contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org - 1er Site de Reférence sur l'Islam et la Tidjaniyya au Sénégal
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



« Do niom Douniou Yow, » Par Serigne Cheikh Oumar SY Djamil







Do niom Douniou Yow, c’est par ces mots que Mor Samb (talentueux chanteur de la Hadara de Seydi Djamil), exécutait ce matin, l’hymne à l’honneur du Prophète Mouhamed SAW (« mad’h »). Emporté par cette mélancolique polyphonie, propagée par les enceintes de la voiture, je ne pouvais retenir mes larmes tout au long de mon trajet sur la corniche.

J’avais juste une seule envie : m’asseoir avec le Prophète Mouhamad SAW en personne et m’assurer avec lui, qu’il était tout à fait au courant de ce riche héritage légué par Seydil Hadji Malick Sy (RTA) aux millions de Sénégalais assoiffés d’amour et d’affection pour le Fils d‘Abdallah SAW qu'il est. Dans un monde engagé sur un interminable exercice de quête de sens, c’est très apaisant de se savoir entouré d’un patrimoine aussi varié qui est à la fois médité, commenté, fredonné, chanté à la télévision comme sur nos smartphones. Le confinement a eu le mérite de révéler à travers le continent, cette mine d’or que constitue le legs de « Borom Ndiarndé ».

Au moment où la distanciation semble s’imposer en règle dans nos rapports à autrui, j’ai paradoxalement eu le sentiment d’entamer un dialogue avec le Prophète sous la forme d’un chuchotement à ses fines oreilles « sculptées dans la vigilance » d’après la description qu’en a faite Mame Maodo. Un monologue pour être précis. Plaider pour la cause de Mame Maodo RTA et partager avec Seydouna Mouhamad (SAW) nos émotions ressenties à l’écoute de Nouniya, Abadabourookh ou Khilaassou Zahab. Onze différents airs musicaux ont été recensés rien que pour la chanson du Khilaass. Sans compter ceux de la nouvelle génération de nabiens qui s’essaye à la symphonie arabo-musulmane.

Cette créativité n’a rien à envier aux plus grands opéras dont les droits peuvent se chiffrer à des millions d’Euro. Pourtant, « Ndiol Fama », dokhé wouko, wakhé wouko. Il est resté très humble. Sa rencontre avec Allah SWT et le Prophète SAW, il en fait une supplication qu’il ne compte obtenir que grâce à l’amour intense qu’il voue à ce dernier :
« Je n’ai aucun acte qui pourra me permettre de te rencontrer, Ô Mon Espoir,Si ce n’est mon amour, mon hommage ainsi que ma confiance envers le Prophète »

« Ndiol Maka Ya Léne Gueun » procure une grande satisfaction devant toute tentative de désacralisation de la figure du Prophète Mouhamad SAW. La quintessence de cette figure est déjà incrustée dans nos cœurs et coule dans nos vaines grâce à la célébration du Maouloud tout au long de l’année : «Wa a’amoune soumma Chahroune Soumma Yawmoune, Ataa fihil houdaa Qharnoule Qhourouni».

« Sourouroune fi sourourine fi sourourine ;Wa iidoune douna ahyaadil ouyouni » « Ce fut la joie ! Et la joie succèda à la joie ! Ce fut la grande joie. Et cette fête était différente de toutes les autres fêtes traditionnelles ! »

« Wa maw lidouhou, bihi charafoune wa hiroune ; Fafi tahziimi indiakhoune choudiouni !» « Cette Naissance, de la plus haute noblesse, renferme un viatique immense. Célébrer l’événement, c’est s’assurer une victoire sur tous les chagrins ! »,

Diarama Seydil Hadji Malick SY RTA. Respect !!!

Cheikh Oumar SY Djamil

Asfiyahi.Org
Vendredi 30 Octobre 2020






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :