contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 12 Décembre 2014–20 Safar 1436 – Frontière Etroite entre Foi et Hypocrisie : A surveiller par radar !


Cet Article a été lu plus de 348 fois


La simplicité voudrait que les instruments de performance témoignent aussi de contreperformance. Ainsi sans changer les instruments, mais seulement leur indexation (plus ou moins), on déterminerait le bon ou mauvais sens dans une direction établie. Sur la droite Est-Ouest, allons-nous choisir l’Est ou l’Ouest ? La réponse ne nous débarquera pas de l’axe, mais donnera un signe plus ou un signe moins à la mesure de la distance et les deux protagonistes qui auront choisi des sens différents dans cette même direction seront de part et d’autre de la frontière et donc pas le même statut (V24, S11 -) Allah Affirme qu’ils ne sont pas pareils les habitant de paradis et les habitants de l’Enfer (V20, S59). N’est-ce pas Allah a aussi utilisé le même instrument pour sauver Seydinà Mûsa que pour punir Pharaon (Vs65-6, S26) à la frontière de sa miséricorde et de son châtiment. L’Imam Abou Assia à Genève, a ainsi parcouru les indicateurs de la Foi qui lorsqu’ils font défaut deviennent eux-mêmes des marqueurs d’hypocrisie, comme en a Attesté le Prophète sur les trois caractères hypocrites.



Faut-il identifier les indicateurs de la Foi et s’évertuer à se les appliquer pour rester en orbite sur la face d’Allah ou identifier les marqueurs d’hypocrisie et s’évertuer à s’en écarter pour être dans l’Agrément de Dieu ? L’un entraîne l’autre de facto, mais se poser la question revient à réinventer la méthode dichotomique de l’analyse scientifique dans la vie de tous les jours. Le premier des indicateurs de Foi est justement la fidélité à l’engagement ou au pacte (V32, S70), et le premier de tout engagement est celui que notre âme a pris en notre nom dans le monde pré-existentiel à reconnaître Allah comme Seul Seigneur (V172, S7) et donc à se soumettre à son Adoration sans associationnisme. Sommes-nous dans le respect de ce pacte ? Car si nous ne le sommes pas, c’est que nous sommes de l’autre côté de la frontière…hypocrisie à l’endroit de notre âme.



Or l’hypocrisie, pour revenir à la méthode dichotomique tient à trois caractères selon le Prophète (Hadith) – mensonge dans le propos, manquement dans les engagements, trahison dans la confiance. Or, chacun de ces trois peut s’illustrer dans notre adoration de Dieu avant d’interpeller notre interaction sociale avec nos semblables. Et d’ailleurs Allah nous Rappelle solennellement ce pacte (V60, S36) – Ne vous ai-je pas engagé fils d’Adam à ne pas tomber dans le piège de Satan à l’adorer , mais plutôt de M’adorer, car M’adorer constitue la Voie droite Vous remarquerez qu’Allah a Utilisé le même terme de manière dichotomique pour opposer l’adoration de Satan (marqueur d’hypocrisie) à l’Adoration de Sa Face (indicateur de Foi), la frontière est très étroite !



Le respect de l’engagement est donc le premier indicateur de Foi et nous serons interrogés sur ce chapitre (V34, S17). Le désordre avertit Allah s’installe à partir de la violation des engagements et pactes (V59, S19) et l’histoire de l’Humanité est jalonnée d’illustrations édifiantes dans ce domaine. Et c’est tout le sens du combat au nom du respect de la légalité qu’ont mené récemment des peuples dans le monde pour vaincre dictature et enrayer velléité d’usurpation ou d’abus de pouvoir (Sénégal, Tunisie, Egypte, Burkina), combat qui continue inévitablement.



Ce pacte que notre âme a signé avec Dieu et qui nous engage donc dans le Tawhîd (unicité de l’adoration de Dieu) nous sert de propulseur dans la vie de tous les jours, car ainsi, nous serions guidés à ne pas entraîner notre être là où notre âme serait en violation de son pacte originel, quelle responsabilité, mais aussi quelle chance ! Mais le respect du pacte aussi important et nécessaire qu’il est n’est toutefois pas suffisant (V76, S3) pour gagner l’Amour de Dieu. Serions-nous suffisants de rester sur une valeur minimaliste de respect du pacte avec Dieu si en y adjoignant la crainte d’Allah, nous serions propulsés dans le champ de son Amour ?



Or, lorsque vous êtes dans ce champ d’Amour de Dieu, vous échappez justement aux risques de pesanteur et vous vous retrouvez sur un piédestal qui constitue le plafond des autres. Toutes les portes de la Lumière Divine s’ouvrent ainsi à vous (V22, S39). C’est ainsi que Imam Shàzily invoquait Allah de comptabiliser ses fautes parmi celles de ceux qu’Il Aime et de ne pas comptabiliser ses bonnes œuvres parmi celles de ceux qu’Il Déteste…la frontière est si étroite !

Le respect du pacte ne doit pas être anecdotique et devrait plutôt s’inscrire dans une constance, qui s’illustre à travers l’Istighfâr, ceux qui sont dans cette exigence sont cités par Allah comme étant encore meilleurs parmi les croyants (V23, S33) du fait de la constance dans le respect de leur pacte. Mais de respect, il n y a pas que l’engagement auquel il doit s’appliquer, il y aussi la promesse et c’est tout aussi un indicateur de Foi ou d’hypocrisie. Or cette promesse a aussi été donnée par notre âme à n’adorer qu’Allah et à ne pas Lui associer autre. Si nous nous écartons de cette promesse, nous basculons dans l’autre sens, celui de l’hypocrisie. Voilà pourquoi le Prophète disait (Hadith) les meilleurs parmi vous sont ceux qui respectent leur pacte et tiennent leur promesse. Dans ce triangle étroit - engagement, pacte, promesse -, deux points font le commun des segments – confiance, responsabilité.



Car, en fait ce qui nous guide dans la vie de tous les jours, armés que nous sommes de cet engagement originel de notre âme et de cette promesse à l’endroit de Dieu, c’est de mériter la confiance placée en nous dans l’exercice des responsabilités – qu’elles soient individuelles, collectives, professionnelles, sociales, religieuses, familiale, au sein du mariage et de la famille, ou toute autre – nous sommes dans le devoir de ne trahir aucune confiance et d’exercer pleinement toute responsabilité qui incombe.



Voilà pourquoi les segments de la société sont en crise, car partout où le croyant est attendu sur un engagement de responsabilité ou/et de confiance, il montre plus de faiblesses que de forces, plus de manquements que d’honorabilité, plus de récidive que de retenue, à commencer par son propre individu (V24, S8). Les promesses ne sont pas tenues, les engagements ne sont pas respectés, les responsabilités ne sont pas exercées - et il n y a pas que les politiciens dans ce jeu du faux !

L’Imam a parcouru quelques-uns de ces domaines où nous devons davantage payer attention à cette triple exigence d’engagement, de confiance et de responsabilité.

Le mariage et la famille - Nous nous sommes engagés à protéger, aimer, prendre soin et promouvoir nos époux/ses et familles en toute situation. Sommes-nous constamment dans le respect de cet engagement solennel du reste ?!

Le devoir envers les parents – Allah nous Oblige à leur montrer attention et prendre soin d’eux surtout lorsqu’ils prennent de l’âge (Vs23-4, S17), ne serait-ce que par loyauté à tout ce qu’ils ont investi comme attention depuis notre conception jusqu’à jamais.

Le voisinage et la communauté – Il est un devoir religieux de les respecter, de leur porter secours en cas de sinistre, de leur rendre visite lorsqu’ils sont malades, de partager bienséance avec eux et de les accompagner dans leur dernière demeure s’ils nous devancent à Barzaq (Hadith).

L’environnement – Allah nous Interdit de tomber dans le gaspillage, mais plutôt de consommer avec responsabilité, donc soin et retenue et de ne pas verser dans l’irresponsabilité ou la rébellion (V31, S7)

Dans toutes ces interactions et dans d’autres, le Prophète nous invite à nous poser la question à savoir – est-ce que je peux tenir cet engagement sans compromettre ce triangle d’exigence - engagement, confiance et responsabilité ? S’il y a conflit, en particulier avec l’équité et la justice, il n y a pas lieu de s’engager. Ce qui signifie que nous devons avoir le courage de constamment réviser pactes et engagements à tous les niveaux pour abandonner ceux qui compromettent cette triple exigence!

Or, tout est engagement dans les séquences de notre vie quotidienne et dans tout engagement dira l’Imam, le croyant doit faire prévaloir une énorme qualité que le Prophète a défendue (Al Anàt), et qui est si riche en Arabe que l’on traduirait par toute une série d’attitudes y compris retenue, réserve, modération, prudence, patience, sang-froid.

En Arabe, il y a une expression très condensée, mais tellement dense – Wa Illà, fa là – et qui pourrait être traduit par aussi court et dense – sinon, c’est non ! Autrement, si ce n’est avec le respect de cette triple exigence, c’est non à tout engagement, car la frontière entre vertu et vice est si ténue !

Best Zyars

Par Al Amine Kébé (Genève)
Vendredi 12 Décembre 2014

Cet Article a été lu plus de 348 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :