contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 30 Sha’bàn 1438, 26 Mai 2017 Welcome Back Ramadan… 1438 !


Cet Article a été lu plus de 498 fois




Direct du Min’bar – Vendredi 30 Sha’bàn 1438, 26 Mai 2017 Welcome Back Ramadan… 1438 !
A Genève, Imam Abou Assia a rappelé combien le Ramadan peut aider le croyant à parfaire les facettes de son adoration, donc de sa vie, d’abord par un check up de soi, mais aussi et surtout en élargissant le périmètre de ses actions autour de son environnement et à éviter surtout à faire du tort à autrui sous prétexte qu’il s’acquitte de son devoir religieux ! En matière de religion rappelle-t-il, la prévention du mal prime sur l’exaltation du bien. Or, dans un environnement de religion et de culture mixte où plusieurs religions, pratiques et cultures cohabitent dans un espace citoyen, il faut éviter de porter nuisance. Nul ne peut prétexter la religion pour faire du tort à autrui. Voilà la perception hautement religieuse que nous devrions avoir du Ramadan dit-il, car c’est le mois pendant lequel les portes du Paradis ont béatement ouvertes, les portes de l’enfer closes et Satan et ses acolytes mis hors d’état de nuire. Dans un tel contexte, tout tort, toute nuisance, toute déviance n’est pas à l’actif de Satan, mais des humains. Il ne faut donc rater cette énorme opportunité de faire du bien, que du bien, d’éviter le mal, tout mal. Et la meilleure manière de s’y prendre conseille-t-il est de se fixer des objectifs, tout comme le faisait le Prophète d’ailleurs précise-t-il.

A Makkah, Imam Sa’ûd Ibrahim Ash-Shuraïm a aussi rappelé l’énorme opportunité qu’offre le Ramadan, non en soi, mais par sa cyclicité de revenir chaque année apporter son lot de cadeaux distribués à tous, et quels cadeaux – le Pardon du Seigneur, Sa Miséricorde, l’amnistie du châtiment. Et parmi toutes les opportunités offertes dans le calendrier, le Ramadan par son statut de mois béni est même crédité supérieur aux (quatre) mois sacrés. N’est-ce pas il inclut la meilleure des nuits, celle qui vaut plus que 1000 nuits !? Ne gaspillons pas cette bénédiction alerte-t-il, traitons plutôt cet hôte de marque par un accueil royal, Welcome back ! Il vient certainement avec ses tests, test de validité de notre foi, test d’endurance dans l’abandon des désirs, test de proximité avec Allah, test de résilience aux appels des besoins naturels (manger, boire, sexe), mais le Ramadan nous veut aussi de bons résultats sur tous ces tests, comme le médecin qui nous examine et qui espère ne rien déceler de grave qui l’obligerait à un traitement spécial ou d’urgence !

Abandonnons les excès pour nous autoriser à entrer dans le périmètre de bénédiction d’Allah. C’est ainsi que Allah Annonce que le statut béni du Ramadan se prime aussi du fait qu’il a abrité la révélation du Qur’ân…ce texte de toutes les bénédictions récité dans les salàt obligatoires comme surérogatoires, célébré partout en tout temps, en tout lieu, mais dont la guidance et la lumière ne se mettent en gala que pendant le Ramadan. Allah Explicite ainsi que le mois de Ramadan est celui qui a abrité la révélation du Qur’ân, et donc offre guidance, lumière et orientation aux humains, pas seulement aux croyants (V185, S2). Car en fait, tous ceux qui ne respectent pas le Ramadan sont tout de même jaloux de ses bénéfices, même s’ils ne le dévoilent pas – santé physique et spirituelle (donc mentale), purge des graisses et du surpoids inutile, extinction des sources de maladie, meilleure productivité, meilleur usage du temps, et plus de solidarité envers les démunis…voilà donc comment le Ramadan, allumé du Qur’ân brille comme lumière sur lumière (Nûr ‘alà Nûr) et éclaire esprit, âme, famille communauté, société.

Et Imam Shuraïm d’ajouter que le Ramadan est le seul moment de l‘année où toutes les cultures musulmanes revisitent le Qur’ân, non seulement dans la lecture, ce qui se fait toujours avec la prière par exemple, mais surtout l’analyse et les cercles de savoir dans les mosquées et les familles. Car le Qur’ân s’offre à tous les exercices de l’intellect et de l’esprit – lecture, analyse, projection, approfondissement, comparaison, application, Zikr, mais aussi extirpe tant de secrets en faveur des humains, et voilà pourquoi Allah Dit dans le Verset précité – guidance, orientation et direction pour les humains. Ne nous limitons donc pas rappelle l’Imam à une lecture profane du Qur’ân ou encore à une lecture atone, mais surpassons-nous à ajouter à la lecture, l’analyse, l’interrogation, la confrontation, la recherche des causes et l’exploration des ramifications…surpris serions-nous de récolter tant de richesses, au point de ne plus vouloir arrêter…car entre la lumière de la vérité et les ténèbres de la déviance, le Qur’ân offre la rectitude et l’esprit alerte (V9, S17).

Lire sans analyser est une perte de temps, lire et analyser n’est pas suffisant si l’analyse ne conduit pas à meilleur, lire et analyser pour distinguer mais sans appliquer est un refus de la lumière de Dieu détaille Imam Shuraïm. Voilà comment les croyants d’une certaine époque se sont égarés (V7, S1). En se cantonnant à la lecture comme acte sacré, sans aucune autre action de percer le mystère par exemple, ils ont favorisé la confusion entre le sacré et le fétichisme (V30, S25). Mais en allant plus loin, en ayant accès à la connaissance sans appliquer les règles, ils ont dévié de la Voie d’Allah et se sont retrouvés dans le camp des Maghdûb ‘alayhim (ceux qui fâchent Allah). Qu’en est-il alors de ceux prétendent savoir et n’ agissent que sur des suppositions (V157, S4), fondent leur culte sur rien d’autre que leur propre interprétation, ils sont les Dâlins – autrement les égarés, car en confondant leur supposition/passion avec le savoir divin, ils se sont retrouvés égarés (V23, S45).

Evitons tous ces semblants de chemins que le Prophète a bien identifiés comme des sans issue, avant d’ouvrir clairement la Siràtal Mustaqîm et d’y appeler avec un message d’une clarté et d’un bon sens évidents (V108, S12). Et évitons donc pendant le Ramadan de nous égarer autrement, en oubliant l’objectif qui doit nous animer selon Imam Abou Assia, et cet objectif doit être explicite et méthodiquement planifié. Le Prophète rappelle-t-il avait un plan pour chaque mois de Ramadan, de revisiter le Qur’ân avec Djibrîl, d’accomplir tant de rak’as de surérogation, de fournir des repas aux nécessiteux, d’égayer sa famille par des actes d’adoration en commun dans un format Ramadan exclusif.

Evitons de tomber dans les cultes obscurantistes à considérer le Ramadan comme une période faste où les jours sont calmes et les nuits agitées dans les marchés et les cafés. Le prophète a alerté que si le croyant ne s’écarte pas de comportements répréhensibles dans la pensée, l’expression et l’acte, Allah n’A nullement besoin qu’il abandonne seulement le manger et le boire. Le Ramadan doit être celui des organes et des sens, car il s’agit de s’ouvrir au maximum aux bénédictions uniques du mois qui émanent d’Allah. Fixons des objectifs insiste Imam Abou Assia dans la lecture et l’analyse du Qur’ân, dans les surérogations de nuit, dans les sessions communes de Zikr, de Taràwih, de Tajahhud avec les amis et la famille. Organisons nos familles et nos amis à nous retrouver pour encore bénéficier des bénédictions en commun que seul le Ramadan offre. Offrons des repas à ceux qui l’attendent, ceux qui espèrent bénéficier de notre solidarité, dans tous les domaines, ceux qui attendent le Ramadan pour éclairer un peu leur vie. Il y a des pauvres en matériel, mais il y a aussi des pauvres en spirituel et en savoir, le Ramadan est la bonne période pour combler tous les déficits, toutes les pauvretés, profitons-en !

Et faisons-le avec la meilleure des postures, en intention noble, avec le cœur gros comme jamais, dans l’esprit des largesses du Seigneur et à ne rien attendre en retour, juste offrir, partager, donner, élever, aider, compatir, soulager…La meilleure expression de l’Islam avait alerté le Prophète est le plus loin de tout tort, qui ne porte préjudice à personne, ni par sa langue, ni par son acte, ni par son attitude. Soyons sobres et tolérants à respecter ceux qui ne jeunent pas, puisque c’est leur droit, soyons prudents de ne pas juger alors que nous ne sommes pas sûrs que notre jeûne remplit les critères de pureté de cœur et d’action indiquées par le Prophète (Hadith), soyons élégants de ne pas montrer notre jeûne, par des attitudes non hygiéniques, des comportements contre-productifs ou encore des passe-droit illégitimes et maladroits. Soyons dans l’état d’esprit de ces ascètes du 3ème siècle de l’Hégire, qui recommandaient aux croyants de mettre une baume aux lèvres afin de masquer sa sécheresse pour ne pas suspecter leur jeûne…Allah Aime lorsque le croyant s’acquitte de ses ordres et s’éloigne de ses interdits qu’il le fasse sans préjudice, sans tintamarre, sans ostentation, mais juste pour sa face, c'est-à-dire en toute humilité et en toute sincérité (V1, S23).

Et pendant que le Ramadan commence, il faut compléter son check up – cœur, esprit, égo, organes, sens – et s’assurer que tous sont prêts à aller dans l’espace pour vivre en apesanteur…et qui consiste à se passer des habitudes licites et non interdites pour tester la résilience et atteindre la Taqwà (Fin V183, S2).

Best Zyars en ce Vendredi, première nuit de Ramadan 1438, enfin il est là ! Alhamdulilàh.
Al Amin

Asfiyahi.Org
Vendredi 26 Mai 2017

Cet Article a été lu plus de 498 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :