contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



INTERLIGNES - De l'universalité des Droits de l'Homme

Par Abdoul Aziz Kebe, Enseignant-chercheur, UCAD


Cet Article a été lu plus de 988 fois


La Notion de droits de l'homme qui est largement partagée par les populations et les Etats dans le monde contemporain, est sujette à des convergences et des divergences dans le temps et l'espace. C'est que cette notion renvoie à un spectre d'éléments qui touchent aux croyances, aux conceptions de la vie et à l'organisation des sociétés.



INTERLIGNES - De l'universalité des Droits de l'Homme
Par conséquent, elle recèle en elle les facteurs de convergence autour de l'homme-dans sa dimension essentielle- et aussi de divergences sur la vision que ce dernier, déterminé par son histoire, son environnement et ses projections culturelles, peut avoir de son être dans son milieu. C'est ainsi que les droits humains renvoient à un ensemble de perceptions qui touchent à la philosophie, à la morale et à la politique.

Et Puisque la religion et la morale sont des catégories qui reflètent aussi une certaine territorialité, il devient difficile, pour ce qui les concerne de trouver une universalité qui leur soit commune, de façon absolue. C'est pourquoi, le débat sur les Droits Humains débouche très souvent sur un malentendu entre les idéologies, entre les systèmes politiques. Il pose la problématique de l'articulation entre les valeurs, entre le culturel et l'universel. Peut-être même, met-il en jeu la hiérarchie des normes.

Concernant l'islam, l'engagement qu'il sollicite de la part du croyant pour les DH va au-delà de l'Homme. Alors que le non croyant s'engage au nom de l'humanité, le croyant s'engage par devoir d'obéissance à Dieu. La dialectique DH/Droits de Dieu lui rappelle que les droits qu'il s'engage à promouvoir et à protéger sont dévolus à l'être humain par celui-là même qu'il adore. Cet engagement résulte aussi de son appartenance à la communauté intermédiaire, - أمة وسطا- la communauté des justes, ceux qui sont les gardiens et témoins de l'équité au sein de l'humanité, - لتكونوا شهداء على الناس- Baqra 143.

Pour le croyant en islam, l'exigence des DH est inscrite depuis les origines, dans l'élection de l'homme en tant que vicaire et dans l'affirmation forte de l'égale dignité des fils d'Adam. Le Coran le proclame avec insistance :
"Certes, Nous avons honoré les fils d'Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures." Sourate Les abeilles, verset 70.

Cette forte proclamation est confortée par l'exemplarité de la pratique prophétique, le long de sa mission consacrée par son ultime déclaration ''trans-temporelle'', déclamée du sommet de la montagne de la Miséricorde, lors de son dernier pèlerinage. S'adressant non pas aux croyants, mais à l'humanité, ad vitam aeternam, il proclamait solennellement, dans la posture, le lieu et l'événement, ce qui suit:

- l'égalité de tous les hommes et l'absurdité d'une quelconque supériorité fondée sur la couleur de la peau ou la langue. La qualité étant dans la conscience de Dieu.
- la vie est sacrée, tout comme les biens et l'honneur de chaque être humain.
- la sacralisation de la patrie, tout comme de la religion et de ses rites.
- la réaffirmations de la dignité de la femme,
- la projection d'une Ethique économique par l'interdiction de l'usure, de la spéculation, de l'enrichissement non proportionnel à l'effort fourni.

Auparavant dans le Coran, l'affirmation de la gouvernance par voie de consultation des populations a été proclamée, ce qui exclut toute gouvernance de droit divin. La proclamation de la liberté de croyance aussi, et de la façon la plus explicite.

En revenant sur la déclaration du dernier pèlerinage, on s'aperçoit que ce fut, dans l'histoire de l'humanité, la première proclamation, faite de manière aussi solennelle, de droits de l'homme. Il a fallu attendre des siècles après, avec de sombres atteintes à ces droits, pour que des peuples se révoltent et aboutissent à les rappeler par des déclarations publiques afin de les rétablir et de les garantir.

Ici, en Afrique la charte du Mande adoptée en 1236 après la bataille de Kirina par les représentants du Mandé et leurs alliés, proclamait " la paix sociale dans la diversité, l’inviolabilité de la personne humaine, l’éducation, l’intégrité de la patrie, la sécurité alimentaire, l’abolition de l’esclavage par la razzia, la liberté d’expression et d’entreprise.''

Au Sénégal, Nâçir Dine adressait aux rois esclavagistes en 1672 des missives pour s'opposer radicalement à la traite des esclaves et à la tyrannie des souverains. La convention de gouvernance des Alamamis (1776), proclamait la sacralité de la dignité humaine, la non hérédité dans les charges gouvernementales, l'interdiction et la punition de l'enrichissement illicite sur la base d'une position de pouvoir, etc.

Pourtant, lorsqu'on fait la rétrospective des droits humains, tels que reçus de nos jours en tant que principe universel, on ne trouve nulle part où ces différents éléments aient été cités. Aussi loin que l'on puisse remonter, dans les écrits qui nous parviennent, on ne dépasse pas la Magna carata de 1256 qui est pourtant postérieure à la charte du Mande. Ce qui donne aux Droits Humains, dans leur texture contemporaine, une filiation exclusivement occidentale à travers la DUDH qui reprend dans son essence la déclaration anglaise des droits, la déclaration d'indépendance américaine et le Bill of rights, la déclaration française des droits de l'homme et du citoyen. On ne doit pas s'étonner, dés lors, des rejets que l'application de ces droits humains occasionne ça et là, en certaines circonstances, au sein de nos sociétés.

Ces dernières, inscrites dans une dynamique de progrès et de construction d'une civilisation mondiale, pour parler comme le Pr Djibril Samb, ne peuvent ignorer leurs cultures, leur histoire dans l'application de ces droits. Sans en faire un magma de ''vérités immuables'', sans sacraliser les vertueux ancêtres, elles ne doivent pas non plus opérer un déni de leurs patrimoines culturels et intellectuels, politiques et sociaux et paraitre n'avoir rien apporté.

Les droits humains sont-ils une sorte de posologie prête à être appliquée partout avec la même dose, devant les mêmes phénomènes sociaux? A ce niveau, il est bon de rappeler les propos de Larquer et Rubin in Anthologie des droits de l'homme, Nouveaux horizons, 1979 : ''''les mêmes critères ne sont pas applicables dans le monde entier. Le contexte culturel et social, le niveau de développement de chaque pays doivent être pris en compte''.

Le juge Keba Mbaye, qu'Allah l'élève au rang des agréés, l'avait si bien compris, lui et ses pairs qui ont été à l'initiative de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples. C'est cette même conviction que les Droits Humains doivent refléter les trajectoires et les projections des sociétés, dans une dynamique dialogique et non dominatrice que la Déclaration islamique universelle des Droits de l'homme a été proposée ainsi que tous les autres instruments de l'OCI sur la question.

Par Abdoul A. Kebe, Enseignant-chercheur, UCAD
Lundi 22 Avril 2013

Cet Article a été lu plus de 988 fois





Réagir à Cet Article !

1.Posté par Luc Terzetti le 22/04/2013 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est rassurant de voir qu'il existe des gens tels que Monsieur KEBE.
Les droits de l'homme en religion comme en pratique "politique" et éducationnelle ne peuvent-êtres remis en question. A mes yeux il est absolument certain que (dans l'idée) tout être humain nais "libre libre et égal en droit", en revanche, d'un point de vue MORAL (et cela n'engage que moi) , je ne suis pas certain que tout être humain "choisisse de le rester" dans le déroulement de sa vie. En clair, nous avons tous les mêmes droits et obligations à la naissance, quelque soit le lieu et le milieu ou nous sommes nés ... mais il me semble que nos actes (et c'est en cela que je diffère) et nos actes seuls décident si nous avons choisi de rester "bénéficiares des DH" ou avons choisi de ne plus l'être. Je considère qu'un dictateur sanginaire, ou un violeur ou un tueur de sang froid, ou un être qui fait du mal aux enfants, ou un être raciste au point de tuer ... n'est pas mon égal. Nous l'étions à la naissance .... il a choisi de ne plus l'être et, à mes yeux. doit donc. après avoir été jugé, considéré comme tel. Merci de votre travail.

2.Posté par issa le 23/04/2013 01:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toujours aussi rigoureux et aussi pertinent! Il me plaît de mettre en exergue le caractère déterminé des dh tel que le rappellent ces propos de Larquer et Rubin in Anthologie des droits de l'homme, Nouveaux horizons, 1979, que vous avez cités : ''''les mêmes critères ne sont pas applicables dans le monde entier. Le contexte culturel et social, le niveau de développement de chaque pays doivent être pris en compte''. En ces temps d'incertitudes où les dh tendent à être de véritables religions et où en son nom des pays légalisent le mariage entre personnes du même sexe, il n'est que de bon ton de rappeler que nous avons bien le droit de nous faire notre propre lecture des dh, nous fondant sur nos valeurs et nos croyances. merci professeur pour vos éclairages bien documentés, de votre ouverture culturelle et de votre hauteur intellectuelle qui vous ont permis de nous soumettre un document qui n'est pas seulement lisible pour un musulman mais même par un agnostique ...

3.Posté par KHALIF le 23/04/2013 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pertinent Issa "Les droits humains sont-ils une sorte de posologie prête à être appliquée partout avec la même dose, devant les mêmes phénomènes sociaux?"

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD