contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Minbar - Vendredi 18 Cha’bàn 1436 – 05 Juin 2015 Le Test pour l’Epreuve : Cha’bân avant Ramadan


Cet Article a été lu plus de 247 fois




A Genève, Imam Abou Assia en rappelant que le Ramadan est juste dans onze jours a magnifié les valeurs de ce mois de Cha’bân, qui selon Sayyidatunà Aisha était le mois où le Prophète observait le plus le jeûne de surérogation. Mais au-delà du constat, il s’est intéressé aux raisons possibles d’une telle pratique. Parce que avait indiqué le Prophète le mois de Cha’bân, à l’image d’une fin d’exercice comptable était un mois où les œuvres des serviteurs sont exposés à Allah - et lui le Prophète préfère que cela coïncide avec un acte bonifiant, qu’est le jeûne par définition qui ouvre les portes de l’Agrément Divine. Smart dirait-on !



Mais il y a aussi rappelle l’Imam le fait que ce mois étant coincé entre Rajab, qui est le seul isolé parmi le quatuor des mois sacrés, et Ramadan, qui est le mois de la communauté par la densité des actes qu’il contient, tend à être objet de négligence, de distraction, de relaxation. Le Prophète tenait donc à rappeler à tous qu’il s’agissait plutôt d’un temps de test pour l’épreuve, comme font les athlètes dans les meetings pour mieux préparer les championnats mondiaux ou les olympiades.



Il y a aussi justement le coût d’opportunité très élevé de l’acte d’adoration en contexte contraignant et qui s’apparente à de l’optimisation sous contrainte, optimisation qui fait dire au Prophète qu’évoquer Allah dans un endroit où tous les esprits sont plutôt tournés à la distraction ou au business comme dans les marchés ou les stades est plus côté, parce qu’inattendu. Et voilà pourquoi pendant ce mois de Cha’bân, il faut multiplier tous les actes d’adoration pour justement combiner le bonus de rareté à l’opportunité de valeur. Et ce n’est pas seulement dans le jeûne de surérogation qui peut servir de test avant l’épreuve, mais c’est dans tous les registres qu’il faut justement mettre à profit ce mois dira l’Imam sur les traces du Prophète.



Toute pratique qui extirpe son auteur du groupe des négligents est justement une opportunité pour le croyant de se détourner de cette marque, car les négligents sont inférieurs aux animaux dans la perception sensorielle (V179, S7) et sont fermés à toute lumière divine (V108, S16). Voilà donc une occasion qu’offre ce mois de Cha’bân pour se préparer dans les meilleurs conditions à l’épreuve du Ramadan et dans la préparation, il y a une marque de grandeur propre louée par Allah (V32, S22) et qui participe d’augmenter la force du cœur (par l’endurance tout comme par la dévotion). Et pour autant fera remarquer l’Imam, il faut rester dans la sobriété, dans la discrétion et ne pas montrer au public que nous jeûnons pour préparer le Ramadan, au risque de dénaturer le jeûne reconnu comme indemne d’ostentation. Et cette pratique de préparation du Ramadan s’inscrit aussi au-delà de la Sunna du prophète dans l’exemple de certains des pionniers qui jeûnaient pendant des mois sans que personne ne sache. Ibn Mas’ûd recommandait d’ailleurs d’enduire les lèvres pour ne montrer aucun signe explicite. Et c’est fort de cette attitude d’exercice préparatoire que le serviteur trouve davantage de motivations pour revisiter ses pratiques de surérogation, sa quête de savoir, sa lecture et exégèse du Qur’ân, mais surtout son cœur qui est l’organe de mesure de toute performance.



Si vous voulez vous mesurer par rapport à Allah dira l’Imam, ce mois de Cha’bân est aussi une opportunité car il s’agit pour ce faire d’évaluer votre désir d’adorer Allah par les obligations et par la motivation des actes de surérogation. Ceux qui prennent Allah comme direction seront en orbite sur la guidance divine, et ceux qui se détournent d’Allah seront trahis dans leur hypocrisie et seront isolés, oubliés (V66, S9). Plus votre motivation en Allah est grande, plus votre élévation sera dans l’échelle de l’Agrément et plus haute sera votre altitude, loin des pesanteurs du pêché et de l’errance. Il y a donc dira l’Imam un indicateur de la guidance de Dieu dans le désir de préparer le Ramadan et de ne pas attendre qu’il soit là pour tenter une épreuve sans test de forme ! Gare à la contreperformance !



Multipliez les jours de jeûne durant ce mois, lisez plus le Qur’ân, faites davantage de Zikr, approfondissez plus les versets dans l’exégèse, revisiter les Hadith du Prophètes, mais surtout revisiter les leçons de Fiqh sur le jeûne, comme pilier de l’Islam et comme obligation. Quels sont les préalables au jeûne, quelles en sont les conditions de validité, qu’est-ce qui pourrait l’invalider, qu’est-ce qui peut entâcher sa pureté, quand doit-on bénéficier d’une dérogation de différé et que peut-on récolter d’un jeûne accompli comme prescrit ? Autant de questions qu’il faut se poser et s’assurer d’avoir les bonnes réponses.



Adressez enfin à Allah une repentance saine (V8, S66) en commençant par purifier son cœur de toute rancœur, toute haine, toute envie, toute jalousie, toute suspicion envers qui que ce soit, tout doute de mal vis-à-vis des autres afin de remettre le compteur de pêchés à zéro et de tendre à plus haute altitude pour mieux échapper encore aux tentations et pêchés. Car comme avait dit le Prophètes, les organes, l’esprit, la conscience, tout le corps - visible ou invisible - dépend du cœur et si ce cœur est pur, bien préparé, fort dans le fonds (sérénité) et dans la forme (athlétique), il dictera au corps et à ses démembrement que de la pureté, une bonne santé et que de force utile. Il faut donc après la purification remplir son cœur d’amour, de lumière d’itinérance (V28, S5) qui éclaire par photon, par rayonnement, par faisceau et par énergie, autrement dans toutes les formes possibles et imaginables, il faut surtout être dans les meilleures dispositions humaines, prompte à pardonner, à passer l’éponge, à oublier élégamment (V87, S15), à intentionner que du bien, exprimer que du bien, agir qu’en bien échanger que dans le bien, mais aussi concomitamment refuser, rejeter, nier, contrecarrer et s’opposer à tout mal, toute forme de mal et d’où qu’il vienne. Voilà l’impératif d’Allah à notre endroit et qui incombe à tout humain dans son quotidien (V104, S3)



Ainsi seulement dira l’Imam qu’il faudrait se préparer à entrer dans le Ramadan, pur, libre, serein, propre d’esprit et d’intention, orienté vers Dieu, dans la bonne intention et dans les meilleurs dispositions. Allah Garantit que quiconque arrive à installer une pareille sérénité et pureté dans son cœur, Il y ajoutera encore de lumière qui primera l’intensité en meilleur (V70, S8)



J’ai eu l’honneur et le privilège d’avoir prié aujourd’hui à Genève avec notre frère, allié et Cheikh dans la Tijànyà Papa Makhtar Kébé de Tivaouane, et qui a dit à Imam Abou Assia après la prière toute son appréciation du contenu de ce prêche, qu’il a jugé très opportun, bien présenté et fidèle à la tradition du Prophète dans le service de l’utilité aux serviteurs d’Allah. Imam Abou Assia était très honoré.



Best Zyars en ce Vendredi de Cha’bàn qui annonce le Ramadan dans 11 jours ISA

Asfiyahi.Org
Dimanche 7 Juin 2015

Cet Article a été lu plus de 247 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :