Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org




Les excès dans l’alimentation, entre science et Islam.


Cet Article a été lu plus de 4796 fois


« Nous sommes ce que nous mangeons » est un proverbe bien connu et d’actualité. Nous savons tous que manger trop n’est pas bon pour la santé. Mais notre gourmandise, notre plaisir passe avant tout, au point que cuisiner et manger devient parfois une ou l’occupation centrale de notre vie. Il de s’agit pas ici d’un traité de médecine mais juste de quelques rappels sur les principales conséquences d’un excès de nourriture et ce que notre cher Prophète (Paix et Bénédiction sur Lui) nous a dit à ce propos.



Les excès dans l’alimentation, entre science et Islam.
Que nous dit la science ? En France, les deux plus grandes causes de décès sont les maladies cardio-vasculaires et les cancers, elles liées à notre façon de manger. De manière générale, les principales conséquences d’une alimentation trop riche et mal équilibrée sur notre santé sont certains types de cancers, les maladies cardio-vasculaires, les maladies du système digestifs, l’excès de poids et l’obésité. Les facteurs alimentaires sont associés à d’autres maladies très répandues comme le diabète ou l’ostéoporose. Le lien entre ces maladies et l’alimentation est direct ou non, il s’agit parfois d’une augmentation des facteurs de risques.

Cancers


Les scientifiques estiment que 20 à 40% des cancers peuvent être attribués à l’alimentation et le manque d’activité physique. Il s’agit principalement d’une augmentation des facteurs de risques. Les principaux éléments responsables de ces maladies sont les graisses et l’alcool.
Côté facteurs de protection, un régime riche en fruits et légumes (au moins 5 par jour) est associé à un risque moindre de 20% de certains cancers : bouche, pharynx, œsophage, colon, rectum et poumon. Bien évidemment, l’arrêt du tabagisme réduit ce risque de 30%. Il convient aussi d’éviter les aliments contenant encore des résidus des produits de traitement (pesticides, etc.).

Maladies cardio-vasculaires


La plupart des maladies cardio-vasculaires résultent d’un dysfonctionnement du métabolisme ayant pour conséquence la réduction du diamètre des artères. Ceci peut se traduire par des insuffisances ou des accidents circulatoires. L’origine de ces maladies est complexe et résulte de plusieurs facteurs : tabagisme, hypertension artérielle, âge, facteurs génétiques, manque d’activité physique et habitudes alimentaires. Un tiers des décès dus aux maladies cardio-vasculaires chez les personnes de moins de 65 ans est attribuable à une mauvaise alimentation. La consommation élevée de graisses - trop grande quantité et qualité inadaptée (beurre, huile d’arachide, fritures, charcuterie, excès de viandes rouges) - est un des facteurs de risque, celui-ci est aggravé par le tabagisme. Là encore, les plus grands effets protecteurs sont assurés par une consommation importante de fruits et de légumes ainsi que de céréales non raffinées.

Obésité, excès de poids


L’obésité est principalement due à un excès de graisses et/ou de sucres, associé à un manque d’activité physique. Elle représente un terrain favorable au développement de certains cancers, des maladies cardio-vasculaires et du diabète de type 2, sans parler des problèmes articulaires et psychologiques. Elle est particulièrement inquiétante car elle progresse de plus en plus dans les pays développés, que ce soit en Amérique du Nord ou en Europe, mais elle apparaît aussi dans les pays en voie de développement. Quel contraste mais surtout quelle honte lorsqu’on pense que de l’autre côté, surtout en Afrique, des gens meurent de faim tous les jours !

Gastrites, ulcères gastro-duodénaux


Les excès dans l’alimentation, entre science et Islam.Ces maladies sont entretenues par l’excès d’aliments acides (tomates) ou de plats épicés sans pour autant en être la cause.

Toutes ces maladies peuvent être prévenues ou du moins leur risque diminué par l’alimentation. Celle-ci peut être donc source de maladie ou remède, tout dépend de son type. Par exemple, une personne prédisposée génétiquement au diabète peut ne jamais être touché par cette maladie si elle surveille son poids et son alimentation. De même, le risque de cancer du colon peut être diminué par une consommation de fibres alimentaires. Tout tient en quelques mots : équilibre, variété et modération. En apportant au corps tout ce dont il a besoin - protéines, glucides, lipides, vitamines et minéraux - en quantité raisonnable et avec un minimum d’activité physique, on tient à l’écart de nombreuses maladies et on trouve un plus grand bien-être.

Que nous dit l’islam ?

Les enseignements et prescription de l’islam ont en partie pour but de permettre à l’être humain de vivre en harmonie avec lui-même et avec la Création. Par conséquent, tout ce qui nuit à la santé doit être évité.

Dans la partie précédente, nous avons pu brièvement voir que l’alcool est néfaste (cancers) ainsi que le tabagisme (cancers, maladies cardi-vasculaires). Le premier est explicitement interdit dans le Coran et le second l’est également par les savants. La science et l’islam sont donc en accord.
Il est aussi clairement mis en évidence que les excès alimentaires sont néfastes pour la santé et sur ce point le Prophète (Paix et Bénédiction sur Lui) nous met en garde. Selon Al Miqdâd Ibn Ma’dikariba , le Messager d’Allah (Paix et Bénédiction sur Lui) disait :
« Jamais le fils d’Adam n’a rempli de récipient pire que son ventre. Il suffisait pourtant au fils d’Adam quelques bouchées pour subvenir à ses besoins. Et même s’il lui en fallait absolument davantage, qu’il réserve donc le tiers de son estomac à son manger, l’autre tiers à son boire et le dernier tiers à sa respiration. » (Rapporté par At-Tirmidhi)

Le Prophète (Paix et Bénédiction sur Lui) a aussi dit :
« Nous sommes un peuple qui ne mange que lorsqu’il a faim, et lorsque nous mangeons, nous ne le faisons jamais à satiété. » (Hadith rapporté par Abû Nu`aym d’après Abû Hurayrah)

Sans donner de détails sur ce qu’il faut manger ou pas, le principe de base est là : manger avec modération, voire peu. Lui-même ne mangeait que le strict minimum.

Les musulmans se doivent donc d’être reconnaissants envers leur Créateur pour tous les bienfaits qu’Il leur a accordés. Si certaines règles peuvent paraître restrictives, difficiles à suivre, elles renferment toujours un bien qu’il nous appartient de découvrir. Nous ne devons pas suivre nos désirs et plaisirs de façon irréfléchie, voire animale mais les maîtriser pour nous en libérer. Si nous suivons comme il se doit la sunnah de notre Prophète (Paix et Bénédiction sur Lui), nous ne pouvons qu’être gagnant dans cette vie et l’au-delà.

Asfiyahi.Org
Samedi 5 Décembre 2009

Cet Article a été lu plus de 4796 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par lita le 14/03/2010 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci je suis une pêtite fille de 12 ans qui doit faire un exposé sur l'alimentation et je voulais vous remerci" dcar votre site ma bien aider merci encore et bonne continuation

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter