contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



VIDEO : Serigne Mansour Sy (Bourde 1996)


Cet Article a été lu plus de 4940 fois






Asfiyahi.Org
Mardi 18 Décembre 2012

Cet Article a été lu plus de 4940 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par ibrahima talubè chekh le 20/12/2012 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
serigne mou khamadoul mansour yalla na souf sed thi kawame tè yalla tas gnou thi barkème

2.Posté par bachir le 23/12/2012 01:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
AMINE té ya ALLAH def yonénete sws terrrou ko aki sahabame ak wa keur maodo yeup

3.Posté par bachir le 23/12/2012 02:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Serigne Mansour Sy était un fin lettré, je dirais un classique qui s’assumait en tant que tel aussi bien dans le style que dans la méthode. Sans jamais sortir du Sénégal pour étudier dans une quelconque université du monde arabe, Serigne Mansour était de ceux qui étaient les plus plus familiers avec les classiques de la civilisation arabo-musulmane. Maître incontesté de l’exégèse de la Mimiya (Khilâçu Zahab) de Seydi El Hadji Malick Sy, Serigne Mansour excellait dans cet art de convoquer les grandes références fondatrices de l’hagiographie Sira comme le Murûju Zahab d’Al-Mas’ûdî, le Kâmil fi-t-târîkh d’Ibn Al Athîr en interconnectant les sources dans une parfaite honnêteté intellectuelle qui frisait même le rigorisme scientifique. Il savait ce que voulait dire l’intertextualité mais surtout la hiérarchie des sources.

En fait, il était difficile de décrypter tout le sens et la quintessence de l’enseignement de Borom Dâraji, sa démarche pédagogique, sans être dans les dispositions intellectuelles d’un érudit armé de solides connaissances en prosodie, rhétorique et surtout d’une maîtrise des subtilités de la langue arabe qu’il chérissait. Son style lorsqu’il expliquait les textes classiques les plus ardues, rappelait celui de la Munâzara, la confrontation des idées et des hypothèses connue des oulémas de Baghdâd aux temps de la Bayt al-Hikma (maison de la sagesse). Mais rien de surprenant pour qui connaît l’environnement intellectuel dans lequel dans lequel a baigné Serigne Mansour Sy dès sa tendre jeunesse. En plein bouillonnement scientifique de l’aprés- Ndiarndé (séminaire d’El Hadji Malick), Serigne Mansour qui était confié à Serigne Chaybatou Fall pour son instruction et son éducation spirituelle, était aussi entouré des ténors et Muqaddams de Seydi Hadji Malick tels que Serigne Alioune Guère et Serigne Birane Sarr. Il apprenait de tous, c’est certainement la raison pour laquelle, il était si généreux dans la transmission de la connaissance. Il aura marqué Tivaouane, cette « université populaire » dont parlait déjà Paul Marty dans les années 1917 (Etudes sr l’islam au Sénégal), mais surtout participé à son rayonnement hors des frontières du Sénégal.

On se souvient qu’en 1998, le khalife général, Serigne Mansour Sy Borom Daaraji fut désigné, lors du grand rassemblement international au Tchad, pour prononcer un discours historique et fondateur en direction de toute la Ummah islamique. Au-delà de la personne du défunt calife, ce fait s’inscrit dans la particularité de Tivaouane d’avoir toujours été à l’avant-garde du processus de l’internationalisation de l’islam sénégalais. Pour mieux saisir la dimension du lettré disparu, rappelons,-nous, à titre d’exemple que la qasîda qu’il dédia au défunt roi Hassan II, lors des journées Cheikhna Ahmed Tijiânî, fut considéré par le Ministre marocain des affaires islamiques de l’époque, Abdel Kabir al-Alaoui Madghrî, comme le plus bel hommage qu’il n’ait jamais entendu. J’avais coutume de l’appeler « le classique » dans toute splendeur mais aussi, tel un véritable « gardien du temple », l’homme dévoué à la préservation du legs de Seydi Hadji Malick. Il est sûr que le maître s’en est allé, mais le daara et la hadra regorgent de toutes les ressources nécessaires à la perpétuation de leur rayonnement.

Dr. Bakary Sambe

4.Posté par Gueye THIERNO le 28/04/2013 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
thierr
serigne mou khamadoul mansour yalla na souf sed thi kawame tè yalla tas gnou thi barkème

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD