contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 13 Mars 2015 Femmes et Hommes de Science : Les Vraies Stars de la Communauté


Cet Article a été lu plus de 219 fois




Les étoiles sont connues pour leur brillance au milieu des ténèbres de la nuit, et elles servent pourtant de guidance pour tant de choses (V16, S16) – direction, recherche, spiritualité, astrophysique et science, environnement et météorologie, méditation -, mais seules quelques-unes parmi ces milliards d’étoiles qui brillent au ciel sont vraiment remarquables? Il en est de même des vraies étoiles parmi ce que le langage populaire a volé pour désigner des pseudo-stars de toute sorte (showbiz, sports, politique), la majorité ne brillent que par façade et s’éteignent vite. Les étoiles remarquables sont surtout scintillantes, fascinantes, énigmatiques de par leur inaccessibilité, mais si généreuses de par la guidance qu’elles procurent sur terre, dans l’espace comme en mer (V3, S86), par l’étendue de leur utilité insoupçonnée dans les prairies Australienne ou les savanes du Sahel comme aux antipodes dans les hautes mers de l’Alaska...Les vrais stars de la communauté, ce sont ces femmes et hommes de science, qui dans l’ombre et dans le secret de leur talent et connaissance servent la cause humaine dans tout domaine. Et le premier d’entre eux est cette bénédiction scintillante, don d’Allah qui a enterré l’obscurantisme pour éduquer, enseigner, guider, purifier (V164, S3) et par-dessus tout connecte là-haut, à la sagesse divine. Il s’agit du prophète Muhammad, Professeur de mode de vie (Ustazul Hayàt) !



Imam Sudaïs dans un style très recherché comme à son habitude a prêché aujourd’hui à Makkah sur l’importance de la communauté Scientifique dont le premier privilège est d’avoir le Prophète Muhammad S’AwS comme Guide. De Science, il n y a point d’inutile, ni de profane. D’usage, il y en a de toute sorte, utile comme dommageable, prometteuse comme désespérante. Le Prophète en fin Scientifique avait dit ‘ilmu kulli chay-in’ afdalu min jeuhlihy – Pour toute chose, sa connaissance est préférable à son ignorance’. Il n y a donc pas d’obstacle à la recherche de la connaissance, recherche que le Prophète avait décrétée comme une obligation pour l’espèce humaine (Hadith) au même titre que les actes d’adoration. Et dans l’échelle de la connaissance, l’ingrédient le plus recherché est la Foi en Dieu, l’acceptation que toutes les sources de la connaissance et les objets de recherche proviennent tous de notre Seigneur (Kullun min ‘indi Rabbinà). Allah ne distingue pas parmi les champs de la connaissance une échelle d’excellence, puisque l’excellence humaine est cotée déjà au baromètre de la piété (Taqwà), et donc toute entreprise scientifique doit reposer sur cette hypothèse fondamentale de la piété et l’agissement pour le bien-être collectif, pour la face de Dieu (V9, S76). Mais il a Indiqué au prophète que ce n’est pas un privilège limité à la Révélation Qur’ânique. De la même manière que je t’ai inspiré cette onde émanant de Nous, alors que tu n’étais doté ni de connaissance ni de Foi, de cette même manière nous avons érigé cette science en une lumière de guidance par laquelle nous inspirons qui nous voulons parmi nos serviteurs. A toi revient le privilège de l’enracinement dans la droiture (V52, S42).



Voilà donc le champ de la Science qu’Allah Indique largement ouvert. C’est de cette même inspiration qu’Il insuffle qui Il Veut parmi les serviteurs - que Newton a trouvé la gravitation, énorme découverte pour l’humanité, Einstein la Relativité, encore plus énorme, Pasteur les vaccins contre de maladies mortelles, encore plus ! Dans tous les domaines, Allah Inspire donc qui Il Veut pour que la lumière de la Science brille en permanence dans des découvertes aussi fascinantes les unes que les autres, GPS, Smart gadget, touch screen, et d’autres à venir, tout provenant de lui…



