Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org




1ERE Partie DOSSIER SPECIAL MAZHABOU MALIKIYYA : Qui était l'IMAM MALICK IBN ANAS rta ?


Cet Article a été lu plus de 4079 fois


Apprendre et Comprendre la Mazhabou Mâlikiyya ou l'école de l'Imam Malick ibn Anas L'école malékite l'une des quatre écoles juridiques [1] les plus répandues dans le monde musulman est un devoir pour tout adepte de la Confrérie comme nous le rapelle le vénéré Seydi Elhadj Malick Sy dans l'introduction de la Fâkihatou Toullâb : " Voici ce qu’a dit l’humble serviteur de Sîn qui espère le pardon du Protecteur-refuge.
Le maghrébin, le mâlikite et l’Ash’arite, l’homonyme de l’Imam Mâlik, lui aussi Ash’arite.

Ainsi nous vous proposerons à travers trois dossiers de vous faire revivre les différentes étapes de sa noble vie au service de l'Islam et du Prophète Mouhammad Psl.



Partie 1 : L'Epoque de l'Imâm Mâlik

Mosquée de Médine, l'endroit où se tenait juste le Calife `Umar Ibn Al-Khattâb que l'Imam Malick enseignait, là oû s'asseyait le Prophéte Psl
Mosquée de Médine, l'endroit où se tenait juste le Calife `Umar Ibn Al-Khattâb que l'Imam Malick enseignait, là oû s'asseyait le Prophéte Psl
L'école malékite est l'une des quatre écoles juridiques [1] les plus répandues dans le monde musulman depuis le deuxième et le troisième siècle hégirien.
Cette école, ou mazhab, doit son nom à l'illustre savant, le grand juriste, l'Imâm de Médine, Mâlik Ibn Anas, que Dieu l'agrée. Celui-ci occupa une place saillante parmi les juristes musulmans, excella dans la ville qui reçut la science et la bénédiction du Prophète, et porta le flambeau des sept célèbres juristes médinois : Abû Bakr Ibn `Abd Ar-Rahmân Ibn Al-Hârith Ibn Hishâm, Qâsim Ibn Muhammad Ibn Abî Bakr As-Siddîq, `Urwah Ibn Az-Zubayr Ibn Al-`Awwâm, Sa`îd Ibn Al-Musayyab, Sulaymân Ibn Yasâr, Khârijah Ibn Zayd et `Ubayd Allâh Ibn `Abd Allâh Ibn `Utbah Ibn Mas`ûd.


L'Imâm Mâlik naquit à la fin du premier siècle de l'hégire et son âme retourna à Dieu environ vingt ans avant la fin du deuxième siècle. La première moitié de sa vie s'écoula sous le Califat des Omeyyades, alors que la seconde témoigna des premiers épisodes du Califat abbasside.

Il vécut ainsi à une période mouvementée de l'Histoire islamique où émergèrent de nombreux courants de pensée religieux et politiques. Sous les Omeyyades, le Califat islamique bien-guidé fut transformé en un système monarchique. Cela généra discordes, conflits et instabilité, d'autant plus que le nouveau système instauré fut teinté d'un "nationalisme arabe". Dans ce contexte, les non-arabes subirent des injustices et les descendants du noble Prophète - paix et bénédiction de Dieu sur lui - connurent de dures épreuves sanglantes et de regrettables oppressions.

En 132 A.H., après avoir démantelé les structures du pouvoir omeyyade, le Califat des Abbassides vit le jour. Le conflit s'attisa alors entre les Abbassides et les Alawites, malgré les liens de parenté qui les liaient... Comme pour réagir au nationalisme arabe qui avait émergé sous les Omeyyades, divers nationalismes non-arabes se développèrent sous les Abbassides. C'est alors que les courants de pensée se multiplièrent, divers groupes religieux montèrent sur scène et l'ouverture sur la philosophie grecque, les pensées persanes ou indiennes s'élargit par le biais de diverses traductions.

Les frontières du monde islamique s'étaient largement étendues à cette époque, la vie matérielle voyait son cercle s'étendre et la nécessité d'apporter des réponses religieuses à des questions originales se faisait croissante, compte tenu de la diversité des peuples ayant embrassé l'islam.

Les opinions juridiques se multiplièrent et deux principales écoles ou méthodologies se dégagèrent.

La première méthodologie, celle des Gens du Hadîth, prônait l'application stricte et rigoureuse du Coran et de la Sunnah, mettant l'accent sur la lettre et la narration. Cette École eut de nombreux adeptes et trouva une terre fertile dans le Hijâz en général, et à Médine en particulier. En effet, cette méthodologie était en harmonie avec la vie à Médine, la ville du Prophète : une ville fortement attachée aux enseignements du Prophète et ayant préservé sa simplicité et son climat sain. Médine se dressa longtemps comme un rempart devant les idéologies sociales et politiques étrangères issues des nombreuses conquêtes islamiques et du contact avec de nouveaux peuples et de nouvelles cultures.

La deuxième méthodologie, l'École de l'Opinion, plus interprétative que la précédente, prônait également l'attachement, le respect et l'application du Coran et de la Sunnah, mais mettait davantage l'accent sur le rôle de l'intellect dans l'appréhension et l'interprétation des énoncés ainsi que dans la déduction des jugements légaux selon les règles de cette discipline. Cette école s'était fortement répandue en Irak qui était, à cette époque, le foyer scientifique musulman le plus actif. L'Irak était fort d'une histoire scientifique riche ; le recours à la recherche et à l'analyse rationnelle était devenu familier dans l'environnement irakien, confronté à diverses cultures, notamment la culture persane où foisonnaient les idéologies et les philosophies.

L'Imâm Mâlik naquit et vécut à Médine. Il fut ainsi influencé par la vie et l'esprit de cette honorable ville. Il naquit à l'époque de l'Omeyyade Al-Walîd Ibn `Abd Al-Malik et retourna à Dieu sous le règne de l'Abbasside Hârûn Ar-Rashîd. Ainsi fut-il témoin du Califat omeyyade et du Califat abbasside et des luttes qui les opposèrent. Il fut également témoin des luttes entre les Abbassides et les Alawites, du mouvement des Khârijites, et des polémiques ayant opposé les Sunnites aux Shî`ites.


Généalogie et naissance de l'Imâm Mâlik

Il s'agit de l'un des quatre pôles de la jurisprudence islamique, Mâlik Ibn Anas Ibn Mâlik Ibn Abî `Âmir Ibn `Amr Ibn Ghaymân Ibn Khathîl Ibn `Amr Ibn Al-Hârith.

Son arrière grand-père, Abû `Âmir Ibn `Amr, fut un Compagnon du Messager de Dieu - paix et bénédiction de Dieu sur lui. Il participa à toutes les batailles du temps du Messager de Dieu, exception faite de la grande bataille de Badr.

Son grand-père, Mâlik Ibn Abî `Âmir, fut un grand Successeur qui rapporta des hadiths sur l'autorité du Commandeur des Croyants `Umar Ibn Al-Khattâb, de Talhah, de la Mère des Croyants `Â'ishah, de Abû Hurayrah et de Hassân Ibn Thâbit, que Dieu les agrée tous. Il fut l'un des quatre hommes ayant porté le Commandeur des Croyants `Uthmân Ibn `Affân, que Dieu l'agrée, à sa tombe. Il fut l'un des scribes qui inscrivirent le Coran lorsque `Uthmân réunit les codex du Coran. On rapporte en outre que le « Cinquième Calife bien-guidé », `Umar Ibn Abd Al-`Azîz, lui demandait conseil.

Quant au père de Mâlik, Anas, l'histoire ne nous apprend que peu de choses sur lui. Nous savons toutefois qu'il vécut à Dhû Al-Marwah, une oasis dans le désert au nord de Médine, et qu'il gagnait sa vie en fabriquant des arcs. Selon l'opinion la plus solide, sa mère s'appelait Al-Ghâliyah Bint Shurayk Al-Azdiyyah.

L'Imâm Mâlik naquit en 93 A.H., à Dhû Al-Marwah. Il vécut ensuite à Al-`Aqîq, une vallée dans les alentours de Médine, puis s'installa à Médine, la ville où repose le Messager bien-aimé - paix et bénédictions de Dieu sur lui.


Enfance et apprentissage des sciences islamiques

Dans son enfance, l'Imâm Mâlik mémorisa le Noble Coran, puis apprit les hadiths prophétiques et les verdicts religieux (fatâwâ) des Compagnons. Il étudia la jurisprudence de l'Ecole de l'Opinion et s'initia à la réfutation des courants déviants. Il se montra brillant dans l'acquisition des sciences islamiques et se distingua par son excellente mémoire.

Sa mère lui recommanda dans son enfance de se faire le disciple du Successeur, le Hâfidh Abû `Uthmân Rabî`ah Ibn Abî `Abd Ar-Rahmân Al-Qurashî, pour puiser dans son savoir. Rabî`ah, que Dieu l'agrée, était surnommé "Rabî`at Ar-Ra'y" pour sa rigueur et son intelligence dans l'interprétation et le raisonnement par analogie. Les savants sont unanimes quant à son éminence en matière de science et de jurisprudence. Yahyâ Ibn Sa`îd dit de lui : "Je n'ai vu plus sensé que Rabî`ah." Le jeune Mâlik apprit la jurisprudence interprétative de l'Ecole de l'Opinion auprès de Rabî`ah et, plus tard, lorsque Rabî`ah décéda, Mâlik prononça ces mots nostalgiques : "La saveur de la jurisprudence disparut depuis la mort de Rabî`ah."

L'étape suivante de l'apprentissage de l'Imâm Mâlik fut marquée par son initiation auprès d'un grand nombre de Sheikhs. Selon l'Imâm An-Nawawî, il eut 900 maîtres dont 300 Successeurs, les autres étant des Successeurs de Successeurs. L'Imâm `Abd Ar-Rahmân Ibn Hurmuz Al-A`raj figurait parmi ses maîtres les plus distingués. Mais parmi ses Sheikhs, nous pouvons également citer Nâfi`, le noble Successeur affranchi de `Abd Allâh Ibn `Umar, le grand Imâm Ja`far Ibn Muhammad Al-Bâqir, le juriste et savant-mémorisateur Yahyâ Ibn Sa`îd Al-Ansârî le Juge de Médine, et le prédicateur aux exhortations vibrantes, Salamah Ibn Dînâr Abû Hâzim As-sûfi.

A suivre dans la seconde partie : Vie et Enseignements de l'Imam Mâlick .

La Rédaction

Asfiyahi.Org
Jeudi 24 Mai 2012

Cet Article a été lu plus de 4079 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par Bintu le 07/02/2010 10:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter