Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org




Portrait : Serigne Mbaye Sy Mansour-Serigne Maodo Sy Dabakh ou l’alliance entre la vérité et la paix et la vérité


Cet Article a été lu plus de 7971 fois


Serigne Mbaye Sy Mansour et Serigne Maodo Sy Dabakh sont deux personnalités morales et religieuses de la Tidjiania qui se distinguent par la constance de leurs engagements moraux et par la conformité de leurs actes te de leurs actions aux préceptes de l’Islam dont les plus fondamentaux par la communauté musulmane sont la Vérité, la Paix et la Justice. Regard sur deux personnalités dont les âmes illuminées convergent et se confondent.



Portrait : Serigne Mbaye Sy Mansour-Serigne Maodo Sy Dabakh ou l’alliance entre la vérité et la paix et la vérité
Serigne Mbaye Sy Mansour. Un nom. Un homme. Une image : celle d’un homme de vertu dont la personnalité s’impose partout par son attachement intrépide à la vérité et au désintéressement ! Souvent à ses cotés, Serigne Maodo Sy Dabakh. Un autre nom. Un autre homme. Une autre identité : celle, aussi, d’un défenseur acharné de l’Islam et d’un militant engagé de la paix. Et entre ces deux illustres personnalités religieuses se lit l’enseignement universel de leur grand-père, Seydi Hadji Malick Sy, le Saint homme de Tivaouane, le Mystique adulé du Sahel, qui fut de tous les combats de son temps et sut être partout.

Mais, pourquoi donc, « ils se ressemblent tant en qualités humaines », s’interroge, un jour de Ramadan, un jeune membre du clergé catholique après avoir suivi discrètement leur commune conférence publique dans un quartier de Dakar. C’est parce que, répond un Imam présent sur les lieux, « ils sont de dignes héritiers de leurs pères et de leur grand-père ».

En d’autres termes, ils ne sont ni prophètes, ni messagers. Ils sont des missionnaires, autrement dit des porteurs de Bonne nouvelle, c’est-à-dire des bâtisseurs d’âme. Et naturellement, l’évidence coule de source.

Serigne Mbaye Sy Mansour fait l’unanimité autour de sa personne et sur sa personnalité. L’opinion publique a de lui l’image d’un homme de vérité et de justice. Chez lui et avec lui, la liberté n’abdique point et la vérité n’est pas une guenille à vendre. S’il était à rebaptiser, on l’appellerait indubitablement Abdoul Khaqq, le Serviteur de la Vérité, en raison de son incorruptibilité, de sa sincérité et de sa constance et si Serigne Maodo Sy Dabakh devait changer de nom, il serait simplement désigné par le nom d’Abdoul Salam, le Serviteur de la Paix tellement il ne s’identifie qu’à la Justice et à la Paix, marques identitaires de son illustre père, Seydi Abdou Aziz Sy Dabakh !

Fils aîné de Serigne Mouhamadou Mansour Sy Maodo qui est le grand-frère de Seydi Abdoul Aziz Sy Dabakh lui-même père de Serigne Maodo Sy Dabakh, Serigne Mbaye Sy Mansour se caractérise surtout par son discours direct, franc et engagé. Son père et celui de Serigne Maodo Sy Dabakh sont des frères. Mais dans la civilisation africaine comme dans la pure tradition sénégalaise, ils ne sont point des cousins. Au contraire. Ils sont d’authentiques frères comme leurs pères parce que unis par le sang et par la naissance. Ayant été tous les deux formés à l’Ecole de Tivaouane, en des périodes différentes, leurs âmes, illuminées par le souffle prophétique du Tassawouf hérités de leurs pères, s’accommodent de valeurs morales universelles qui galvanisent et portent de l’avant.

Serigne Mbaye Sy Mansour est le fils de Sokhna Aminata Seck, la fille bénie de Doudou Seck Bou El Mogdad (1867-1943), grand dignitaire de Saint Louis qui est aussi le père de Sokhna Rokhaya Seck, mère de Serigne Moctar Mbacké ibn Cheikh Balla Thioro Mbacké. Les qualités morales de Bou El Mogdad étaient la générosité et la vérité en tout. D’ailleurs, Khaly Madiakhaté Kalla à qui il assurait l’hospitalité Saint-Louis lui a même dédié d’admirables poèmes en guise de remerciements pour sa gentillesse et d’éloges pour son attachement à la vérité. Doudou Seck Bou El Mogdad était, en effet, un grand homme de générosité et de vérité. Jamais, il ne mâchait pas ses mots, même devant la puissante autorité coloniale. Il entretenait avec les grands sages du Saint-Louis colonial, Madior Goumbou Cissé, Ahmed Diop Gora et Amadou Ndiaye Mabèye que Serigne Abdou Aziz Sy Dabakh cite souvent en guise de modèle, des relations si fortes que l’administration coloniale les craignait en raison de leur cohésion, de leur liberté, de leur force locale et de leur attachement à la justice et à la vérité.

Serigne Mbaye Sy Mansour étant le petit-fils de Doudou Seck Bou El Mogdad, il n’est donc guère étonnant qu’il ait aussi, en lui, ce caractère incorruptible d’homme de Dieu, de vertu et de vérité. C’est sa naissance et on ne peut rien contre la naissance, dit Victor Hugo.

Ces grandes qualités morales de Serigne Mbaye Sy Mansour héritées de la lignée parentale se retrouvent également en Serigne Maodo Sy Dabakh dont la mère, Sokhna Tabara Gaye, est connue pour son élégance, sa grandeur morale et son esprit d’ouverture.

Sokhna Tabara Gaye tant chantée par les prestidigitateurs de la parole fut surtout une épouse modèle. Elle fut, comme Sokhna Aminata Seck, mère de Serigne Mbaye Sy Mansour, un exemple achevé de femme de foi et probité. Durant toute sa vie, elle a été pudique et inextricable dans son attachement aux valeurs socioreligieuses qui fondent la femme. Ainsi, d’elle, Serigne Maodo Sy Dabakh a hérité la courtoisie et la sincérité, dit Hadji Mansour Mbaye.

Ce n’est donc pas un hasard s’il constitue avec son frère Serigne Mbaye Sy Mansour une sorte de duo dans la promotion des valeurs morales qui forge la personnalité du bon musulman. Pour Cheikh Oumar Sy Jamil, « Serigne Mbaye Sy Mansour et Serigne Maodo Sy Dabakh sont des Universités vivantes et des silon inépuisables de grandeur morale et de vertu. Ils sont des Ambassadeurs infatigables de la Tidjiania et des promoteurs inlassables de l’éthique islamique ».

Il apparaît alors qu’une des raisons principales de leur crédibilité et du respect unanime dont ils jouissent auprès des citoyens de toute obédience est qu’à une vision égoïste et épicurienne du monde figée dans des hiérarchies sociales fondées sur le sang, l’appartenance socio-familiale et le lobby confrérique, ils substituent une vision morale et religieuse du monde et de la société, instaurant la valeur islamique et la responsabilité citoyenne.

Ils auraient pu, tous les deux, avoir des instincts aristocratiques, étant des petits fils de Sokhna Safiétou Niang, cousine du Roi Alboury Ndiaye. Ils auraient également pu s’illustrer par un esprit dirigiste en raison de l’autorité morale dont ils jouissent. Mais, tout indique qu’ils ont préféré procéder à un sacrifice du Moi individuel et des égocentriques pour atteindre et faire atteindre le suprême Soi.

Serigne Mbaye Sy Mansour et Serigne Maodo Sy Dabakh se ressemblent ainsi sur beaucoup d’aspects. A la fois courtois et francs, cultivés et très policés dans leur comportement, ils partagent les mêmes valeurs et les mêmes principes surtout dans le cadre de la gouvernance politique, de gestion de la Cité et des rapports de citoyenneté. La défense de la Foi islamique est, chez eux, intrinsèquement adjointe celle de la République, de l’unité nationale, de la paix civile et de la citoyenneté. Dans leur perspective, Dieu est tout et en même temps au- dessus de tout, à la fois immanent et transcendant. C’est pourquoi, rien ne les impressionne et ne les ébranle. Rien. Leur conception de la vie est exclusivement liée à la loi du Saint-Livre. Pour l’un comme pour l’autre Dieu est en tout et partout. Il est à la fois l’extérieur et l’intérieur. « Dieu Seul est souverain » ne cesse de dire Serigne Maodo Sy Dabakh, et « devant Lui, nul n’est fort et tous sont périssables », renchérit toujours Serigne Mbaye Sy Mansour.

La similitude de leurs qualités est frappante. Mais elle n’impressionne guère ceux qui connaissent et comprennent la très forte personnalité de leur commune grand-mère, Sokhna Safiétou Niang, deuxième épouse de Hadji Malick Sy, celle en qui l’illustre mystique de Tivaouane saluait l’exemple achevé de la dévotion et de la générosité.

Sokhna Safiétou Niang est en effet la grand-mère, et de Serigne Mbaye Sy Mansour, et de Serigne Maodo Sy Dabakh. Elle est la fille de Sokhna Arame Bonkho qui hérita de son père Biram Khoudia Tam le sens de l’honneur, le culte de la vertu, la passion de la justice et le choix de la vérité. Elle n’hésitait pas à se dépouiller de ses biens et à se dégarnir de ses matériels dans l’unique but de satisfaire l’hôte de son époux ou le voisin.

Si, dans leur action de tous les jours et dans leurs dialogues permanents avec les citoyens musulmans, ils ne cessent de se conformer aux règles coraniques et morales dans le seul but, disent-ils toujours, d’éveiller en l’homme une conscience plus haute de des multiples relations avec Dieu, avec la société et avec le reste du monde.

C’est pourquoi ils sont et restent des références qui forgent la fierté du talibé tidianes parce que n’ayant jamais alimenté la controverse en raison de leur probité morale et de leur conformité aux règles morales qui font la grandeur d’un guide religieux. Ils sont, par conséquent, des greniers impressionnants de valeurs morales.

Asfiyahi.Org
Mercredi 6 Février 2013

Cet Article a été lu plus de 7971 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par EL HADJI NDOYE le 04/02/2012 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Apres avoir lu ce temoignage comment eloquent et bien dit j°ajoute qu°il ne pouvait en etre autrement . Heureusement des religieux comme eux existent dans ce cher pays.Un President digne de ce nom devait demissionner avec tout ce qu°il entend ces jours ci. C°est dommage nous avons un President mais pas un HOMME D°ETAT . Car il n°est pas au dessus des partis encore moins des clivages de toutes sortes . Je ne vais pas aller loin mais les senegalais comprennent ce que je veux dire.

2.Posté par adama thiam le 05/02/2012 00:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article de haute facture,très riche en enseignements:ces deux Personnalités religieuses incarnent à tout point de vue des modèles à suivre la jeune génération.J'ai retenu 3 valeurs qu'ils partagent:: Constance dans la vérité,Courage dans le discours et Fidélité dans la pensée....Puisse LE TOUT PUISSANT augmenter leur longévité,fortifier leur santé...A nous de pratiquer sainement leurs recommandations qu'ils ont puisées du CORAN,et de la SOUNNA.

3.Posté par adama thiam le 05/02/2012 00:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MACHAALLAH

4.Posté par le guide le 06/02/2012 04:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui se conçoit bien s' énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément.La vérité relatée n'a pas besoin de broderie pour la rendre consommable.Chacun la sent:si on est bonne foi,on l'accepte ;si on est de mauvaise foi ,on la rejette.Malheureusement la deuxième catégorie constitue le gros de la troupe dans ce Sénégal en perte accélérée de valeurs depuis 2000.Santé et longue vie à Serigne Mbaye Sy Mansour et à Serigne Maodo Sy Dabakh.Une race en voie de disparition sous les coups de boutoir de NOTRE CORRUPTEUR NATIONAL ET INTERNATIONAL.

5.Posté par Mansour K H O U M A le 10/02/2012 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Document éclatant d'authenticité, de justesse et de vérité. Mais comme le dit l'adage, "Bon sang ne peut mentir". Lu juddoo cim tàgg, bu naawul jaaxal i bokkam.
Félicitation à l'auteur! Yal na Yàlla fey la ngën-gi-pey

6.Posté par mame maodo le 10/02/2012 20:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis fier de cette description fidèle et réelle de Mame Mbaye Sy Mansour et de Mame maodo.Ce texte est une illustration sublime du génie de Maodo Malick SY!

7.Posté par Idrissa Fall le 23/02/2012 14:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TEXTE IMPRESSIONNANT. TAMSIR NDIAYE JUPITER EST UN GENIE EN ECRITURE. IL FAUT AUSSI ETRE GENEREUX POUR ECRIRE UN TEXTE AUSSI ENVOUTANT!

8.Posté par AMADOU SAKHO le 03/04/2012 00:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui me fascine le plus chez ces deux hommes, surtout chez Serigne Mbaye Sy Mansour, c'est sa très grande connaissance de la société sénégalaise et de la Société tout court, sa très grande intelligence d'approche des maux de la société. Je retrouve aussi chez eux une très grande expertise de l'art d'enseigner par l'exemple et la communication.
Félicitation et merci Serigne Jupiter.

9.Posté par ousmane le 11/12/2012 21:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salut j voulè savoir ki è le père de mbye sy mansour

10.Posté par Hawa le 12/12/2012 12:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
d'aprés ma compréhension , le pére de sérigne Mbaye sy Mansour est Sérigne Manssour Sy dit Balkhawni le 3éme fils de Maodo Malick Sy né en 1900 et Mort le 29 mars 1957, 4 jours aprés le décé de son grand frére sérigne Ababacar Sy donc il fut le 2éme Khalif pendant 4 jours. Il est le grand frére de Sérigne Abdou Aziz Sy Dabakh et c'est ce dernier qui lui a succedé jusqu'a sa mort en 1997.
Vous me rectifiez si ce n'est pas la bonne explication SVP

11.Posté par penda le 25/01/2013 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous vous remercions de nous avoir édifié sur les liens de parentés de ces deux personnalités religieux. leur dimension intélectuels et leur rigueur de parler font d'eux des hommes admirés et écoutés par tout le monde comme le faisait leurs péres par exemple Mame Abdou. Que Dieu les assiste, santé et longue vie, machallah

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Dans la même rubrique :
Sidi Mohamed El Ghali

Sidi Mohamed El Ghali - 24/11/2009