Imam Sudaïs poursuit dans les arguments du Qur’ân - Allah Elève les croyants sur une échelle supérieure, quant à ceux qui recherchent la Science, ils sont encore supérieurs (V11, S58) Dit-il clairement. Il y donc une motivation de Dieu à ne pas se contenter en tant que croyant du titre de Foi en Dieu, mais de chercher encore plus noble, plus honorable, plus prestigieux, soit dans la recherche constante de la Science. Et puisque dont toute science est utile, utilité qui ne cache pas l’usage qu’on en fait selon les circonstances, les motivations et les décideurs, même les sciences déviantes doivent faire l’objet d’études. Imam Ghazzàly avait justifié certaines de ses compagnies par l’acquisition de capacités à distinguer la bonne de l’ivraie, alors que Oppenheimer avait regretté avoir travaillé sur l’énergie atomique après l’explosion des toutes premières bombes destructrices d’Hiroshima en 1945. Il aura tout de même nuancé son regret plus tard avec l’usage du nucléaire, qui a permis à des milliards d’humains de sortir de la pauvreté et d’émerger vers le développement humain. La question n’est donc pas seulement l’objet de science, mais l’usage qu’on en fait, car n’en doutons point, on peut être perverti par la science (V23, S45) et perdre toute rationalité.



Imam Sudaïs a ensuite attiré l’attention sur le devoir non seulement de rechercher la science, mais de la porter, de l’entretenir, de la fructifier, car dit-il Allah a investi les cibles de la révélation qui ont reçu un message prophétique de ne pas cacher ce message et sa portée scientifique, mais plutôt de l’entretenir et de l‘étudier (V187, S3). Ceux qui se détournent de ce pacte, qui auront corrompu le message ou l’auront falsifié pour un vil prix en seront perdus (fin verset). Le prophète a même dit dans un Hadith que celui qui ne fait pas l’effort de rechercher une réponse à un sujet scientifique entretient l’ignorance, or les ignorants sont les contre-modèles dans toutes les dimensions de l’adoration (V33, S33). D’où sa recommandation de ne jamais lâcher l’effort de recherche de la connaissance, qui dit-il commence dès le berceau et ne s’arrête qu’au dernier souffle de vie !

Et Allah Avertit encore ceux-là qui après son Enseignement par la révélation tentent de dissimuler la science qu’elle contient, ainsi que la guidance qu’elle indique (V159, S2) de se préparer à être la cible de sa colère et de celle de la communauté.



La Science est la vraie nourriture de l’esprit humain a-t-il dit car elle refoule l’obscurantisme, permet de distinguer la vérité de la perception, procure guidance et anticipe l’ignorance. Les crises modernes a-t-il fait remarquer partent de la confusion entre science comme nourriture de l’esprit et astuce comme appât de la passion. L’héritage des prophètes ajoute-t-il est dans la recherche permanente de la science, voilà pourquoi précise-t-il les détenteurs de la science ne prétendent jamais être autres que des privilégiés de la lumière de la Foi divine (V7, S3). Les femmes et hommes de science, qui héritent de ces valeurs ne vont jamais chercher le moindre titre, ni la moindre médaille, ni quelque distinction, ou même une notoriété sociale. Ils tirent leur satisfaction d’être connecté à la source divine de la connaissance et savourent discrètement l’utilité que procure leur trouvaille ou leur découverte et rendent grâce à Dieu d’avoir contribué au bien–être des autres.



Aux jeunes, Imam Sudaïs recommande surtout de (i) prendre d’assaut les chemins de la connaissance et non de l’astuce, (ii) de reconnaître le statut privilégié et honoré par Dieu des Savants de leur époque et ne pas se rebeller contre eux par le fait qu’ils leur rappellent les garde-fous, (iii) de faire dans l’humilité et la patience, les meilleurs compagnons sur le chemin du Savoir, et (iv) d’éviter les sinusoïdes futiles (qawla-Zûr) dans la communication surtout sms et chat, l’action, la compagnie, les relations sociales…

Sommes-nous sur ce chemin permanent de la recherche de la connaissance ? Si oui, tous les soirs, nous devrions pouvoir nous réjouir d’avoir appris du nouveau – par quelque moyen que ce soit, mais ne jamais aller au lit sans s’enrichir de connaissance et d sagesse…



Enfin dans l’esprit rétrospectif du 08 Mars, rappelons que Seyyidatunà ‘Aisha était titulaire de Chaire à la prestigieuse université de Médine, du vivant du prophète, chaire qu’elle a remarquablement entretenue durant les magistères de son père comme Khalif et de Seyyidunà ‘Umar comme Amir..et par la suite.

Elle était un brillantissime Homme de Science!



Best Zyars

Al Amin

Asfiyahi.Org
Lundi 16 Mars 2015

Cet Article a été lu plus de 219 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :