contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org

MATÉRIALITÉ ET SPIRITUALITÉ : Les Remparts de la Tidjaniyya contre les Avatars du Modernisme par Feu El Hadj Mansour Niang de Saint Louis(2éme Partie)


Cet Article a été lu plus de 9495 fois


A travers cette publication, nous rendons un vibrant hommage à feu El Hadj Mansour Niang de Saint Louis, professeur à l'université Gaston Berger, infatiguable soldat et défenseur de la Tarikha, mort à la fleur de l'âge.Cette communication qu'il avait présenté lors du Colloque sur la Vie et l'oeuvre de Setdi El Hadj Malick Sy en 2002 représente l'une des meilleures publications du Centenaire, tant par la richesse du contenu puisé du Coran, que par la facilité dont l'auteur allie l'arabe à la langue de Molière , montrant à bien des égards la dimension de l'homme.. Qu'Allah SWT l’accueille dans ses paradis célestes



Vidéo Souvenir de El Hadj Mansour Niang en deuxiéme partie aprés El Hadj Ibou Sakho


Deuxiéme parte : TIDJANISME ET MODERNISME

En effet, le siècle des lumières ou du rationalisme a porté un rude coup au spiritualisme, en introduisant la tentation du modernisme contre le mysticisme d’un certain christianisme. le siècle des lumières est un siècle de cosmopolitisme qui déconstruit les croyances au nom du rationalisme au mépris de la religion et du spiritualisme, au mépris du dogmatisme du christianisme, ses croyances, ses rites, son mysticisme .


A l’islam, on adjoignit le suffixe « isme » croyant que le Christianisme se perpétue dans l’Islamisme. or la doctrine islamique professe le monothéisme, car l’anthropomorphisme engendre l’associationnisme : « Dieu ne pardonne pas déviationnisme il pardonne tout autre péché selon son volontarisme »..


Pour démanteler ce puritanisme et ce spiritualisme, en vue d’installer le suivisme et le mimétisme, les penseurs occidentaux vont inventer « le modernisme », c’est le point de départ à la pandémie des « ismes » dont l’acmé est la mondialisation ou l’universalisme.

D’ailleurs, en conceptualisant l’universalisme, senghor a mêlé la négritude au judéo –christianisme, les valeurs de la francité aux archaïsmes du latinisme, donnant un carton rouge à l’islamisme.


En vérité, au dix-huitième siècle, l’occident accélère le machinisme dont la prolifération est d’accroître le productivisme. alors l’occident doit briser les remparts du protectionnisme l’occident doit faire effondrer les remparts du nationalisme,


L’occident doit éradiquer le péril de l’islamisme.



A l’aide du transbordement de l’inter -mondialisme, acquis grâce au gigantisme du machinisme, L’occident va mener un véritable messianisme, derrière le lobby puissant du libéralisme, pour accroître triomphalement le productivisme. On voit s’affirmer les origines du capitalisme dont l’idole déifiée est l’individualisme, ancêtre de l’idéologie du colonialisme, ancêtre du désastre de l’humanisme, l’humanisme noyé dans l’océan du cynisme, provoquant malgré les progrès le paupérisme, entraînant l’humanité dans un autre paganisme dont le laïcisme va sceller l’unanimisme.


Dans sa ruse, l’Occident, en définissant la modernisation a assimilé le concept à la civilisation, Il pose la fausse équation : modernisation : civilisation, car tout homme averti aspire à la civilisation.

En vérité, les musulmans fortement attachés à leurs traditions ne sont point disposés à consommer leur production d’autant plus que beaucoup de leurs fabrications sont frappés, dans le droit musulman, d’interdiction.

Par exemple, la consommation de certaines boissons, de même que certains produits de beauté et d’alimentation sont considérés comme illicites dans notre tradition.

Par exemple, l’alcool comme tout produit de fermentation, appelé eau de vie dans l’occidentalisation est sévèrement réprimé dans notre législation.

Conscient que l’Islam est hostile à sa modernisation, l’Occident va entreprendre un processus de conversion, Il faut changer les musulmans jusque dans leurs convictions, Il faut changer leurs vêtements et leur consommation, Il faut changer leurs esprits et leurs opinions.


C’est pourquoi, l’Occident propose un programme de réflexion, intitulé délicieusement : modernisme ou modernisation ce programme sous tend nos systèmes d’éducation, comme dit Platon, toute éducation est conversion. Conversion synonyme de propension à la perversion. « etre moderne » signifie renoncer à la religion pour épouser les valeurs de l’occidentalisation ; par conséquent, « moderniser » = combattre la religion, la religion qui permet la véritable connexion entre le réseau pensant et le réseau de la création.


Je vous renvoie à Civilisation et Modernisation, de Shariati, un ouvrage de sensibilisation.


Quand l’homme se déconnecte de cette communion, il se vide d’une précieuse fonction, il renie sa foi, ses convictions, et sa religion,


Conformément à ce verset de la révélation : « Ô croyants, quiconque apostasie de la religion, Ô croyants, quiconque se détourne de ma tradition Ô croyants, quiconque choisit la modernisation, Ô croyants, quiconque apostasie de sa religion, Dieu va faire venir parmi les grandes nations un peuple qu’il aime d’un amour profond, un peuple qui l’aime d’un amour profond, Modeste envers ceux qui s’attachent à la religion, Fort envers les mécréants de la modernisation, un peuple qui lutte dans la voie de la réconciliation, un peuple qui ne craint pas les blâmeurs de l’innovation. ceci est la grâce du Dieu des nations, Il la donne à qui il veut dans la création ».


Il l’a donnée au petit fils du gardien de la Tradition, Abul Abbas, Attijânii, le continuateur de sa mission qui affirme dans la solennité de son assertion :


« Tous les flux lumineux dans leur fluctuation, depuis l’essence de la seigneuriale émanation, ont été réceptionnés par les 124 000 diffusions.

Et tout ce qui coule de ces 124 000 rayons, à été reçu par Moi (Cheikh) pour la redistribution ;


Ainsi tous les guides sur la bonne direction puisent leurs sagesses et leurs inspirations de ma pyramide lustrale, source de l’illumination, de l’univers des âmes, à l’aube de la création, au jour du jugement et de la rétribution.


Aux sceptiques qui frémirent à cette assertion, le Cheikh pointa ses deux doigts vers l’horizon : « Son âme et mon âme vivent dans l’union. de son âme les prophètes abreuvent leurs rayons, de mon âme les Saints tirent leurs inspirations du commencement à la fin de la création ».


En effet, sept ans avant la révolution française, cette hérésie dont la Bible est la Marseillaise, cheikh se retira à Sam’Hône pour allumer des braises dont les lueurs atteindront la Zawiya de Fèz, dont la lumière éclaire le Colloque du CICES.

A Abi Sam’Hône, il vécut dans l’isolement, en pratiquant le Zikr et le recueillement, jusqu’à l’avènement de son évènement, jusqu’à l’événement de son avènement .


Le Prophète (PSL) lui apparût en état de veille, il lui fit son initiation comme une merveille, un bienfait divin aux partisans de l’éveil, il lui transmit tout d’abord la première tranche de notre Tarikha, notre fructueuse branche ou’Allah réserve aux âmes franches.


Mame Maodo a dit dans son Fakihatut Tulaab, cet ouvrage mystique en langue arabe, cet ouvrage qui défie les savants arabes et toubabs : « Celui qui aspire à la voie Tidiane sans tares, il est protégé par de solides remparts, à l’abri de Satan couvert de ses fards, Cheikh a pris son Wird du lumineux phare


Le Prophète (PSL) distributeur des quote-parts ».


Mohamed (PSL) appela dans le sentier de la rectitude, Cheikh (RTA) appela dans la voie de la certitude, la certitude et la rectitude mènent à la béatitude.


La Tarikha tidjane mène la même action que mène l’Islam parmi les autres religions. l’Islam, dernière révélation, est une récapitulation, Il contient les valeurs de toutes les religions.

Lla Tidjaniyya récapitule les anciennes orientations et contrecarre les avatars de l’occidentalisation.


Ses remparts sont bâtis sur trois fondations : le Laazim, la Wazifa, le Tahlil de la perfection. les remparts du Laazim reposent sur 3 récitations : l’Istikhfaar : la demande de pardon, la Salatul Fatihi : l’expédition des oraisons, la Haylala : la limitation à Dieu de l’adoration.


Les remparts de la Wazifa reposent sur 4 récitations : l’Istikhfaar : la demande de pardon, la Salatul Fatihi : l’expédition des oraisons, la Haylala : la limitation à Dieu de l’adoration, la Jawharatul Kamal : la perle de la perfection.


Les remparts du Tahlil reposent sur 2 récitations : La Illaha Illalah qui part d’une négation, Allah, Allah, l’affirmation dans l’extinction.

Ces trois remparts correspondent analogiquement aux 3 degrés islamiques du perfectionnement : Islam, Iman, Ihsan, le canon des savants, Charia, Tarikha, Khakhikha, le canon des aspirants, Laazim, Wazifa, Tahlil, le canon des amants.

L’affiliation à la voie se fonde sur 3 conditionnements : l’orthodoxie qui remonte au prophétique firmament, l’ordination conforme aux degrés du perfectionnement, le respect scrupuleux des 23 commandements. ces commandements sont les remparts du postulant.

Avant cette mondialisation matérielle, cheikh a initié la mondialisation spirituelle pour connecter les talibés dans le réseau éternel.


Les vingt trois (23) remparts s’attachent au Saint Coran, sur l’amour du Cheikh d’un amour puissant, sur la confiance exclusive à l’Omnipotent, sur l’abandon de la voie, source de désagrément, sur la conviction qu’elle mène au cercle des amants, sur l’humilité à observer à tout instant, sur la propreté rigoureuse de l’environnement.


Voilà, Chers Frères, notre précieuse forteresse, Remparts contre l’Occident qui s’engraisse, Remparts ancrés sur la divine promesse.

Voilà cette muraille colossale qui se dresse contre la vie moderne faite de stress, contre cette kermesse où les valeurs régressent.


CONCLUSION :




Chers Frères, il nous faut conclure, la Tarikha Tidjane est un bouclier sûr, un rempart sûr contre les mésaventures, un rempart dur contre les sataniques aventures.

Dans ce monde sans foi se dresse ce grand mur, la voie qui abreuve les cœurs purs, la loi qui protège dans les moments durs, la foi qui est l’échelle la plus sûre, sur laquelle nous serrons la ceinture, pour aller cueillir les fruits mûrs, depuis cent ans dans les Zawaya de culture, ceinture de protection contre les parures pour aller cueillir jusque dans l’azur les valeurs positives les plus sûres.


Car vous êtes, Tidjanes, de toutes les créatures, la plus pure et la meilleure créature. vous exhortez à faire le bien et le pur tt vous blâmez les pourritures de leur culture et vous croyez en Dieu, le rempart le plus sûr, Seydi El Hadj Malick Sy en est sûr.




Par Feu El Hadj Mansour Niang
Docteur es Lettres
Professeur à l'Université Gaston Berger de Saint Louis
i[


Source Actes du Colloque International sur la Vie et l'Oeuvre de Seydi Elhadj Malick Sy tenu à Dakar, CICES du 18 au 22 Mai 2002

Asfiyahi.Org
Mercredi 22 Mai 2013

Cet Article a été lu plus de 9495 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par mouhamdou sy,istrana le 09/11/2010 08:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yalna ko yalla yereum te yekhe gnou

2.Posté par Ibrahima le 09/11/2010 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
EUSKEUY C BIEN RESUMé ET PLEIN DE SENS YALLA NAKO YALLA YEREUM TE YEKHEGNOU YALLA NAGNOU ABUL ABBAS DEF AY TALIBEM DEUG DEUG Té YALLA TASS GNOU SI AY BARKEM AMINE

3.Posté par Omar Amar le 26/11/2010 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yalna ko yalla yereum te yekhe gnou
tass gnou si barkem , ta Defnou ay talibe yu dagou di diane fou waye mana tolou diko dianal ak wadiou ram wou tede EL HADJI OMAR NIANG


4.Posté par makhtar le 30/11/2010 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
yalnako sunu borom yeureum tè djalèko sa aldjana ya gueuneu kawé, té fayalnu mame Maodo ak ndiabotàm yèp ak wa asfiyahi thi liguèy bou rafèt-bi.
wassalam.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :