Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org




"Soufisme et Charia" ou l'éclairage de Malal Ndiaye sur le débat entre l'islam ésotérique et exotérique


Cet Article a été lu plus de 7672 fois


Dakar — "Soufisme et charia - L'esprit de la lettre", tel est le titre du livre que vient de publier Malal Ndiaye qui dans ce septième ouvrage rédigé avec beaucoup de perspicacité et de maîtrise que lui confère son double titre de journaliste et de "mouquadam", fait le point sur "le débat multiséculaire" entre les tenants de l'islam exotérique, incarné par les wahabistes, et ésotérique, revendiqué par les soufis.



"Soufisme et Charia" ou l'éclairage de Malal Ndiaye sur le débat entre l'islam ésotérique et exotérique
Dans l'ouvrage paru aux éditions "Afrique challenge" et dont la séance de dédicace aura lieu samedi à 10h à la Grande mosquée du Point E, Malal Ndiaye s'attache d'emblée à circonscrire les différentes étapes du "débat" entre ceux appliquant rigoureusement jusque quelques fois à la caricature la religion révélée par Mouhammad (PSL) et ceux faisant intervenir l'esprit pour mieux comprendre et pratiquer cette dernière.

"Exclusivement intellectuel" à ses débuts comme l'illustre la passe d'armes à fleurets mouchetés qui eut lieu à la mosquée d'Al Azhar du Caire entre le grand maître soufi Ibn 'Ata Allah Al Iskadari et le savant hanbalite Ibn Taymiyya, le "débat" se mua par la suite en un combat, puis en "confrontation et anathèmes", écrit M. Ndiaye.

Il relève à ce propos que le littéralistes dans leur chasse aux intérioristes en arrivèrent même à traiter "de polythéistes" les chanteurs de louanges du prophète (PSL) tel que Mouhamad Al Boussayri, l'auteur de "Al Burda" (le Manteau) que nous connaissons bien au Sénégal.

Entre autres explications de cette évolution du "débat" devenu quelque part "émotionnel", le "muquadam" indexe "l'irruption de l'argent, les pétrodollars de ceux qui se sont autoproclamés défenseurs de "l'orthodoxie" sunnite".

"Enturbannés dans leurs dogmatiques convictions, rivés à "leur Islam" plombé et hermétique, les littéralistes sont plus portés à défendre leur foi qu'à la vivre (...)", écrit Malal Ndiaye pour qui cette position des Ahlou sharia (littéralistes purs et durs) incarnée par la doctrine wahhabite "néo-hanbalite" s'imposa par la force "avant d'être savamment entretenue et arrosée à coup d'argent".

La réaction des soufis ne s'est pas fait attendre et certains comme Ibn Arabi Al Hâtimi ne prirent pas de gants pour voir dans l'attitude du camp opposé celle des pharaons à l'égard des prophètes. "Pour complaire aux princes et aux puissants, ils n'hésitent pas à élaborer une casuistique qui tourne en dérision la Loi sacrée dont ils se veulent les interprètes, ils condamnent comme kufr tout ce qu'il ne peuvent comprendre", écrit Al Hâtimi, selon Malal Ndiaye.

Pour le "muquadam", c'est dans cette assertion que gît l'essentiel du malentendu, car, souligne-t-il, il se trouve curieusement parmi les maîtres de l'islam dite orthodoxe certains qui freinent des quatre fers et appellent à reconnaître la pertinence des soufis. C'est ainsi que, selon M. Ndiaye, Ibn Taymiyya écrit ceci : "ils (les intérioristes ou soufis) sont les plus sages et les plus pieux de la communauté".


"Soufisme et Charia" ou l'éclairage de Malal Ndiaye sur le débat entre l'islam ésotérique et exotérique
En vérité, les littéralistes sont plutôt gênés à l'idée que l'enseignement de "l'ésotérisme sur la place publique" puisse perturber "l'esprit simple et quelque peu fragile des croyants vivant dans la douillette quiétude du Taqlid, du conformisme, du suivisme", indique Malal Ndiaye, soupçonnant les partisans du "+néo-hanbalisme+désincarné" de n'avoir pas "bien lu leur maître" et convoquant l'imam Malik pour clore le débat.

"Quiconque pratique le soufisme sans loi (sharia) est hérétique, quiconque suit la loi sans pratiquer le soufisme a dévié : celui qui conjoint les deux, celui-là seul réalise la vérité", écrit le Grand maître soufi.

Tout au long des pages suivantes, l'auteur démontre avec pertinence la nature à la fois ésotérique et exotérique de l'islam, prouve à travers les cinq piliers fondamentaux de l'islam que "le soufisme est la dimension spirituelle et introspective" de ce dernier. "Il est même le propre de cette religion", écrit-il non sans relever que "la grande erreur des adversaires du soufisme, c'est de croire qu'un saint délivre une nouvelle sharia !".

En conclusion, Malal Ndiaye tente de mettre de l'ordre dans le soufisme, distinguant d'une part les "haut placés" des Cheikhs lesquels "entretiennent avec le Prophète un lien subtil" doublé de la réception de l'Envoyé "enseignements et indications" et, d'autre part, les "faux maîtres".

Ces derniers, dénonce M. Ndiaye, prolifèrent et se font des disciples partout y compris dans nombre de pays d'Afrique de l'ouest du simple fait de "la crise de toutes les valeurs à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la société".

Source Aps

Cheikh Tidiane Ndiaye
Jeudi 11 Octobre 2012

Cet Article a été lu plus de 7672 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par boubacar ndongo le 25/05/2011 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alhamdoulillah, le message de l'islam consiste à l'adoration du tout puissant(SWT) il ne faut qu'on s'attarde sur des futilités. ainsi donc le soufisme reste la voie pure et ésotérique de la religion musulmane. Parlons moins agissons plus.

2.Posté par Hakîm Bin Khalâf le 23/05/2013 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'Imam Malik a-t-il Appelé au Soufisme ?

بسم الله الرحمن الرحيم

Il est attribué à l'Imam Malik (rahimahollah) la parole suivante :

"Celui qui fait du fiqh et pas de soufisme est un pervers (fâsiq), et celui qui fait du soufisme et pas de fiqh est un hérétique (zindiq). Celui qui fait les deux s'est réalisé."

Ce qui est apparaît c'est qu'il ne convient pas d'attribuer cette parole à l'Imam Malik du moment qu'elle n'est pas appuyée par une chaîne de transmission authentique ou dans les livres des Imams anciens comme l'Imam Ibn Abi Zeyd, el-'Otby ou el-Andalousy qui sont connus pour avoir rapporté les paroles de l'Imam Malik.

De plus, il est rapporté que le terme de soufisme est apparu au milieu du troisième siècle de l'Hégire. Le premier à s'être appelé « soufi » est Abu Hachim et il a vécu à l'époque de l'Imam Ahmed, alors que l'Imam Malik est mort au deuxième siècle.
L'Imam Malik n'est pas connu pour avoir pratiqué le soufisme, ni lui ni ses élèves. Se serait-il lui-même jugé pervers ou zindiq ? Impossible.
Cette parole est apparue dans deux ouvrages, datant respectivement du 11ème et du 13ème siècles, et personne ne l'a rapportée pendant le millier d'années qui sépare l'Imam Malik de l'époque de ces deux ouvrages.



Cependant on trouve dans le livre Hilya el Awlya une parole de Abou Bakr el Warraq :

"Quiconque fait de la philosophie (kalam) sans ascétisme a commis un péché, quiconque a fait de l'ascétisme sans philosophie et fiqh a innové, quiconque a fait du fiqh sans ascétisme et piété a commis un péché, et quiconque a réuni avec brio ces choses s'est certes purifié.
من اكتفى بالكلام دون الزهد تزندق، ومن اكتفى بالزهد دون الكلام والفقه ابتدع. ومن اكتفى بالفقه دون الزهد والورع تفسق. ومن تفنن في هذه الأمور كلها تخلص."

Notons que le Hafidh Ibn Abi Na'im ne l'a pas rapportée, bien qu'il ait rapporté de nombreuses paroles dans sa retranscription de la vie de l'Imam Malik, rahimahollah wa radiAllah'anhou.

http://www.ahlalhdeeth.com/vb/showthread.php?t=219512

Le centre de fatwa d'Islamweb déclare :

وأما المقولة المنسوبة للإمام أحمد فإنا لم نعثر بعد البحث على ما يفيد صحة نسبتها إليه بل إن القرائن تدل على عدم صحة نسبتها إليه.

Quant à la parole attribuée à l'Imam Malik (NdT : dans le texte il est écrit l'Imam Ahmed mais la question porte sur l'Imam Malik), il apparaît après recherche que les preuves écrites indiquent que cette parole ne vient pas de lui.
Cette histoire n'a été rapportée que par deux savants qui sont morts :

- en 1291 pour 'Ali el-'Adwi,
- en 1014 pour Mulla 'Ali el-Qari

L'Imâm Malik rahimahollah wa radya 'anhu est mort en 179.
Personne, y compris les grands Imams qui ont écrit la biographie de l'Imam Malik, n'a rapporté cette parole entre 179 et 1014.

En l'absence de chaîne de transmission authentique, cette parole ne peut être attribuée à l'Imam Malik (sur lui l'agrément d'Allah et sa miséricorde).

Notons que l'un des deux Imams attribuant cette parole à Notre Imam Malik (Mulla 'Ali Qari) fait le takfir d'Ibn 'Arabi le Soufi et lui a répondu dans un livre :

الرد على ابن العربي في كتابه الفصوص وعلى القائلين بالحلول والاتحاد


Le succès ne vient que d'Allah.

Traduction & adaptation par Sufyen Abu Ridwan el Jezairi

3.Posté par Hakîm Bin Khalâf le 23/05/2013 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Malal Ndiaye devrait savoir que défendre sa foi c'est la vivre !!!

wassalâm

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter