contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
Asfiyahi.Org
ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD

Publicité



Direct du Min’bar – Vendredi 12 Février 2016. Le Cœur, siège de toutes les convoitises angéliques comme démoniaques


Cet Article a été lu plus de 673 fois




Cela témoigne de la force des cœurs (V32, S22) comme pour reconnaître au cœur la multiplicité d’expressions et d’émotions – en récepteur, catalyseur, receveur ou encore indescriptible qui lui est propre. Cible de tout le monde - des Cardiologues qui veulent le maintenir sain, resplendissant et sans hypo ni hyper ; des sportifs qui cherchent à le dompter par l’exercice cardio pour augmenter sa capacité maximale de VO2 et abaisser au minimum son battement au repos, synonyme de fin prêt pour les performances exigeantes; des amoureux qui le dessinent et le caricaturent dans toutes les langues sous toute forme sans l’avoir jamais vu; de Iblîs qui a réussi à y greffer Khannàs (Vs 4-5, S114), son fils depuis notre ancêtre Adam; cible des vertueux qui le protègent jalousement des ondes négatives par le Zikr et la positive attitude;  cible des envieux qui y soufflent leur jalousie (V4, S113); enfin ou par devers tout cible d’Allah qui ne peut Trouver demeure qu’en son sein (Hadith) pourvu qu’il soit sain, sans avoir besoin de Saint, mais uniquement nourri par le sein, celui du Tawhîd.
 
Cheikh Mahdy a certainement anticipé ce week-end des amoureux qui invoque un Saint, celui nommé Valentin pour rappeler combien le cœur était convoité, et combien il est objet d’une importance primordiale dans la littérature religieuse et spirituelle. Le cœur est le Monarque du royaume existentiel, bien installé sur son trône, entouré de ses vizirs que sont les organes et les membres et qui obéissent de gré ou de force à ses ordres. Il y va donc de la qualité du Monarque par sa pureté, sa sérénité et sa capacité à gouverner ajoute l’Imam pour garantir un royaume (existence) paisible. Autrement, le désordre s’installe et s’en suit une capitulation au profit des forces ennemies (chaos). Le prophète avait d’ailleurs explicité cette force du cœur avec ce Hadith – Il y a dans le corps humain un bout d’organe si fragile, s’il est pur et sain, tout le corps s’en reflète, et s’il est corrompu tout le corps le devient…et les compagnons qui écoutaient la réponse, le prophète ajouta – Alà wa hiyal Qalb, n’est-ce pas le cœur ? – 
 
Ce Cœur humain qui commence d’ailleurs à battre dès la 3ème semaine de grossesse dans le ventre maternel démontre sa capacité et sa performance dans la longévité humaine, car il peut donc fonctionner pendant plus de 100 ans sans jamais s’arrêter - à s’accommoder de tout changement (physique, psychique, émotionnel, etc.), à réguler peur et angoisse, crainte et inconnu, accélération et ralentissement. Quelle performance ! Et voilà pourquoi il constitue le siège de toutes les émotions, de tous les souvenirs, car le bébé qui vient au monde, vient avec un cœur qui a déjà enregistré des sons, des voix, des sensations, des émotions profondes, mais aussi préparé à enregistrer encore davantage. Et c’est donc le siège de la Foi, Foi qui s’est déjà manifestée dans le monde pré-existentiel comme en a témoigné notre esprit (Rûh – V172, S7) mais que nous avons obligation de renouveler par l’expression de la langue et l’attestation du cœur, siège aussi de toutes les autres émotions qu’elles soient dans le souvenir ou dans l’expérience à venir dans la vie. Lorsqu’un membre ou un organe exprime, c’est le cœur qui s’exprime, et c’est illustratif de ce Hadith selon lequel Allah n’Observe ni nos tenues, ni nos corps, mais notre cœur et les actes qu’il inspire. Combien de fois Allah Avertit que nul besoin de tenter de cacher l’intérieur, car Il le Sait…Evidemment (V19, S40). Tant qu’il est même à l’humain de distinguer ce qui se fait avec ou sans le cœur. Do it with love or don’t disait Debbie à ses enfants !
 
Et d’ailleurs renchérit l’Imam, non seulement le cœur reste l’inspirateur ou l’instigateur – c’est selon – de nos actes, mais en plus, il sera le témoin de notre sort lorsque nous rencontrerons Allah. Seul celui qui se présente devant Dieu avec un cœur assaini (résultat et non acquisition) sera sauvé de cette grande désillusion (pour reprendre Jo Stiglitz), car aucune ressource, ni matérielle, ni sociale (famille) ne servira d’intercession, seul le cœur assaini (V89, S26) y parviendra. Le sort de demain précise l’Imam est donc tout lié à la nature intrinsèque de l’humain, nature que son cœur ne peut trahir. Et c’est justement ce terme Qur’ânique de Qalb salîm évoqué dans les deux cas pour illustrer la performance de Seyyidunà Ibrahim qui fait interroger sur le vrai sens de ce Qalb salîm. C’est quoi un cœur sain, assaini, paisible, serein, tranquille, pur, performant, vertueux, entraîné…on pourrait tenter tant de qualificatifs glorieux sans jamais égaler la quintessence de ce terme Salîm. Dans les deux cas de son apparition dans le Qur’ân, le terme se réfère à Seyyidunà Ibrahim dans deux expériences où le cœur seulement s’il est éduqué à la sérénité (salàmatus-Sadr) peut aider à gérer les situations les plus inattendues. D’où le one Million dollar questions – qu’est-ce qu’un Qalb salîm ? Ibrahim a étalé une série de reconnaissances à l’endroit de Dieu (Vs 78-87, S26) pour enseigner le Tawhîd ancré dans le cœur et qui donc reconnait les faveurs d’Allah dans sa magnanimité de tous les jours – nourriture, habillement, guidance, soulagement des souffrances, guérison des maladies, gestion de l’âme, absolution des pêchés, inspiration de la sagesse. Il conclut par reconnaître que toutes ces faveurs ne serviront à rien en définitive s’il ne réussit pas à sauvegarder la pureté de son cœur le jour de vérité. Mieux, sans le cœur pur, sain, paisible, l’individu se retrouve en déshonneur devant Allah et le monde (V87) le jour de la résurrection. 
 
Dans la 2ème apparition, Seyyidunà Ibrahim Enseigne le revers de la médaille du Tawhîd, le rejet de toute forme de corruption, à commencer par le Chirk, car la pire des corruptions des cœurs est d’associer à Allah d’autres supposées divinités. Ibrahim se retrouve dans un contexte social corrompu par le chirk (Babylone) et se distingue par son cœur pur de toute corruption (V84, S37). Il démontre ainsi comment le croyant doit choisir la vertu, l’équité, la droiture et ce quel que soit l’offre des corrupteurs, quel que soit leur puissance, leur rang social, leur position dans le gouvernement, le nombre de leurs alliés et complices. Ibrahim dévoile même la maladie qui le ronge de devoir être témoin de toute cette chaîne de corruption et être seul contre tous. Pourtant, ce choix du Qalb Salîm dans ce cas précis l’amènera à l’épreuve du feu ardent de Nemrûz (V97), mais n’est-ce pas Allah Garantit (dans le premier exemple ci-dessus) au détenteur du cœur pur sérénité en tout temps et en tout lieu, et voilà donc – CQFD – Nemrûz et compagnie souhaitaient du déshonneur à Ibrahim, Allah retourna la situation contre eux (V98)…tel est l’impact du Qalb Salîm, il sauve son compagnon en toute circonstance et retourne les mauvaises intentions à leurs auteurs.
 
Pas étonnant puisque Allah a dit dans un Hadith Qudsiy – Il a cherché demeure dans tous les coins de l’univers et aucun endroit aussi vaste et confortable ne pouvait l’accueillir, ni les cieux, ni les planètes, ni les mers, ni les galaxies, ni l’espace interstellaire ! Les Anges se sont demandés où donc et Allah Répondit - dans le cœur apaisé d’un croyant – Fi Qalbi mu’minin salîm – et ici le qualificatif salîm ne s’applique pas au cœur, mais au croyant, par le fait que le cœur  l’est. Les Exégètes ont rivalisé d’ardeur dans l’explication de ce terme Qalb Salîm, mais les deux illustrations de Seyyidunà Ibrahim prévalent – attachement au Tawhîd, source de toutes les vertus, et rejet du chirk, origine de toutes les formes de corruption, comme d’ailleurs ont reconnu ‘Abdullàh Ibn ‘Abbàs, Hassan al Basary, Abû Uthmàn Ath-Thàbûn, Imam Chàtiby, Mujàhid Ibn Junayd, et d’autres encore.
 
Evidemment, l’application de ce double enseignement de Ibrahim n’est pas dans la conquête d’amours, mais plutôt consiste à nous préparer à être dépositaire de l’Amour par Dieu. Et cela consiste à interroger notre cœur pour (i) vérifier que tous les voyants du Tawhîd sont au vert et (ii) assurer que tous les tests de chirk sont négatifs. Sommes-nous dans l’aspiration d’inviter Allah en Hôte privilégié dans nos cœurs ? Il n’a besoin ni de lit, ni de repas, ni de service, juste un cœur apaisé et c’est donc là où se trouve le vrai test, ce que nous devons entreprendre pour apaiser notre cœur, car ne nous y trompons pas, nous ne naissons pas avec un cœur pur, apaisé. Nous devrions nous y entreprendre, et c’est un exercice quotidien de tous les instants, qui consiste à s’autoévaluer et vérifier que ne germe en nous rien de ces travers – envie, orgueil, égoïsme, autoglorification, suffisance, cupidité, triche, mensonge, perfidie, vanité, jalousie, mauvais caractère, etc. 
 
A l’opposé, nous devons nous assurer d’être convenable, gentil, accueillant, sympathique, conciliant, solidaire, prompt à aider l’autre sans se soucier de sa couleur ou de son origine, positif d’esprit, bonté de tous les gestes, doux d’expression, ferme dans le bon caractère, en orbite avec Dieu…car en définitive, ces tests nous aident à mieux nous connaître et celui qui se connaît se rapproche de la connaissance de son Seigneur pour enfin gagner le seul amour qui mérite conquête, celui par Dieu.
 
Enfin, l’Imam a conclu en attirant l’attention sur le Bid’a (innovation fallacieuse) dans la religion comme un mal de nos temps modernes et qui se manifeste de plus en plus non dans les pratiques déviées ou le refus de l’Ordre divin, mais dans la promptitude à décréter des Fatwa pour exclure de la religion des croyants qui n’ont de tort que d’avoir un avis différent, un comportement différent, ou même ayant commis un pêché reconnu. Attention à cette manière osée de trancher à la place de Dieu. Le faire, c’est aussi nager dans le Bid’a, or le Prophète a rejeté toute forme de Bid’a…et d’ailleurs Allah s’Etonne qu’ils aient des complices qui légifèrent pour eux (les hypocrites ou les pratiquants de Bid’a) des règles qu’Allah n’a point Autorisées (V21, S42)…Allah Avertit qu’il leur Accorde un suris pour se ressaisir, et qu’un dur châtiment attend les récidivistes. 
 
Méritez l’Amour…celui de Dieu est le plus cher !
Best Zyars
Al Amine

Par Al Amine Kebe
Samedi 20 Février 2016

Cet Article a été lu plus de 673 fois





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Telechargez l'application Mobile Asfiyahi pour plus de navigabilité ABONNEZ-VOUS À NOTRE NOUVELLE CHAINE YOUTUBE HD


Dans la même rubrique :