contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



40ieme jour du Rappel à Dieu de Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Maktoum: Un Silo inépuisable de Sagesse se retire du monde


Cet Article a été lu plus de 8369 fois




Un climat doux a réveillé, ce Jeudi 16 Mars 2017, le Sénégal après un Mercredi de canule, une touffeur de Miséricorde présageant la discrète extinction d’une sainte âme qui rallie la Lumière. Un Saint-Homme, Silo inépuisable de Sagesse, se retirait du monde pour entrer dans la vraie vie où les Cœurs et les Esprits bénis se pâment au giron d’Allah. Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy, Khalife général des Tidianes, s’est retiré ! Al Makhtom est sa qualification identitaire, un plébiscite qui fait le chœur des louanges chantées à tue-tête à l’honneur de son impénétrable ésotérisme ! Promoteur d’âme, Puits intarissable de Savoir et Monumentale personnalité religieuse, Mame Cheikh s’est séparé du monde après une longue réclusion mystique. Et le Sénégal est en deuil. La famille musulmane est attristée. La Communauté Tidiane est affligée. Les disciples relevant de l’obédience de Seydi Malick Sy pleurent.

Personne ne s’y attendait. La mort dont il a tant parlé, étant toujours prêt à l’affronter, est survenue. Cette mort avec qui il a bien pris Rendez-vous s’est présentée à son chevet, à une heure d’Absolution, à 10 jours de la commémoration du rappel à Dieu de son Illustre Père Seydi Khalifa Ababacar Sy survenu un 25 Mars 1957. Mois de Mars !

Bienheureuse coïncidence, jureraient les exégètes de l’indiscernable transcendance. Glorieuse concordance qui garantit que le pacte qui le liait à Mame Khalifa a donc été honoré par ce Saint-Homme d’une unique exemplarité qui abandonne le monde.


L’exemplarité d’une mystique réclusion

​ Bien avant son accès au Khalifat le 09 Décembre 2012, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane s’est claquemuré dans un isolement ésotérique, mystique et énigmatique qui fit de lui un Guide d’exception. Sa vie a été un permanent mouvement vers le Divin, de l’Extérieur vers l’Intérieur. Il distinguait, en virtuose du Juste, le Réel de l’Irréel.

Rien pour lui ne saurait être réel qui ne soit divin. Il avait l’ingéniosité d’interrompre mystiquement son rythme vital par des retraits de sacrifice du Moi qui lui permettait d’atteindre un Suprême Soi.

Il ne possédait rien et n’était possédé par rien si ce n’est Allah, aurait dit Aboul Hassan Al-Nuri, parce que dans sa perspective d’Homme de Foi, Allah est Tout, au-dessus de tous et de tout, à la fois immanent et transcendant. La vie humaine et la nature ont toujours été pour lui une théophanie qui témoigne de l’Unicité d’Allah. L’élégance de son propos, le cachet original de son débit vocal, le charisme envoûtant de son regard pénétrant et de son faciès illuminé furent une grâce divine. Tout, en lui, reflétait l’Eternel dans le Devenir.

Son charme atavique et son incommensurable érudition furent une expression de la transcendance radicale d’Allah. Son art de vie est une géométrie cultuelle qui mène à la mosquée qui, à son tour, mène à la prière. Aujourd’hui après avoir accompli si merveilleusement sa mission il a rejoint le Firmament de la Divinité, Lumière des Cieux et de la Terre, laissant une communauté orpheline et attristée qui reçoit de son retrait définitif l’alchimie d’un message divin.

L’alchimie d’un message divin

​Pendant des années, Al Makhtom a nourri les cœurs, éclairé les âmes et ensoleillé les esprits de raison, d’entendement et de savoir avec une unique prodigalité instructive. La fécondité de sa sagesse est innée. Il a suivi en virtuose la recommandation du Prophète (PSL) en cherchant le savoir d’Est en Ouest, du Nord au Sud. D’une intellection impressionnante, à l’aise sur toutes les éruditions islamiques, en confort avec toutes les idéologies de l’histoire et en commodité avec toutes les humanités académiques, Serigne Cheikh Al Makhtom fut un Saint- homme d’ouverture, de tolérance, d altruisme, de dialogue, de concorde et de vérité.

​Pionnier et maître du dialogue des civilisations, son chemin de vie fut une voie royale de fécondation réciproque et d’enrichissement mutuel. Son épopée est l’alchimie d’un message divin qui renvoie à un enseignement coranique qu’il se délectait d’évoquer pour une unité nationale consolidée et un affermissement de l’unicité du genre humain. « Cherchez à vous surpasser les uns les autres dans les bonnes actions. Votre retour, à tous, se fera vers Dieu. Il vous éclairera, alors, au sujet de vos divergences. » (Sourate V, verset 48).

Réformateur, diplomate, conciliateur, patriote et avocat de causes justes, il savait mener les grands combats qui aboutissent à des victoires. Et la vue du drapeau blanc de l’imposteur attise son esprit de pardon et dépassement au nom de patriotisme que l’Islam élève au rang de Foi.

Sa vie terrestre s’est terminée en apothéose. 92 ans de vie, de sacerdoce, d’apostolat mystique et d’instructions salvatrice au moyen d’un permanent enseignement gracieusement prodigué pour éveillait en chacun une conscience plus haute de ses relation avec Allah, avec la personne humaine et avec l’univers.

Asfiyahi.Org
Lundi 24 Avril 2017

Cet Article a été lu plus de 8369 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :