contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org - 1er Site de Reférence sur l'Islam et la Tidjaniyya au Sénégal دائرة الأصفياء
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Oumrah 2014…au-delà du rituel ! Par Serigne Cheikh Oumar Sy Djamil


Cet Article a été lu plus de 1646 fois


6 048 373 ! D’après le site officiel du Ministère Saoudien du Hajj, c’est le nombre de « douyoufou rahmane » (Invités de Dieu) venus faire la Oumrah cette année à la Mecque et participer à la nuit du Destin (Laylatoul Khadri) célébrée entre le 26ème et le 27ème jour du mois de Ramadan. Asiatiques, Américains (nous avons fait la connaissance de deux canadiens), Africains, Européens, femmes et hommes ensemble, tous, de blancs vêtus, unis dans la même foi, convergent vers une seule direction.



Serigne Habib Sy Mansour , Serigne Cheikh Oumar Sy Djamil et Serigne Mansour Sy Diop
Serigne Habib Sy Mansour , Serigne Cheikh Oumar Sy Djamil et Serigne Mansour Sy Diop
De l’esplanade de la mosquée à l’enceinte de la Kaaba ; du sous-sol aux chambres des multiples hôtels qui jouxtent ce fabuleux lieu de pèlerinage ; du haut des montagnes jusqu’aux chaussées de ces dizaines de routes qui mènent vers la mosquée ; Le moindre petit espace est occupé, ce jeudi soir (goudi Adjouma) pour implorer le pardon divin. Tous ces endroits vibrent au son de la voix mélodieuse d’Abdul Rahman Ibn Abdul Aziz Al-Sudaissi et d’Abdullah Awad Al Johany qui dirigent avec brio la prière surérogatoire du Tarawih (nafila) juste après celle obligatoire du Isha (Guéwé). Toutes les voies d’accès à la mosquée sont bloquées. Il a fallu un talent exceptionnel de négociation, une prédisposition innée à la persévérance et une bonne dose de crise de nerfs (napaté) pour percer l’infranchissable mur de refus de la police saoudienne dont les agents en faction n’ont que deux mots à la bouche : Mafi (impossible) et Mam nou’a (Interdit). Finalement, Serigne Habib SY Mansour, Serigne Mansour Sy Diop, Sokhna Awa Kane Sy et moi-même nous nous sommes retrouvés à quelques mètres de la Kaaba en face du Mahamat Ibrahim et du Hadjaratou Aswad pour figurer dans ce beau tableau. Position de choix inespérée parmi ces millions d’individus.

Esplanade de la Mosquée de Médine
Esplanade de la Mosquée de Médine
La sonorisation est impeccable et le moindre soupir de l’Imam est amplifié. Le verbe est précis. La diction sublime. La profondeur des paroles est toujours ponctuée par les larmes des Imams qui ne résistent à aucun passage du Coran évoquant un retour vers Allah (SWT). Ce moment de bonheur fini à 23 heures avant de reprendre à une heure du matin pour se terminer à trois heures, soit une heure trente avant la prière du fadjr. Que des prières ! Encore des prières jusqu’à l’aube. La longue litanie d’Al-Sudaissi récitée juste avant les deux derniers soudjoot du Witr n’a occulté aucun sujet d’actualité sur la situation des musulmans à travers le monde. Le lendemain, sous la chaleur torride de la Mecque (plus de 40°), comme pour essayer de gagner un ticket d’entrée au paradis, nous avons sacrifié à la prière du vendredi sur l’esplanade en marbre.

Le soir, arborant notre habit de sacralisation (« Ihram »), nous coupâmes le jeun à Masjid Taneem, formulâmes notre intention de faire la Oumrah et prîmes la direction de la Kaaba pour le « Tawaf » et le « Safaak Marwa ». Moment de joie et de bonheur couronné par une fine pluie inattendue qui s’abattit sur la Mecque le samedi après-midi.


Serigne Maguette Diop et Serigne Cheikh Oumar Sy Djamil
Serigne Maguette Diop et Serigne Cheikh Oumar Sy Djamil
6 048 373 personnes c’est non seulement l’équivalent de la population d’un pays comme la Lybie ou le Togo, mais aussi, c'est un mélange de toutes les spécificités culturelles du monde à gérer dans un espace aussi réduit. Malgré les travaux d’extension aux abords de la mosquée, -immeubles et montagnes rasés-, il est toujours très difficile d’être à l’abri de bousculades dangereuses ou d’embouteillages monstres qui peuvent parfois avoir des conséquences fâcheuses sur l’accomplissement des rituels obligatoires du Hajj. Même au-delà de ces rites sacrés, le hajj comme la Oumrah doivent magnifier ce que le Professeur Amadou Maktar Mbow qualifiait de « Sens of Togetherness » lors de son passage à Mina’. Rien que pour cette raison, les pèlerins et leurs hôtes saoudiens doivent faire preuve de tolérance et de patience. Que nenni ! Les agents en charge de la sécurité se comportent en armée de résistants en face d’envahisseurs en provenance du monde entier. « Haggi Yalla Sir » (Haggi, dégage !) n’est pas agréable à entendre pour quelqu’un qui a fait des milliers de kilomètres pour venir se rapprocher d’Allah (SWT). Un « Haggi » qui dépense en moyenne 5000 Euro pour son voyage. Ce qui pourrait générer une manne financière de près de 30 milliards d’Euro. C’est d’autant plus regrettable que les autorités saoudiennes considèrent le pèlerin de dayfou rahmane dans leur lettre directive. Aussi la bataille idéologique est partout présente. Toute forme d’incantation risque d’être qualifiée d’associationnisme par ces « soldats de la religion » du régime Wahabite. Vouloir à tout prix, imposer cette perception de l’Islam à des millions de fidèles crée parfois des tensions inutiles et évitables.

Cependant, les pèlerins doivent aussi faire preuve de discipline et de collaboration sans limites pour faciliter la tâche aux organisateurs. Les nations viennent avec des niveaux d’organisation disparates. Et le comportement des uns et des autres face au bien commun est d’une importance capitale pour obtenir un traitement de faveur auprès du Ministère du Hajj. D’ailleurs, les wolof ont raison de dire que « oudé ni nga diké la lay euweulé sa dalle ». Sur ce chapitre, l’exemple le plus achevé sur ces différences de comportement est le séjour de trois jours que les pèlerins doivent effectuer à Mina'. Ce désert situé à 5 kilomètres de la Mecque est un passage obligé durant le grand pèlerinage. Des tentes sont érigées en guise d’habitation de fortune. Et toutes les nations sont logées dans les mêmes conditions d’hébergement. Surface plane, toilettes amovibles, climatisation transportable, cabane pour accueil et information. Bref elles bénéficient toutes de la même logistique et des mêmes infrastructures de base.

Serigne Cheikh Oumar Sy Djamil
Serigne Cheikh Oumar Sy Djamil
Nonobstant ce fait, une nette différence se dessine au bout de trois jours entre les sites tenus par des Européens, des Américains, des Asiatiques par rapport à ceux destinés aux Africains. Là où tous les autres pays ont les salles d’accueil bien aménagées, les entrées pavées de gazon synthétique, les arbres artificiels implantés le long des couloirs et les ruelles rivalisant de propreté, nous avons chez nous les Africains le spectacle désolant d’un camion de ramassage d’ordures qui est stationné en permanence entre les lieux d’hébergement, des Maliens, des Ivoiriens, des Guinéens, des Sénégalais entre autres.

Pour ces derniers, il faut parfois enjamber des bassines remplies de viande de mouton pour pouvoir se frayer un chemin à l’entrée. Il n’est pas rare de voir un groupe de Sénégalais préparer des repas de « tiéré bassi » alors que les conditions pour assurer une hygiène corporelle optimale ne sont pas souvent réunies. Et pourtant il existe des kits alimentaires à l’intérieur duquel le pèlerin peut trouver un sandwich, une boisson sucrée, des fruits et le tour est joué pendant trois jours. Cette cuisine est non seulement saine, mais elle est certifiée par les autorités médicales. Cela ne nécessite ni ustensile, ni lavage à grande eau d’assiettes ou de marmites. Utilisé une fois, le kit est jeté dans des poubelles ramassées quelques heures après par les grosses bennes à ordures. Les Sud-Africains ont demandé à ne plus être logés avec leur frère du continent et préfèrent maintenant être parmi les Asiatiques. Même le Rooz Boukhari, riz servi par les autorités saoudiennes avec du poulet n’est pas suffisamment au gout des habitudes alimentaires de mon parent sénégalais.

Lui, pense qu’un bon tiébou dieune bien assaisonné avec du « Yéét », du « Guedji » et du « Nététou » est indispensable pour son confort abdominal. Même pour trois jours ! Les restauratrices sénégalaises mobilisent un dispositif impressionnant pour assurer la logistique. Quitte à payer plus de 200kg d’excédent de bagages pour réaliser le Deukhine ou le Domoda. A la fin de leur séjour, lorsque les Rials commencent à se faire désirer, ils sont accueillis dans les boufia (gargote saoudienne) dans des conditions d’hygiène pas du tout adéquates. Après on s’étonne que le plus grand nombre de malades admis à l’hôpital pour intoxication soit des africains. C’est pourquoi le gouvernement sénégalais doit prendre des mesures draconiennes pour amener nos sœurs et nos frères à la raison. La Mecque n’est pas une destination balnéaire pour une promenade de santé. Elle exige un minimum d’esprit de détachement et de renoncement aux habitudes culturelles.

Esplanade de la Mosquée de Médine
Esplanade de la Mosquée de Médine
Dès lors ces quatre points me paraissent essentiels :

Tout d’abord, il serait préférable de renouveler le personnel d’encadrement (la mission). Cet effectif composé officiellement de 140 personnes atteignait du temps de l’ancien régime presque 400 individus payés aux frais du contribuable avec per diem et prise en charge totale, pour ne rien faire. Le plus dramatique ce n’est pas le fait qu’ils se partagent les meilleures chambres d’hôtels en passant leur temps à faire du shopping au lieu de s’occuper des pauvres pèlerins laissés à eux-mêmes, le plus dramatique c’est qu’ils n’ont aucune formation pour encadrer et assister les 10 000 âmes qu’on leur a confiées le temps du pèlerinage. Or le problème majeur du pèlerin sénégalais n’est pas d’ordre religieux mais d’ordre purement logistique. Car il s’agit tout simplement de déplacer d’un point A à un point B et ensuite vers un point C ces 10 000 « houjaaj » parmi 6.000.000 de pèlerins. Et le seul corps au Sénégal qui a reçu la formation pour ce type d’exercice c’est l’armée. Les militaires sont formés pour déplacer des foules en période hostile (guerre, tremblement de terre, inondation, épidémie etc). Ils ont la capacité physique, la stratégie, la logistique, le système de communication et le dévouement nécessaire pour réussir ce genre de mission. C’est pourquoi nous préconisons que la moitié du personnel d’encadrement soit composée de ces militaires sénégalais qui, après avoir effectué deux ans de stage de reconnaissance du terrain en situation réelle de pèlerinage, seront beaucoup plus utiles pour cette tâche que ceux qui sont actuellement choisis sur la base d’une complaisance irrationnelle.

Ensuite les Sénégalais installés en Arabie Saoudite devraient être impliqués davantage dans la préparation du pèlerinage. Les conseils interministériels sur le pèlerinage ne peuvent pas se tenir sans leur présence. D’un point de vue pratique, on pourrait utiliser la vidéoconférence afin de pallier la distance. Il faudrait aussi multiplier les rencontres avec le Ministre Saoudien du Hadji en dehors des réunions formelles de coordination avec les autres pays et négocier fermement certains avantages. Pour cela des missions fréquentes du Sénégal en Arabie Saoudite seraient nécessaires.

Troisièmement, il faut discuter avec les pèlerins sur la pertinence de leur choix alimentaire et les modifier en conséquence. En réalité, les autorités saoudiennes auront toujours du mal à mettre à notre disposition les meilleurs hôtels dont nous rêvons, les bons emplacements pour notre confort et les meilleurs moyens logistiques si à chaque fois ces infrastructures se retrouvent dégradées en l’espace de quelques semaines. En Indonésie et en Malaisie, où les pèlerins sont les plus disciplinés au monde, les centaines de milliers de candidats reçoivent une formation avec un examen final, assorti de la délivrance d'un permis, avant d’être éligibles à effectuer le pèlerinage.

Enfin il est nécessaire de se poser des questions sur le choix porté sur la compagnie Sénégal Airlines malgré le discours servi habituellement sur la préférence nationale. Ce choix est-il le meilleur, vu les difficultés financières que traverse cette compagnie ? Dans tous les cas, il faudra règlementer les deux premiers vols du pèlerinage, car c’est toujours à ce niveau qu’apparaît le mal. En effet, les commerçants y occupent près de 60% des sièges sans compter leur lot de matériels et de marchandises.
En définitive, la Oumrah 2014 fut remplie d’émotions et d’espoir. Plut à ALLAH (SWT) que toutes nos prières soient exaucées. Amine !

Cheikh Oumar SY Djamil
Samedi 2 Aout 2014
cofsy@hotmail.com

Asfiyahi.Org
Vendredi 8 Août 2014

Cet Article a été lu plus de 1646 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par boubacar beye le 09/08/2014 07:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Machalla yalna yalla nangou leppa la ngen fa niane ci sen barke mame yi

2.Posté par fb le 09/08/2014 21:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
très beau carnet de route qui met en avant le manque de considération des autorités (pas tout a fait a tord) saoudiennes envers les subsahariens. et plus inquiétant les dérives salafis qui posent toute pratique en bida! voir quelqu'un prier les bras ballants dans le Haram relève du ..Graal! Puissions nous avoir le privilège de vivre ces moments forts.

3.Posté par Colette le 18/09/2014 17:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Doux euphémisme pour qualifier le comportement raciste des arabes. A l'intérieur de la mosquée de notre Prophète Bien Aimé (PSL) il n'est pas étonnant de voir une rangée de saoudiennes déserter les lieux juste incommodées par la présence de femmes noires.
A la Mecque et lors de la circumambulation (Tawaf) ce racisme devient bénéfique parce que facilitant la progression des pèlerins noirs qui peuvent ainsi toucher plus facilement la Kaaba et effectuer une unité de prière devant cette dernière.
L'OCI est la tribune la plus indiquée pour les dirigeants musulmans noirs de déplorer ce racisme primaire face à leurs homologues arabes en général et saoudiens en particulier

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :