contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Serigne Babacar SY (RTA) et El Hadji Mansour SY (RTA) : Les deux (2) faces d’une même main. 25 mars 1957 – 25 mars 2017 29 mars 1957 – 29 mars 2017


Cet Article a été lu plus de 13984 fois




Serigne Babacar SY (RTA) et El Hadji Mansour SY (RTA) : Les deux (2) faces d’une même main. 25 mars 1957 – 25 mars 2017 29 mars 1957 – 29 mars 2017
Il y a soixante ans, disparaissaient, dans la même semaine, à quatre jours d’intervalle, Serigne Babacar SY (RTA), premier Khalife de Seydil Hadji Malick SY (RTA), et El Hadji Mansour SY (RTA), son deuxième Khalife.

L’évocation de ces douloureux évènements nous offre l’opportunité d’apporter un éclairage nouveau sur la vie et les relations entre ces deux personnages charismatiques de l’histoire religieuse de notre cher pays, le Sénégal.

Le lundi 25 mars 1957, à l’aube, Serigne Babacar SY (RTA), plus connu sous le pseudonyme de « Cheikhal Khalifa », était rappelé à DIEU dans la ville de Tivaouane. Quatre jours plus tard, le vendredi 29 mars 1957, au crépuscule, El Hadji Mansour SY (RTA), surnommé « Balkhawmi », le rejoignait dans leur demeure éternelle (l’Au-delà !) auprès de leur illustre père et maître, Seydil Hadji Malick SY (RTA).

En l’espace d’une semaine, la communauté musulmane sénégalaise en général, la communauté « tijani » en particulier, venait de perdre deux de ses dignes représentants qui ont œuvré, toute leur vie durant, pour l’expansion de l’islam et de la « tijaniya » au Sénégal.

Serigne Babacar SY (RTA) est le deuxième fils de Seydil Hadji Malick SY (RTA). Il a vu le jour à Saint-Louis du Sénégal en l’an 1885.
Seize (16) ans plus tard, El Hadji Mansour SY (RTA), le troisième fils de Seydil Hadji Malick SY (RTA) vit le jour à Tivaouane en 1901 (et non en 1900), plus exactement le dimanche 28 avril 1901, coïncidant avec le 9ème jour du mois de Mouharam (Tamkharite) de l’an 1319 de l’Hégire.

Au moment du rappel à DIEU de Seydil Hadji Malick SY (RTA), Serigne Babacar SY qui lui succéda par la volonté du Seigneur (SWT), était âgé de 37 ans, et El Hadji Mansour SY, 21 ans.

Les relations entre ces deux personnages ont toujours été très cordiales. Serigne Babacar SY considérait El Hadji Mansour SY comme son « bras droit », celui qui devait le seconder dans sa nouvelle mission. Il lui avait donné le surnom d’ « Inspecteur de la Tarikha » et l’envoyait souvent en mission auprès des grands « moukhadams » de Seydil Hadji Malick SY (RTA). Il lui accordait une confiance totale, sans limite, car le connaissant mieux que quiconque.

El Hadji Mansour SY, quant à lui, considérait Cheikhal Khalifa, non comme son grand-frère, mais comme un « second père », mieux comme un « maître » dans le sens le plus large du terme.

C’est pourquoi, il n’y a jamais eu le moindre désaccord entre ces deux hommes.

Mawlana Serigne Abdoul Aziz Dabbakh (RTA) nous en donne les raisons dans son « Diwan » :
« Je tiens du Shaykh El Hadji Seydou Nourou Tall – que Dieu l’agrée! – que le Shaykh El Hadji Malick SY – que Dieu l’agrée ! – les appela un jour, lui, le futur Khalife et El Hadji Mansour SY, avant son départ pour la demeure éternelle. Il prit la main de chacun d’eux, les posa l’une sur l’autre, et leur dit : « Je vous mets en garde contre tout désaccord entre vous, et toute séparation après moi. » Ainsi il ordonna au Khalife Ababacar Sy de n’avoir aucun désaccord avec El Hadji Thierno Seydou, de même à El Hadji Mansour Sy, de leur obéir, et de reconnaître leurs droits à l’autorité. Ce dernier a toujours fait ce que notre père lui avait demandé, les autres aussi. Gloire et reconnaissance à Dieu ! »

Par ailleurs, le deuxième fils de Cheikhal Khalifa (RTA) porte le nom d’El Hadji Mansour SY (RTA), il s’agit de Serigne Mouhamadou Mansour SY « Borom Daradji » (RTA), qui a marqué son époque. Son premier fils, Serigne Moustapha SY Djamil (RTA), avait été confié à El Hadji Mansour SY pour son éducation ; c’est ce qui explique que son fils aîné Serigne Mansour SY Djamil – que DIEU lui accorde une longue vie et une bonne santé - porte le nom de son grand-oncle.
Le fils d’El Hadji Mansour SY est l’homonyme de Cheikhal Khalifa, il s’agit de Serigne Mbaye SY Mansour – que DIEU lui accorde une longue vie et une meilleure santé. Sa fille, Sokhna Fatou SY, fut la première épouse de « Borom Daradji ».
Ecoutons à nouveau Mawlana Serigne Abdou Aziz SY Dabbakh nous livrer un autre témoignage dans son « Diwan » :
« Sayyid Youssoupha Diop, l’homme de confiance de Seydil Hadji Malick Sy – que Dieu les agrée -, m’a dit :
Un jour, il était avec le Shaykh, lui versant de l’eau pour ses ablutions ; il le vit secouer la tête en marmonnant : « Non, non ! Je n’en ai pas besoin ! » Lui ayant demandé ce dont il s’agissait, il répondit : « Je voulais demander à Dieu de ne pas laisser se passer des désaccords, après moi, entre mes enfants. Mais j’ai renoncé, car ce serait incorrect vis-à-vis de Dieu, le Très-Haut. Une chose que l’Envoyé de Dieu n’avait pas obtenu, ni les seigneurs qui l’ont suivi, je ne la demanderai pas ; je laisse les choses entre les Mains de Dieu, qui décidera de ce qu’Il aura voulu.»

Il lui dit ensuite :
« Je sais en Dieu – Béni soit-Il ! -, le Très-Haut, une telle Compassion et Miséricorde, une telle Pudeur pour ses serviteurs, que s’il devait arriver quelque chose entre eux, il y aurait aussitôt après réconciliation et paix.»

Et les choses se sont déroulées comme il l’avait prévu. »

Il ne pouvait en être autrement !
El Hadji Mansour SY Malick (RTA) était prêt à aller jusqu’à l’ultime sacrifice pour l’honneur de Cheikhal Khalifa (RTA).
L’histoire de notre pays regorge d’évènements qui pourraient illustrer ces propos !

Sur un autre registre, à la suite du rappel à Dieu de Cheikhal Khalifa Ababacar SY (RTA), pour mettre fin aux supputations, El Hadji Mansour SY (RTA) « renonça » au « Khilafat » et « intronisa » son frère, El Hadji Abdoul Aziz Dabbakh (RTA), le « Rassembleur », qui « réconcilia » toute la famille de Seydil Hadji Malick SY (RTA) autour de sa personne.

Cette qualité de « Rassembleur », on la retrouve également chez son neveu et homonyme, Serigne Abdoul Aziz SY « Al Amine » - que DIEU lui accorde une longue vie et une meilleure santé afin qu’il puisse continuer à œuvrer pour la réconciliation et la paix dans la famille de son noble aïeul, Seydil Hadji Malick Sy (RTA) !

Arrêtons-nous un moment sur ce personnage hors-pair qu’est Serigne Abdoul Aziz SY « Al Amine », le tout nouveau « Khalife général des Tidianes »!

Ceux qui pensaient que Serigne Abdoul Aziz SY « Al Amine » n’était qu’un simple porte-parole de la famille SY de Tivaouane, étaient très éloignés de la vérité !

En réalité, Serigne Abdoul Aziz SY « Al Amine » a toujours été un « Khalife parmi les Khoulafas !»
Il fut ce qu’on pourrait appeler un « Khalife Harouniya !», c’est-à-dire qu’il représentait pour le Khalife général ce que Harouna fut aux côtés du prophète Moussa (Paix sur eux !).

Serigne Abdoul Aziz SY « Al Amine » a assumé cette « fonction de doublure » depuis l’avènement de son noble oncle et homonyme Mawlana Serigne Abdoul Aziz SY Dabbakh (RTA) – que disons-nous ! – depuis le « Khilafat » de son illustre père Serigne Babacar SY (RTA), sous une forme moins visible, peut-être.

S’il n’avait pas cette « baraka de Khalife », comment aurait-il pu bénéficier de la confiance renouvelée de tous les Khalifes qui se sont succédé, et réussir de fort belle manière sa mission de « représentativité » durant cette longue période (plus de 60 ans) ?
C’est d’ailleurs, cette confiance toujours renouvelée qui lui avait valu le surnom de « Al Amine ! » (l’homme de confiance).
A la suite du rappel à DIEU de Serigne Cheikh Ahmed Tidiane SY Al Maktoum (RTA), Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine devient « officiellement » le « Khalife général des Tidianes », une fonction qu’il a assumé « officieusement » des décennies durant !
L’espoir est permis !



En effet, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine « fut Khalife avant d’être Khalife !» Il est alors en « terrain connu » !
Tabaaraka Lahou ! Tabaaraka Lahou !

Prions alors ! Prions ALLAH (SWT) de lui accorder une longue vie et une meilleure santé afin qu’il puisse continuer à assurer sa mission de « Khalife Général », des années-lumière encore !

Il a hérité de son noble homonyme Mawlana Serigne Abdoul Aziz SY Dabbakh non seulement cette qualité de « Rassembleur », mais également et surtout cette autre qualité de « Médiateur social ».
Il est le « Dernier des Mohicans » !

Enfin, si Mawlana Abdoul Aziz SY Dabbakh a été le 3ème fils de Seydil Hadji Malick SY (RTA) à assumer la fonction de « Khalife Général », Serigne Abdoul Aziz SY « Al Amine » est le 3ème petit-fils du saint homme à assumer cette fonction.

En conclusion, il faut admettre que le hasard n’existe pas ! En effet, l’histoire est en train de se répéter avec l’avènement au « Khilafat » de Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine (le fils de Serigne Babacar SY), qui vient de désigner Serigne Mbaye SY (le fils d’El Mansour SY) comme son « bras droit » et porte-parole de la famille SY de Tivaouane.

Le « couple Serigne Babacar SY – El Hadji Mansour SY Malick » vient de se reconstituer ! Tabaaraka Lahou !
En définitive, il faut retenir que la famille de Seydil Hadji Malick SY (RTA) est une et indivisible ! En conséquence, il faut mettre sur un pied d’égalité au titre de la considération, tous les descendants du saint homme, qui répétait à qui voulait l’entendre que : « Malick loumou diour Malick la ! » ; ce qui signifie que tous ses descendants sont des « Malick » en puissance !

Ce qui nous permet d’affirmer qu’une visite pieuse à Tivaouane, pour être agréée, doit englober tous les mausolées : Seydil Hadji Malick SY (RTA), El Hadji Mansour SY Malick (RTA), El Hadji Habib SY (RTA), Serigne Abdoul Aziz SY Dabbakh (RTA), Cheikhal Khalifa Ababcar SY (RTA), Serigne Mansour SY Borom Daradji (RTA), Serigne Cheikh Ahmed Tidiane SY (RTA) !

L’ordre de visite n’est pas immuable ! D’aucuns même préconisent de commencer par le mausolée de Cheikhal Khalifa pour terminer par celui de Mame Maodo. Et c’est cet ordre qui est d’ailleurs recommandé par certains sages qui se fondent sur un adage peulh qui dit : « si tu veux obtenir le lait d’une vache, tu dois d’abord commencer par amadouer son petit veau !»

Cheikh Tidiane CAMARA
Colonel des Douanes (ER)

Asfiyahi.Org
Samedi 25 Mars 2017

Cet Article a été lu plus de 13984 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :