contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org - 1er Site de Reférence sur l'Islam et la Tidjaniyya au Sénégal
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



« Il y a soixante-et-un an, un mois de mars de triste mémoire pour notre communauté » Seydi Abûbakrin SY ou L’éloge de la rigueur (1885-25 mars 1957)






« Il y a soixante-et-un an, un mois de mars de triste mémoire pour notre communauté » Seydi Abûbakrin SY ou  L’éloge de la rigueur (1885-25 mars 1957)
« Minal mû’minîna rijâlun sadaqû mâ ‘ahadû lâha alayhî faminhum man qadâ nahbahu wa minhum man yantazir wa mâ baddalû tabdîla… liyajziya lâhu-s-sâdiqîna bi sidqihim wa yu’azzibal munâfiqîna in châ’a aw yatûba alayhim inna-l-lâha kâna ghafûran rahîman / Il est, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allah. Certains d’entre eux ont atteint leur fin, et d’autres attendent encore; et ils n’ont varié aucunement (dans leur engagement)… afin qu’Allah récompense les véridiques pour leur sincérité, et châtie, s’Il veut, les hypocrites, ou accepte leur repentir. Car Allah est Pardonneur et Miséricordieux » Sourate al ahzâb, versets 23-24)
Il y a une soixantaine d’années déjà, le Seigneur rappelait à Sa Miséricorde, coup sur coup, deux héritiers du Patriarche / Maodo : Cheikhal khalifa Abûbakrin SY et El Hadji Muhammadul Mansûr SY balqawmi … Comme ceux auxquels fait allusion ces versets de la sourate Al azhab que nous avons cités en épigraphe, ils ont été fidèles au dépôt en eux placés par Allah (swt) et n’ont pas édulcoré leur héritage… Leurs vies n’ont pas été vaines, au contraire, elles ont été et demeurent pleines d’enseignements.
1-Seydi Abûbakrin SY ou L’éloge de la rigueur (1885-25 mars 1957) : Quelle que soit la position sociale que l’on occupe, on a bien des leçons à tirer de la vie de Cheikhal khalifa car il a été une personnalité multidimensionnelle. Que n’a-t-on déjà dit sur lui pour que quelqu’un puisse prétendre, comme qui dirait, réinventer la roue, en évoquant son parcours de vie ? Il était, en tout cas, un modèle de guide religieux, d’érudition, d’ouverture d’esprit, d’élégance et de bon goût, en bon « doomi ndar ». Un homme d’un charisme hors du commun et d’une sapience rare mais surtout d’un sérieux et d’une rigueur implacable. De toutes ces vertus incarnées, nous pourrions choisir d’en donner comme viatiques, en ces temps de relâchement et d’insouciance, sa rigueur et son sérieux. Voilà deux qualités aux implications si nombreuses que l’on pourrait les considérer comme la base de toutes les autres : elles sont transversales. Qu’il s’agisse de nos rapports avec nos semblables comme avec le Seigneur, c’est le sérieux et la rigueur qui sont le prix de la reconnaissance. Etre rigoureux dans sa servitude envers le Seigneur nous éloigne forcément de l’insouciance (al ghafla) dans nos obligations canoniques (farâ’id) et nous installe irrémédiablement dans la rectitude (al istiqâma). Cheikhal Khalifa étaient de ceux-là qui avaient réussi à se les imposer, au point que la rigueur et le sérieux étaient dans leur nature. Il ne pouvait donc en être qu’ainsi dans leur commerce social. Serigne Abdoul Aziz al amin- qu’Allah l’assiste davantage et lui accorde une vie plusieurs fois centenaire, dans une santé parfaite- rappelle souvent le respect scrupuleux que ce calife de Cheikh Ahmed tijânî avait de la parole donnée et de l’exactitude au rendez-vous. Cet échantillon de vertus pourrait suffire pour tout individu qui chercherait à gravir les uns après les autres, les paliers qui mènent à la perfection. Aujourd’hui, soixante après, il reste présent dans le cœur et la conscience de tous ceux qui l’avaient connu et reconnu comme maître, l’un d’eux, notre calife Cheikh Ahmed Tidiane SY ayant écrit : « Abûna Abû bakrin, wa in kâna fil qabrî radinâ bihî cheikhan ilâ âkhiri dahri/ Notre père Abûbakr bien qu’étant dans la tombe, nous le reconnaissons comme maître jusqu’à la fin des temps ». Bien plus nombreux encore sont ceux qui, ne l’ayant pas connu, ne jurent que par lui : une rançon à la fidélité sans faille aux engagements envers le Seigneur ! (à suivre)
Issa FAYE
P.S : C’est sans doute au moment où je concluais ce court texte par cette citation du premeir vers de cet hommage qu’il a consacré au cheikhoul akbar que notre calife tirait sa révérence. On était mercredi 15 mars 2017 entre 18 heures et 19 heures…

Asfiyahi.Org
Dimanche 25 Mars 2018






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :