contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org - 1er Site de Reférence sur l'Islam et la Tidjaniyya au Sénégal
Asfiyahi.Org
PHOTOS - ZAWIYA DAKAR - Les Images du Gamou de la Zawiya El Hadj Malick Sy de Dakar présidé par Serigne Babacar Sy Mansour ZIARRA OMARIENNE 2020 - El Hadj Malick Sy et ses descendants, parrains de la 40ieme édition, du 23 au 27 Janvier 2020 à la Grande Mosquée Omarienne ZIARRA OMARIENNE 2020 - 40ieme édition de la Ziarra Thierno Saidou Nourou Tall et Thierno Mountaga Tall (rta) du 23  au 27 Janvier 2020 PHOTOS -  CRD PRÉPARATOIRE DE LA ZIARRA OMARIENNE 2020 DE DAKAR: Les assurances du Ministre de L’intérieur Aly Ngouille Ndiaye  VIDEO - Serigne Mountakha Mbacké, parrain du Gamou annuel de Diacksao; Touba et Tivaouane réitèrent les fondements d’un lien éternel. PHOTOS - Serigne Mountakha Mbacké, parrain du Gamou annuel de Diacksao: Les Images de la Visite de Serigne Sidy Ahmed Sy Dabakh à Touba LOUGA - GAMOU SEYDI DJAMIL 2020 : Samedi 18 Janvier . Le Ndiambour célèbre la face cachée de Fass  LOUGA - ZIARRA THIERNO MOUNTAGA DAHA TALL: Les 10 et 11 Janvier 2020 , Des moments pour revivifier le foyer religieux de la famille omarienne PHOTOS - COMPTE RENDU - Les Images de l'Ouverture Officielle des Journées Cheikh Ahmed Tidiane Cherif (rta), Samedi 28 Décembre 2019 DIRECT THIES - Suivez la Hadratoul Jumah organisée par Abnâ'u Hadrati Tijaniyati - Vendredi 3Janvier 2020
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Comment les Espagnols sont devenus musulmans






Comment les Espagnols sont devenus musulmans
Charles L. Tieszen a récemment publié aux éditions Brill un essai intitulé Christian Identity amid Islam in Medieval Spain. L’orientaliste spécialiste des relations interreligieuses y examine la manière dont les chrétiens arabisés d’Espagne définissaient leur identité à la lumière de l’islam. On les appelle Mozarabes, c’est-à-dire, littéralement, «arabisés» (musta‘rab).

A Léon depuis 1024, à Tolède en 1101, à Coïmbre en 1154, ce nom s’est imposé pour désigner les chrétiens latins indigènes qui, dès les premières décennies de la conquête islamique au VIIIe siècle, ont adopté la langue, la culture et les mœurs arabes. Leur acculturation rapide et profonde témoigne de la fascination exercée par la culture arabo-musulmane. Si elle ne mène pas nécessairement à la conversion, elle en constitue le plus souvent le prélude, la conversion à l'islam devenant l’expression finale de l'acculturation.

La communauté mozarabe, qui va en s’amenuisant, disparaît presque totalement au XIIe siècle. Entre-temps, une autre communauté indigène ne cessera de croître, devenant progressivement majoritaire, celle des Muwallads, convertis de souche hispanique, originellement de confession chrétienne ou juive. Ils finiront également par disparaître en tant que communauté socialement distincte, du fait de la multiplication des mariages avec les descendants des conquérants arabes ou berbères, à l’origine du melting pot islamo-andalou.

Le prestige de la culture arabe
Dès le IXe siècle, le théologien Alvare de Cordoue s’indignait du prestige exercé par la langue et la littérature arabes sur les jeunes chrétiens instruits. S’ils étaient bien en peine de seulement déchiffrer une lettre rédigée en latin, ces enfants de la bonne société cordouane pouvaient en effet citer les meilleurs poètes arabes.

S’il y voyait à raison les prémices d’une dissolution progressive de sa communauté au sein de l’islam, Alvare tenait néanmoins un discours d’arrière-garde en associant la cohésion du groupe à la défense de la langue et de la culture latines.

Dans cette société d’islam qu’était la société andalouse, la langue arabe et le modèle culturel oriental se diffusait auprès de l'ensemble des couches de la société. Dans les marges des manuscrits chrétiens de l’époque califale, les gloses sont rédigées dans un arabe qui dénote une grande maîtrise de la langue du Coran, devenue langue apostolique sous la plume de clercs cordouans fins lettrés.

Si l’on excepte les cas de conversion forcée (conversion par décret et pression politique sous les Almohades), à la fois tardifs et non représentatifs, le processus d’islamisation ressortit à un degré ou à un autre au prestige d’une langue et d’une civilisation reconnues comme supérieures ‒ la langue du Coran étant également celle de la création littéraire et du savoir, qu’il soit scientifique, philosophique ou théologique.

Les différents modèles de conversion
Trois cas de figures peuvent être distingués ici.

La conversion des élites soucieuses d’adopter les nouvelles normes à même de leur permettre de maintenir leur rang social : l’essentiel de l’aristocratie wisigothe s’est ainsi convertie à l’islam.

La conversion due à la pression de la société, à l'influence des normes culturelles de la majorité, au conformisme. C’est celle des Muwallads, parmi lesquels un nombre croissant de Mozarabes, dont c’est là le stade ultime de l’acculturation (l’assimilation pure et simple au groupe dominant).

Enfin, la conversion individuelle, qui ressortit à une conviction intime, et qui se rencontre essentiellement chez des personnes cultivées fortement acculturées. C’est le cas, par exemple, d’Isaac Abou Saïd Ibn Ezra, fils du célèbre poète et exégète juif arabe de Navarre, Abraham Ibn Ezra (1090-1125).


Seyfeddine Ben Mansour
saphirnews.com

Asfiyahi.Org
Mardi 1 Octobre 2013






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD