
Mercredi 3 Février 2016

Cet Article a été lu plus de 8156 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par sopdabakh le 05/01/2013 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yalla nako yala motali ,yèwanalko, yombalko tayèmbalko bibarakati rassoul (rta) gnièp gnieuw si diam dèlou si diam ak mbektèk khol bou sèd tay gniaan borom bi mounangou bèp gnian gougnioufa gniaan .

2.Posté par penda mboup le 06/01/2013 16:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yalla nagnou yalla may gnou koy feke att bou diot amoul noumou nekhe woul

3.Posté par mamadou ndiaye le 02/02/2014 20:37 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mamadou ndiaye dh khairouwalbaraka thiaroye kaw je voulai juste poser une question sa serr a koi de vnir a louga avec nt dh si nous pouvons entre suivr le gamou. Si vou pouviez lesser 10 personne par dahira i compri le president ce serai mieux

4.Posté par talibee CHEIKH BA le 09/02/2015 15:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
gamou me fait penser a mon SERIGNE ET AMI SERIGNE MAODO DIA QUE DIEU L ACCEUILLE EN SON PARADIS FIRDAWSI AMEEEN

5.Posté par NDIAYE NDIAGA le 12/02/2015 22:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mairamefedior1
yalnansi yalla yobou ak diam

6.Posté par Segn pape djamil le 29/01/2016 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Yalna yalla mottali lepp

7.Posté par abdou ndiaye le 30/01/2016 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yalla nagne ko fekke ak diam

8.Posté par Diamil faye le 06/02/2016 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yalla naniou yalla fayal eeydi djamil si barke seydi aboubacar sy

9.Posté par abdouliesallah le 17/03/2016 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
7225205

10.Posté par abdouliesallah le 17/03/2016 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
a l s

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :