contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 24 çafar 1440 – 02 Novembre 2018 Al Birr : Le Bien dans Toutes ses Tonalités


Cet Article a été lu plus de 100 fois




A Genève, Imam Badrud-Dîn, a commencé son prêche par rendre grâce à Allah pour deux bénédictions – Soumission du corps après celle de l’âme et appartenance à la communauté du Prophète Muhammad, deux bénédictions qui appellent chacune à un impératif, celui de don et de quête du bien et voilà pourquoi Allah au tout début de la S5 Rappelle qu’il s’agit d’une entraide, une sorte d’émulation mutuelle saine par tous et pour tous vers le bien et sa finalité, soit l’entente avec Allah (Taqwà). Et pourtant alerte l’Imam, Allah nous Met aussi en garde de ne pas tricher dans cet impératif de l’entraide au bien et à la piété, car comment l’entraide marcherait si certains prétendent émettre le bien envers les autres et ne pas se l’appliquer en soi ? Allez-vous inciter les gens au bien et oublier de commencer par vous-mêmes alors que vous appliquez les recommandations du Livre (entraide), n’allez-vous pas être plus conséquents avec vous-mêmes (V44, S2) ?



Le Birr-difficilement traduisible-, dont le thème est si largement présent dans le Qur’àn revêt de multiples définitions dans toutes les formes de vertus et d’élégance. Il peut signifier une simple bienséance (V89, S2) à ne pas se présenter en cachette ou sous fausseté, mais se présenter sous sa vraie nature et sans coup fourré. Il peut aussi signifier de ne pas s’autoproclamer faiseurs de biens en ne léguant pas ce qui nous aurait été plus cher (V92, S3). Il peut signifier la sagesse du choix de mode de consultation (V9, S58) dans le constructif au lieu de saupoudrer calomnie et médisance…mais c’est surtout le V177 de la S2 qui a retenu l’attention de l’Imam. Car ce thème était aussi un sujet de prédilection des poésies Arabe dans la littérature obscurantiste. Allah Prend le contre-pied des perceptions rituelles en commençant par Dire (i) ce qu’il n’est pas pour lever toute confusion, avant de détailler (ii) ses différentes tonalités - un peu dans la formule du Tawhîd (Nafy avant Ithbàt). Et donc Allah Commence par lever la perception du bien qui risque de polluer et de peupler les esprits sans trace de vertu. Le bien n’est pas dans le simple geste physique de s’orienter vers l’Est ou l’Ouest. Cette première phrase insiste l’Imam est d’une densité incroyable, car parmi les causes de révélation de ce Verset appelé d’ailleurs le Verset du Birr, il y a l’attachement de certains croyants à interpréter la nouvelle orientation pour la çalàt comme le seul indicateur de vertu. La vertu, la bienfaisance, le bien, la soumission, l’expansion du bien, la recherche de la proximité avec Allah, l’exécution de Ses ordres, l’abandon de ses interdits, la Foi sincère, tout ceci signifie Birr et se décline en trois composantes – état d’esprit, actes et attitudes. L’état d’esprit, c’est la Foi dans toutes ses dimensions, car chacune des six piliers de la Foi implique actes et attitudes et le tout fonde la première brique de l’édifice Birr. Allah Décline les dimensions du Birr dans la deuxième partie (Ithbàt) – et la séquence est intéressante à observer.



Quiconque rate la Foi (à la suite du Tawhîd) est exclu de la course au bien, mais la Foi ne peut être évaluée que par Allah, car il y en a qui la cachent, pas dans l’esprit de fausseté précitée, mais pour la sauvegarder (V28, S40), Dans le deuxième temps du Birr, viennent les actes et là, c’est plus le social qui prime sur le divin – Donner aux autres, à toutes les couches, mais donner le plus cher, et aussi donner dans l’échelle de priorité sociale – la famille, les proches, les orphelins, les voyageurs démunis de ressources, les nécessiteux qui tendent la main, les surendettés pris dans la spirale. Seulement ensuite vient toujours dans le lot des actes la çalàt qui est un geste de connexion entre le serviteur et Allah. Voilà résumé la religion dans ses deux actes horizontal envers la société et vertical envers Dieu qui se retrouvent dans les briques de construction du Birr. Enfin les attitudes pour la finition du bâtiment – la fidélité au pacte, le premier étant le Tawhîd, mais aussi le pacte de la bienséance envers les parents, le pacte familial, le pacte professionnel, le pacte social dans toute dimension, et pour boucler l’endurance dans les situations de crise, de calamité et lorsque frappé par l’urgence…voilà ceux qui sont restés fidèles, voilà ceux qui ont atteint la Taqwà conclut le Verset.



Nawwàs Ibn Sam’àn Al Ançari avait demandé au Prophète c’est quoi le Birr ? Le prophète lui avait répondu – le Bon caractère, autrement, les trois temps du Birr décrit dans ce V177, S2 à travers la Foi (état d’esprit), la solidarité envers la société et la çalàt (actes), la fidélité au pacte et l’endurance à toute épreuve (attitude) se résume au bon caractère. Cela signifie donc que si nous somme crédités uniquement de croyant doté de Foi sans capital d’action horizontale et verticale, sans faire preuve de fidélité aux pactes, ni d’endurance à toute épreuve, nous sommes loin du compte. Aucune de ses dimension à elle toute seule ne suffit pour être couronné, même si nous y performons excellent. L’Heptathlonien a beau faire la meilleure course de sprint, s’il ne fait pas aussi bien dans le fonds, dans la longueur, la hauteur, le poids, et la perche, rien n’y fera, il ne sera pas médaillé…voilà un peu la tonalité du Birr, c’est une compétition d’Heptathlon ou il faut faire preuve de performance avérée dans chacune de ces dimensions. Et voilà pourquoi Seyyidunà Abu Bakr reste un champion du Birr (Hadith sur les portes du bien) et le Prophète un hors-catégorie (Sayyidatunà Xadijah). Dans toutes les dimensions précitées, le Modèle comme l’anti-modèle est bien identifié ou identifiable.



Il y a dans la tonalité de ce V177 une lecture analytique qui enseigne que l’aspect extérieur n’est pas la réalité des choses – se tourner vers la Qibla sans faire attention à ce que cette orientation enseigne ne sert rien, d’autant plus qu’il est bien possible dans un bâtiment à l’envers de réorienter les cœurs à l’endroit.



Et donc, tous ces zélés qui rivalisent de litanies, de formules, de formes sans soigner la forme sont rappelés à l’ordre ici – Laysa…an tuwallû…Il ne s’agit pas de forme, d’apparence, mais d’était d’esprit (pas perceptible à la surface), d’actes envers la société avant qu’il ne soit valide envers Dieu (charité avant çalàt), d’attitudes vertueuses dans la fidélité et dans l’endurance…quelle pyramide ! Seul Allah Peut prodiguer un tel enseignement de toute beauté et de tout sens ! Il s’agit aussi de ne pas mettre en conflit son apparence avec son identité profonde. La formulation du Nafy-Ithbàt dans la tonalité du Tawhîd n’est pas gratuite, elle invite à une introspection permanente, à ne pas faire les gestes religieux par mimétisme sans se les représenter pour soi, sans vibrer par l’âme (Ibn ‘Abbàs)…voilà comment le Prophète Ibrahim, un autre Modèle parfait avait annoncé à Dieu sa soumission (V162, S6) ou encore Yûsuf dans l’enceinte de la prison en construisant une Tour de Tawhîd (comme espace de liberté – V39, S12).



L’Imam ajoute que la tonalité du V indique aussi qu’avant d’entreprendre d’élargir son champ d’action, il faut d’abord se construire solide par la Foi, ensuite chercher un ancrage social (famille), avant de pouvoir contribuer à la construction de la communauté et de la Nation (principe du sauvetage). Le tout demande Foi et vertu à chaque étape, animé d’un état d’esprit positif et constructif à toutes les échelles. Le message-clé est d’harmoniser forme et fonds, qui est un des défis les plus existentiels de l’espèce humaine dans tous les domaines et à travers toutes les sociétés. Etre dans le Birr signifie donc transparence, conformité au bien, convenance, élégance, en un mot humanisme, et l’Imam de donner un exemple concret dans le soin à apporter aux rangs dans les Mosquées et selon la recommandation du Prophète comme un exemple à la fois simple et concret de rester dans le Birr…car dans la recommandation de soigner l’alignement des rangs (discipline militaire aussi), il y a surtout l’invitation d’harmoniser le fonds (concentration envers Dieu) avec la forme (rangs élégants). Cette règle fondamentale d’harmoniser fonds et forme reste le secret de performance et de réussite des champions dans le domaine du sport de haut de niveau comme dans la musique de fine audience. Un microseconde de dysmétrie se répercute immédiatement en contreperformance. Allah Enseigne donc cette dimension du Birr à l’origine et à la fin de toute performance.



L’Imam conclut par invoquer Allah de nous Inspirer suffisamment afin que nous soyons parmi celles et ceux qui mettent en œuvre toutes les dimensions du Birr – Birr d’ailleurs qui partage la racine avec le Nom d’Allah Barru, soit Celui qui Etale tout bien au-delà de toute espérance…peut-être que c’est à portée humaine d’imiter cet attribut d’Allah dans notre intention de faire vibrer toutes les tonalités du Birr.



Le 24 çafar est en fait une date qui rappelle un champion du Birr qu’était Muhammadul Hady Dème, dont je trahis sûrement la mémoire mais à dessein, lui qui ne voulait rien dans la forme, tant le fonds était débordant de pureté, pardon de birreté.



La semaine prochaine, nous serons plein dans la Lumière du mois du Prophète – Rabî’al Awwal - une occasion de faire vibrer de manière unique toutes les tonalités du Birr.



Best Zyars



Al Amin

Par Al Amine Kebe
Samedi 3 Novembre 2018

Cet Article a été lu plus de 100 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :